Acheter d'occasion
EUR 10,99
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique Broché – 22 août 2007

4.3 étoiles sur 5 11 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 22 août 2007
"Veuillez réessayer"
EUR 30,00 EUR 10,99

Il y a une édition plus récente de cet article:


Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Il y a de cela plus de dix ans, je fis par hasard une découverte des plus -incroyables, celle d'un indice dissimulé dans une vieille carte. S'il ne menait à aucun trésor caché, il suggérait néanmoins que l'histoire du monde telle que nous la connaissons et telle qu'elle s'est transmise depuis des siècles devait être radicalement révisée.
Je tentais alors d'approfondir une question qui était devenue pour moi une passion dévorante : l'histoire médiévale et, en particulier, les cartes marines et les portulans des premiers explorateurs. J'aimais examiner ces anciennes cartes, suivre les contours des terres, les côtes, les lignes changeantes des bancs de sable et des bas-fonds, repérer la menace des écueils et des récifs. Je suivais le flux et le reflux des marées, la force des courants invisibles, le cours des principaux vents, décortiquant les couches successives de sens accumulées dans ces cartes anciennes.
C'est dans les plaines venteuses du Minnesota que commencèrent mes recherches. Ce n'est sans doute pas le premier endroit où l'on penserait découvrir un document susceptible de révolutionner l'histoire. Mais la bibliothèque James Ford Bell, à l'université du Minnesota, possède une remarquable collection de portulans et de cartes anciennes, et l'une d'entre elles, en particulier, retint mon attention. Elle faisait partie du fonds Sir Thomas Philips, riche collectionneur britannique né vers la fin du XVIIIe siècle, mais elle était restée dans l'oubli le plus total jusqu'à la redécouverte de cette collection il y a une cinquantaine d'années.
La carte portait l'indication de l'année 1424, et la signature du cartographe vénitien Zuane Pizzigano. L'Europe et certaines parties de l'Afrique y figuraient et, en la comparant avec une carte moderne, je me rendis compte que ce cartographe avait dessiné les côtes européennes avec une grande précision. Pour l'époque, c'était même une réussite exceptionnelle, mais elle n'avait rien de prodigieux pour autant. Cependant, mon oeil fut alors attiré par un détail des plus curieux : le cartographe avait aussi représenté un groupe d'îles dans l'océan Atlantique, loin vers l'ouest. Les noms qu'il leur avait donnés, Satanazes, Antilia, Saya et Ymana, ne correspondaient à aucun nom moderne et, dans le secteur où il les avait placées, il n'existait aucune grande île. Il pouvait s'agir d'une simple erreur dans le calcul d'une longitude, car les Européens ne maîtrisèrent pas cette technique ardue avant le XVIIIe siècle. Mais ma première idée fut qu'il s'agissait là d'îles imaginaires, qui n'existaient que dans l'esprit de celui qui les avait représentées.
J'y regardai à deux fois. Les deux îles principales étaient colorées de teintes vives, Antilia de bleu foncé, et Satanazes d'un rouge éclatant. Le reste de la carte n'était pas colorié et il semblait certain que Pizzigano voulait mettre en évidence l'importance de ces îles, récemment découvertes. Tous les noms figurant sur la carte étaient portugais. Antilia, soit anti, «de l'autre côté de», et ilha, «île», pouvait signifier «l'île face au Portugal, de l'autre côté de l'Atlantique». Je ne voyais pas d'autre explication ni, dans ce nom, aucun autre indice pouvant m'aider à identifier cette île. Satanazes, soit «l'île de Satan», était un nom assez frappant. Sur la plus grande île, Antilia, figuraient un grand nombre de villes, indiquant qu'elle était mieux connue. Satanazes ne comportait que cinq noms de localités, ainsi que les inscriptions énigmatiques con et imana.

Revue de presse

Selon l'historien britannique Gavin Menzies, le Chinois Zhenq He aurait devancé Christophe Colomb...
L'ouvrage fit grand bruit lors de sa parution en Angleterre et aux Etats-Unis l'année dernière. Plus d'un million d'exemplaires et une bonne vingtaine de traductions. Curieusement les Chinois restèrent stoïques. Pour une fois qu'on ne les accusait pas d'avoir copié quelque chose. Quelques voix émirent des doutes sur le débarquement de l'amiral Zheng He en Amérique du Nord. Pourquoi n'y a-t-il pas laissé de traces et pourquoi n'a-t-il pas profité de l'aubaine comme le firent les Européens ? Gavin Menzies a la réponse. «En arrivant au Mexique, les conquistadors trouvèrent, comme en Californie, des volailles asiatiques fort différentes de celles qu'on élevait en Europe.» (Laurent Lemire - Le Nouvel Observateur du 30 aout 2007 )

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
5 étoiles
9
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
2
Voir les 11 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Achat vérifié
1421 l'année où la Chine a découvert l'Amérique . Un scoop historique . Quel travail de recherches . Il faut garder en mémoire les premiers évènements afin d"'"aborder les péripéties de ces grands voyageurs. L'autre tome, je n'ai pas lu car il faut méditer sur les évènements et les motivations et les regrets de ces voyageurs A lire sans se presser . Saluer l'exploit de ces hommes et de l'auteur du livre. !Massei
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Achat vérifié
Enfin on bouscule les idées reçues du 19ème siècle et les théories universitaires périmées qui sont devenues des dogmes !
Le continent américain n'a jamais été "découvert" par Christophe Colomb et que l'n cesse de dire ces aneries !
Les Chinois ont été des précurseurs pour la cartographie maritime et le peuplement des Amériques et même de l'Australie ! quelle bonne nouvelle!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Belatx le 16 janvier 2014
Achat vérifié
c'est un document, pourtant si bien écrit qu'on le lis comme un roman !!...tous simplement génial, et quel travail de recherche.
Amoureux d'histoire du monde !.. ce livre est pour vous.
Quel talent .
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Ce n'est pas un roman et pourtant ça se lit comme si c'en était un.
A la lumière de son expérience de marin, Menzies nous offre un voyage fabuleux autour du monde et reécrit l'histoire des grandes découvertes.
Comment ne pas être fasciné par la puissance et la richesse tant scientifique que culturelle de la Chine à une époque où l'Europe balbutiait.Si la Chine ne s'était pas repliée sur elle-mëme à la suite de la mort du génial empereur à l'origine de cette expédition, aurait-elle colonisé le monde?
A cet égard le titre original en anglais est plus proche de la réalité: 1421, l'année où la Chine a découvert le monde.
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Ce livre est un roman de science-fiction: rien que des spéculations, pas l'once d'une preuve. Les marins de Zheng He font tout, découvre tout: l'imagination de G. Menzies est sans limite !
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Ce livre est tout simplement passionnant en plus d'etre surprenant. Si le titre peut dérouter, étant tellement habitué à ce que le nom de Colomb soit associé à la découverte de l'Amérique, on est vite captivé par les révélations de ce livre qui sont en plus bien documentées et argumentées.

Le livre se lit d'une traite et on se met à vouloir en savoir plus sur ces incroyables expéditions maritimes chinoises.
En y réfléchissant, de nombreux faits révélés dans le livre tombent sous le sens et on en ressort avec un seul souhait: que les historiens officiels s'intéressent plus à cette partie de l'histoire pour que les vrais explorateurs soient mis à l'honneur.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?