• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les trois âges russes a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Salissures sur la tranche. Ammareal reverse jusqu'à 15% du prix net de ce livre à des organisations caritatives.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les trois âges russes Broché – 11 février 2015


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,00
EUR 20,00 EUR 13,82

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Les trois âges russes
  • +
  • Oeuvres : La guerre n'a pas un visage de femme ; Derniers témoins ; La supplication - Prix Nobel de Littérature 2015
Prix total: EUR 46,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

De l'Âge d'or à l'Âge de fer, en passant par l'Âge d'argent, la Russie a parcouru à pas de géant, de Pouchkine à Soljénitsyne, les trois âges mythiques de l'humanité selon Hésiode. Elle s'est inventée dans l’œuvre d’un poète aux cheveux crépus (hérités de son ancêtre africain), Alexandre Pouchkine. En lui  elle a combiné soif de liberté et fierté de l'empire. Cet Âge d'or culmina avec Tolstoï, dont Guerre et paix donne une image idyllique de l'harmonie peuple-aristocratie.
Mais Tolstoï devint le premier dissident européen et prépara la chute de l'empire. L'Âge d'argent, né avec Tchékhov et accompagné par le terrorisme naquit de la modernisation rapide de la Russie et cultiva le sombre pressentiment d'une apocalypse en gestation, la Russie du Châtiment  d'Alexandre Blok, celle du « poème de la terreur », Pétersbourg, de Biély.
Quand l'Utopie tant rêvée arrive au pouvoir, elle est accompagnée de gredins « au cœur de chien » selon la métaphore de Boulgakov, et il s'ensuit un terrible Âge de fer. Son nom sera « Goulag » et il donne naissance à une nouvelle dissidence, secrète avec Pasternak, frontale avec Soljénitsyne. Et à une magnifique littérature où, une fois de plus, le ressort littéraire est le primat éthique.

Georges Nivat s'emploie ici à relire les textes et les mythes de cette Russie des trois Âges pour recomposer un parcours de l’immense culture russe.


Professeur honoraire à l'université de Genève, Georges Nivat est slaviste, historien des idées et traducteur. Il est l'auteur de nombreux ouvrages aux éditions Fayard, dont le Phénomène Soljénitsyne. Il y a codirigé la monumentale Histoire de la littérature russe en 6 volumes, et est le maître d’oeuvre des Sites de la mémoire russe.
 

Biographie de l'auteur

   Né en 1935 à Clermont-Ferrand, professeur honoraire à l'université de Genève, Georges Nivat est slaviste et historien des idées ; il a également eu une carrière de traducteur littéraire. Ancien directeur de l'Institut européen de l’université de Genève, il préside aujourd’hui les Rencontres internationales de Genève, où il a succédé à Jean Starobinski. Georges Nivat est l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels une grande trilogie qui jalonne ses études et réflexions sur la culture russe : Vers la fin du mythe russe (L'Age d'homme, 1982), Russie-Europe, la fin du schisme (L'Age d'homme, 1993), et Vivre en russe (l’Age d’homme, 2007). Vivre en russe comporte des éléments d’une autobiographie intellectuelle.
Une partie de son travail est dédiée au symbolisme russe, avec des études et traductions d’Andreï Biély (la traduction du chef d’œuvre de Biély, Pétersbourg, date de 1967, celle de Kotik Letaïev de 1977). Il s’intéresse par ailleurs grandement aux œuvres de la résistance morale russe - habituellement désignées sous le nom de « dissidence » - et en particulier à Soljénitsyne, auquel il a consacré un Cahier de l’Herne (1970), Sur Soljénitsyne (L'Age d'homme, 1974), Soljénitsyne (Seuil, 1980) - traduction russe parue en 1984 (OPI, Londres), puis en 1990 dans la grande revue russe Droujba narodov, et enfin aux éditions KhudLit en 1992. Georges Nivat a également rédigé des journaux de voyage « avec bagage intellectuel » : Impressions de Russie (Ed. de Fallois, 1993), Regards sur la Russie de l'An VI (Ed. de Fallois, 1998), « La Russie de l’An IX », in Le Débat (Gallimard, 1997). Il recommande et publie aux éditions Fayard une série de prose contemporaine russe, où ont été publiés, entre autres, Mark Kharitonov, Andreï Dmitriev, Piotr Alechkovski, Mikhaïl Chichkine.
Georges Nivat a co-dirigé avec Efim Etkind, Vittorio Strada et Ilya Serman la publication de la monumentale Histoire de la littérature russe, dont six volumes ont paru aux éditions Fayard - le dernier en date en 2005. Il prépare en ce moment la publication du tome VII, dernier de la série. Par ailleurs, toujours aux éditions Fayard, il entame et dirige la publication d’un autre monument, Les Sites de la mémoire russe, et dont le premier volume, Géographie de la mémoire russe, a été publié en 2007.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?