ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 7,98
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La vérité sur Jacqueline et Pablo Picasso [Broché]

Pépita Dupont
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
Prix : EUR 22,80 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 12 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 7,98
Vendez La vérité sur Jacqueline et Pablo Picasso contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 7,98, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

24 septembre 2007 Documents
«On ne fait pas d'ombre à un soleil», aimait à dire Jacqueline Picasso en parlant de son mari, Pablo. Pepita Dupont, qui fut l'amie de Jacqueline après la mort du peintre, a voulu remettre en lumière la destinée de cette femme qui a partagé les vingt dernières années de la vie du plus grand génie du XXe siècle. Et aussi défendre sa mémoire, ainsi que celle de Picasso, car rien ne leur aura été épargné. Dire la vérité, enfin, toute la vérité ! L'auteur raconte sa première rencontre avec la femme du peintre et lève le voile sur l'intimité d'une fabuleuse histoire d'amour dans le secret de l'atelier. On assiste au tournage du Mystère Picasso de Clouzot, au mariage caché de Jacqueline et Pablo, jamais raconté, à la vie du couple au château de Vauvenargues et à Notre-Dame-de-Vie. Après la mort de Picasso le 8 avril 1973, Jacqueline doit affronter le cauchemar d'une succession qui va durer sept ans. L'auteur décrit aussi la générosité de la muse de l'artiste -sans Jacqueline il n'y aurait jamais eu de musée Picasso à Paris- sans oublier la polémique entre Paris et Madrid suscitée par son don de 61 tableaux à l'Espagne, peu avant son suicide. Jacqueline a mis fin à ses jours le 15 octobre 1986 en se tirant une balle dans la tête; l'auteur évoque le non-respect de ses dernières volontés dans des pages qui ne laissent pas d'intriguer.
On comprendra facilement que ce document très riche en informations inédites -et qui se lit comme un roman- est un véritable brûlot.

Pepita Dupont est journaliste à Paris Match depuis trente-trois ans. Elle a écrit de nombreux articles sur Jacqueline et Pablo. Elle a collaboré à la revue surréaliste Supérieur Inconnu, au catalogue «Picasso, voyage dans l'amitié» lors de l'exposition de 2003 au musée de la Malmaison à Cannes, ainsi qu'à l'exposition «Pierre-André Benoit. Amitiés cachetées» en 2004, au musée Campredon-Maison René Char de L'Isle-sur-la-Sorgue.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La vérité sur Jacqueline et Pablo Picasso + Grand-père + Vivre avec Picasso
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Grand-père EUR 5,60
  • Vivre avec Picasso EUR 9,60

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

MA PREMIÈRE RENCONTRE :
«JE VOUS ATTENDS ET VOUS ÊTES DÉJÀ EN RETARD !»

Les tableaux décident et parfois dessinent le chemin qui mène à une rencontre.
Enfant, le premier pastel que je découvre dans un livre d'art est signé Picasso : Famille d'acrobates avec un singe (1905). J'apprendrai bien plus tard que Rainer Maria Rilke avait été lui aussi fasciné par une oeuvre de la même époque, Famille de saltimbanques, vue en 1915 à la galerie Thannhauser de Munich. Il avait décrit sa rencontre à son amie, la richissime collectionneuse et poétesse Hertha Koenig, avec ces mots : «J'ai reçu un coup au coeur... Il vous faut l'acheter.» Le tableau à peine livré chez elle, Rilke insiste pour loger tout un été dans son appartement munichois et devient «le gardien amoureux» du Picasso. Cette toile, accrochée dans son salon bourgeois, au milieu d'autres chefs-d'oeuvre, et dont il ne peut détacher son regard, lui inspirera le début de la cinquième Elégie de Duino.
À l'école, quelques jours après la mort de mon père, le 6 mai 1965, j'ai alors douze ans, M. Horvath, notre professeur de dessin, un Hongrois, nous demande de recopier La Femme qui pleure, ce portrait de Dora Maar peint en 1937, qui exprime la tragédie de l'Espagne ravagée par la guerre civile. Tous mes petits copains de classe rient devant cette toile aux couleurs criardes, mais moi, quand je regarde cette femme aux yeux exorbités, aux cils semblables à des aiguilles d'oursins, les dents serrées sur un mouchoir déchiqueté, je communie au plus profond de ma douleur avec le modèle.
Ma mère m'a baptisée Pepita par amitié pour ma marraine, Marguerite Leprat, qui, de 1936 à 1939, avait recueilli une petite Pepita, orpheline espagnole âgée de cinq ans, amenée à Genève par la Croix-Rouge avec d'autres enfants espagnols. Après la guerre d'Espagne, Franco s'est opposé à ce que les familles d'accueil les adoptent. Et Pepita est repartie en Espagne. Ma marraine, désespérée, n'a plus jamais eu aucune nouvelle d'elle.
En 1970, je quitte Genève, ma ville natale, pour suivre les cours d'une école de journalisme face à l'église de Saint-Germain-des-Prés. C'est à Paris que je vois enfin pour de vrai un tableau de Picasso. Son Autoportrait bleu (1901), exposé au musée d'Art moderne de la Ville de Paris, ainsi que les gravures de la Suite Vollard.
J'habite une petite chambre sous les toits de l'hôtel des Deux-Continents, rue Jacob, et je passe mon temps libre à flâner dans les galeries du quartier. C'est là que je rencontre, en février 1972, lors de son vernissage, le peintre surréaliste Jacques Hérold, à la Galerie de Seine. Nous sympathisons et, tous les jeudis, Hérold m'invite à prendre le thé dans son atelier de la porte d'Italie. Il me montre ses tableaux, ceux de ses amis, me fait lire les livres de Julien Gracq. Hérold est un conteur merveilleux. Il passe des heures à parler de Max Ernst, Victor Brauner, Nicolas de Staël, Man Ray, Yves Tanguy, André Breton, et aussi de Pablo Picasso. Hérold n'a jamais oublié qu'il était présent à ses côtés à l'enterrement de leur ami Soutine le 11 août 1943, au cimetière du Montparnasse. Ils n'étaient que cinq : Jean Cocteau, Max Jacob, Pablo Picasso, Oscar Dominguez, et Paul Stephano, un ami interprète. En pleine Occupation, enterrer un juif pouvait conduire à la déportation. Madeleine Castaing, la «mécène» de Soutine, s'est totalement désintéressée de la fin de son «ex-protégé» avec lequel elle était brouillée. Pourtant, elle a gardé ses toiles pour les vendre. Pablo Picasso a réglé les obsèques et acheté le caveau de Soutine. Sans son intervention, le peintre aurait été jeté dans la fosse commune. Plus tard, Pablo donnera aussi à Hérold l'argent pour aider une compagne de l'artiste, Gerda Groth, rescapée des camps de la mort. Selon ses voeux, Jacques Hérold, disparu le 11 janvier 1987, repose à Montparnasse auprès de son ami Chaïm Soutine.
La propriétaire de la Galerie de Seine Thessa Hérold (aucun lien de parenté avec le peintre, qui, étant juif, avait pris ce nom d'emprunt pendant la guerre), voyant que j'aime la peinture, me demande d'aider sa fille Isabelle à la galerie, le samedi, car il ne lui plaît pas qu'elle y reste seule. La jeune étudiante que je suis est enchantée. Non seulement cela me fait un peu d'argent de poche, mais je peux surtout voir quantité de tableaux et les toucher. Je me souviens en avoir même douché un dans la baignoire de la galerie, avec Isabelle, pour le dépoussiérer, avec brosse et savon de Marseille ! C'était un Masson. Thessa Hérold ne l'a jamais su. Un autre jour, le coeur battant de crainte de le lâcher, j'avais transporté bien serré sous mon bras un autre Masson, Visages dans la nuit des fleurs, à la galerie Lucie Weill, rue Bonaparte.
Avec Isabelle, nous nous amusions beaucoup et, pour être tout à fait sincère, à vingt ans, je ne prêtais pas trop attention à Henri Michaux, Raoul Ubac, César Domela, Camille Bryen, Julien Gracq, Hans Bellmer, Félix Labisse, André Masson, Zao Wou-ki, Max Ernst, les habitués de la galerie, que je croisais au gré de leurs visites.
L'année de la mort de Pablo Picasso, en 1973, je rentre jeune stagiaire journaliste pour quinze jours à Paris Match, au 51 de la rue Pierre-Charron, à deux pas des Champs-Elysées. Au bout d'une semaine, je rapporte au journal un scoop sur le trafic d'animaux sauvages en France. Je suis engagée par Jean Prouvost, le patron de l'époque.

Biographie de l'auteur

Pepita Dupont est journaliste à Paris Match depuis trente-trois ans. Elle a écrit de nombreux articles sur Jacqueline et Pablo. Elle a collaboré à la revue surréaliste Supérieur Inconnu, au catalogue " Picasso, voyage dans l'amitié " lors de l'exposition de 2003 au musée de la Malmaison à Cannes, ainsi qu'à l'exposition "Pierre-André Benoit. Amitiés cachetées" en 2004, au musée Campredon-Maison René Char de L'Isle-sur-la-Sorgue.

Détails sur le produit

  • Broché: 285 pages
  • Editeur : Le Cherche Midi (24 septembre 2007)
  • Collection : Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2749107377
  • ISBN-13: 978-2749107370
  • Dimensions du produit: 22 x 13,4 x 2,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 158.215 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.0 étoiles sur 5
4.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:Broché
Certes, ce livre est instructif à maints égards et Pepita Dupont a réussi à me convaincre que les dernières volontés de Jacqueline quant aux oeuvres de Picasso n'ont pas été respectées par sa fille.

En revanche, je suis plus que sceptique quant aux portraits dithyrambiques de Jacqueline et son idole, Picasso qui sont, selon l'auteur, la gentillesse et la générosité personnifiés. Certes, la deuxième femme de Picasso a sans doute offert quantité de tableaux ou d'autres oeuvres du 'maître' (à ceux qui trouvaient grâce à ses yeux !), mais quelle était sa véritable motivation ? Quand on est multimilliardaire comme elle (possédant plus de mille tableaux, des milliers de gravures, des demeures fastueuses ..... hérité du « soleil » Picasso) et qu'on est en mauvais termes (mais pourquoi ?) avec la seule héritière, sa fille, Catherine Hutin - pourquoi ne pas être « généreuse » pour SE faire plaisir ? (Pour preuve, une citation de Jacqueline tirée du livre : « Je crois que faire plaisir est une sorte d'égoïsme, je me fais plaisir aussi. ») et priver « Cathy » au passage.
Je ne défends pas Catherine Hutin, mais le portrait à charge dressé par P. Dupont me semble caricatural !)

En parlant d'égoïsme : Même à travers (ou malgré) les envolées lyriques de P.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 UN BEAU PORTRAIT 20 mai 2009
Par M. Bertrand TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché|Achat vérifié
L'auteur raconte à travers les années son amitié avec Jacqueline Picasso et,si comme moi,on aime le peintre catalan,c'est passionnant!Les héritiers de Jacqueline Picasso n'ont pas apprécié le livre mais je le trouve attachant,juste et très pertinent.C'est différent d'une biographie traditionnelle et on en apprend autant!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?