Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Ma vocation sociale : Souvenirs de la fondation de l'oeuvre des cercles catholiques d'ouvriers Broché – 1908


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 24,70
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 28,80

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

324 pages. Léger manque au dos. Fente et pliure sur le second plat.


Détails sur le produit

  • Broché: 328 pages
  • Editeur : P. Lethielleux; Édition : 1re (1908)
  • Langue : Français
  • ASIN: B00IEC56VE
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Joseph Fouché TOP 50 COMMENTATEURS sur 7 avril 2014
Format: Broché
Albert de Mun (1841-1914) fut la figure de proue du catholicisme social de la IIIe République d'avant-guerre (la période allant de 1871 à 1914). On pourrait même dire qu'il fut pour le catholicisme social français l'équivalent de ce que fut Gambetta chez les républicains avancés (en symétrique puisqu'ils s'insultaient)

"Ma vocation sociale : souvenirs de la fondation de l'Oeuvre des Cercles Catholiques d'Ouvriers" écrit en 1908 représente les Mémoires d'Albert de Mun éclairant le parcours d'un homme et également celui de la France et du catholicisme social de la période 1871 (La Commune) à 1908 : un véritable morceau d'histoire.

Une lecture salutaire sur de nombreux plans : la morale ; l'éthique ; le catholicisme social intransigeant et en même temps le choix du Ralliement à la République ; l'âme d'un être formé par l'armée puis la tragédie de la Commune de Paris ; la naissance de l'oeuvre des cercles catholiques d'ouvriers ; les liens avec les autres "grands" de la période que sont René de la Tour du Pin Chambly, Maurice Maignen, Léon Harmel, l'abbé Lemire, et même Jean Jaurès pour qui il avait du respect en tant qu'adversaire.

Et c'est aussi, l'histoire d'une foi, d'une politique et d'une mystique mélangées (C'est possible cher Charles Péguy), d'une vie modeste et humble ; donnant ce qu'il avait pour la cause sociale alors qu'il était député.

Conclusion : Lire ses superbes mémoires est une nécessité pour ceux qui aiment l'histoire.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Daniel Roux TOP 500 COMMENTATEURS sur 31 août 2013
Format: Broché
Mun nous plonge dans cet ouvrage au cœur de le monde des catholiques sociaux de la fin du 19eme siècle.
Livre très agréable à lire, qui permet d'avoir un témoignage clef d'un des principal tête pensante de la Droite catholique et social sur les principes du catholicisme social, genèse de la doctrine sociale de l’Église.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?