• Prix conseillé : EUR 22,10
  • Économisez : EUR 12,21 (55%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par ~♥~TIP-TOP~♥­~.
EUR 9,89 + EUR 2,99 Livraison
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 9,90
+ EUR 2,99 (livraison)
Vendu par : davidlong68
Ajouter au panier
EUR 22,10
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Amazon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

120 journées Broché – 22 août 2012

Découvrez toutes nos idées cadeaux livres pour Noël !

3.5 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 9,89
EUR 9,89 EUR 0,98

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

JOURNÉE 1

Aujourd'hui, il fait moite. Une averse est tombée la veille, durant plusieurs heures, jusqu'au soir où le déluge s'est brusquement arrêté. Et voilà que ce matin le soleil brille intensément dans un ciel sans nuages, et qu'une brume très légère plane au-dessus du sol détrempé. Ninon est allée poser ses fesses sous l'ombre des sapins pour y farfouiller la terre, et je la regarde depuis la fenêtre de mon bureau. Ses cannes maigres repliées contre elle portent toute une collection de bleus, qui d'ailleurs ne sont pas bleus, mais plutôt verts ou beiges... Je crois lui avoir demandé plusieurs fois de jeter ce short immonde, le genre que portent les gosses des bidonvilles quand ils gravissent leurs terrils d'ordures. Je n'ai jamais bien compris pourquoi elle y était aussi attachée et l'enfilait à la moindre occasion. C'est du six ans, elle en a huit, bientôt neuf, on ne peut pas dire, cependant, qu'elle croisse à vue d'oeil. Je ne me rappelle même plus dans quelles circonstances on le lui a acheté.
Je vois ses doigts qui grattent le sol à la recherche des bestioles qui y sommeillent. Celles qui sont réveillées gravitent autour de son visage. Ninon est devenue une étoile pour les moucherons. L'humidité montant du sol a commencé à mouiller ses cheveux qui collent à son front et à ses oreilles décollées. Elle a l'air de s'en foutre. Elle ramène de l'humus une larve gigoteuse. Ses doigts sont sales. Elle les passe sur ses joues roses. Pas le rose de la vitalité, plutôt une irritation due à la moiteur et aux insectes. Si j'étais un père soucieux de ses responsabilités, si j'avais acquis la maturité que l'on attend d'un homme de mon âge, maturité que je serais alors censé inoculer d'une voix grondante à plus immature que moi, j'ouvrirais la fenêtre et rappellerais à ma fille qu'elle n'a pas déjeuné, qu'elle s'est habillée n'importe comment, et qu'elle va finir par attraper des vers intestinaux ou le tétanos ou la dengue à fouiller à main nue le terreau brun des conifères. Mais j'adore la voir faire sa crapote, et je l'envie, en fait.
Mon ordinateur me bipe. Je retourne m'asseoir devant mon écran. La crapote est en fond, elle sourit, les pieds dans une mare où se noient mes icônes, penchée vers son reflet maculé de lentilles d'eau. Le téléchargement du module est fini. Installe-toi, oui. Un oculus s'ouvre, ou plutôt une espèce de psyché noire dans laquelle je me reflète, ce qui est plutôt désagréable. Un message s'affiche. Mon microphone est reconnu, m'apprend-il. À l'extrémité inférieure de l'ovale, un potentiomètre s'agite à chaque fois que je remue sur ma chaise ou que je me gratte la gorge. Dans la partie supérieure brille une diode rouge. Rien de plus. Aucun paramètre, aucune gestion de fichiers. Mon pare-feu sort de sa torpeur. Il veut savoir si l'on peut faire confiance à ce programme. J'apprécie sa constante méfiance, son côté suricate en alerte. Je le rassure. Tout va bien, tout est sous mon contrôle. Il doit sentir que je lui mens car il met quelques secondes avant d'abdiquer. La diode passe brièvement au vert avant de revenir au rouge. Sur la psyché s'inscrit : Prochaine connexion dans 9 jours 9 heures 37 minutes. On me fait grâce des secondes. Je me demande si, à l'autre bout, ils ont été alertés de la bonne installation du programme. D'une pichenette de souris, je ferme l'oculus qui s'en va se tapir dans la végétation, derrière Ninon et son sourire.
Retour à la fenêtre du réel. Ninon n'est plus sous les sapins. Je devine le haut de sa tête qui dépasse derrière le muret en habits de lierre. Elle doit inspecter le potager, enfin, ce que nous appelons le potager, car des légumes chétifs que nous ne cueillons presque jamais y croupissent au milieu d'une multitude de variétés d'herbes. Un piaf s'envole trop rapidement pour que je l'identifie. Il disparaît derrière la haie de ronciers, s'en va pépier chez les voisins.

Présentation de l'éditeur

Huit collégiens : quatre filles, quatre garçons âgés de douze à quinze ans. Ils se connaissent, s'ignorent, et se rendent au collège par des routes divergentes. Un soir, ils ne ressortent pas de leur établissement. Ils se réveillent à Silling, un lieu obscur, souterrain, mi-bunker mi-pensionnat où quatre mois durant, ils devront se plier à des rituels étranges, des simulacres scolaires, tantôt subjugués tantôt livrés à leur propre passivité, spectateurs et acteurs de drames sanglants.   À ce récit se superpose celui d'un conteur radiophonique, chargé de s’adresser aux collégiens séquestrés depuis son ordinateur. Il se prête au jeu moyennant finance sans être convaincu d’avoir un auditoire. Le voilà qui narre des histoires d'adolescence drôles, tragiques, horrifiques, des contes de fées peuplés de princes-zombies et de limnées géantes. Entre le dedans et le dehors, le quasi-fantasme et le presque-réel, de bizarres conjonctions naîtront. « Parce que toute existence a besoin d'un récit… Ce n'est pas la puberté qui différencie l'enfant de l'adolescent, mais ce soudain déni de récit que les adultes imposent aux enfants quand ils décident de voir en eux autre chose. L'adolescent n'est qu'un enfant privé de récit, monsieur Duclos… »

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Retrouvez toutes nos idées cadeaux livres

Détails sur le produit


4 commentaires client

3,5 sur 5 étoiles

Évaluer ce produit

Partagez votre opinion avec les autres clients

Affichage de 1-3 sur 4 commentaires

3 novembre 2012
Format: BrochéAchat vérifié
3 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
19 novembre 2012
Format: BrochéAchat vérifié
3 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
19 novembre 2012
Format: Broché
3 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?