Acheter d'occasion
EUR 1,36
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte Poche – octobre 1997

4.3 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 1,36
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 12,00
Cartonné
"Veuillez réessayer"

Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

A chaud, Kart Marx publie, immédiatement après le coup d'État du 2 décembre 1851, " Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte ", où il analyse comment des " circonstances étranges " ont permis à un " personnage grotesque " de faire figure de " héros ". Marx se fait ici tout à la fois journaliste, pamphlétaire et surtout théoricien, montrant comment cet événement, résultat de conflits politiques sous-tendus par des luttes économiques, doit aussi être décrypté à la lumière des puissants mécanismes de l'idéologie et des imaginaires sociaux. Ce classique de l'histoire immédiate rend éclatantes, de même que " La Guerre civile en France " écrite en 1871 à propos de la Commune de Paris, toute l'acuité, la fécondité et l'actualité de la méthode historique dont Marx fut le fondateur. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Quatrième de couverture

Écrit de décembre 1851 à mars 1852, dans des conditions matérielles très précaires. Le 18 brumaire analyse « l'histoire immédiate » du coup d'État qui, le 2 décembre 1851, porte le neveu de Napoléon à la tête de ce qui va devenir le Second Empire. En plaçant le coup d'État dans son contexte économique, social et culturel, Marx nous en dorme une interprétation brillante où il dévoile la nature d'un État vampire, animé par une caste de bureaucrates surnuméraires qui dévore la société civile. Cette intelligence claire des événements, au moment même où ils se déroulent, est, en effet, sans exemple.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Un client le 21 juillet 2004
Format: Poche
Marx signe ici une oeuvre remarquable : il analyse le coup d'état de Louis Bonaparte sous l'angle de la lutte des classes, et réussit à nous convaincre que ce sont les structures de production et les rapports de force entre bourgeoisie foncière, financière et prolétariat qui sous-tendent ce fait politique. A recommander à tous ceux qui veulent aller plus loin que la banale chronique historique
Remarque sur ce commentaire 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Dans cette analyse assez chaotique (un tas de noms aujourd'hui oubliés) du coup d'Etat de Louis Napoléon en 1851, Karl Marx dévoile les intérêts réels derrière la façade des Partis politiques et des manigances des politiciens.

Les Partis politiques et Louis Napoléon
Le Parti de l'Ordre royaliste comprenait deux factions: les Légitimistes qui défendaient les intérêts des grands propriétaires terriens et les Orléanistes qui représentaient les dynasties de l'argent. Le Parti social-démocrate (la Montagne) représentait les petits commerçants et la classe ouvrière.
La base du pouvoir politique de Louis Napoléon avait été créée en 1848 par l'instauration du suffrage universel masculin (clergé et militaires exclus), qui donnait pour la première fois l'immense majorité des votes à la petite paysannerie. Cette dernière classe venait aussi d'être créée par la Révolution francaise via la vente de biens communaux et nationaux. Les anciens serfs du système féodal étaient devenus des petits propriétaires. Mais, les petites parcelles étaient à peine rentables. Les tenanciers étaient lourdement taxés et criblés de dettes (hypothécaires). Beaucoup s'enfuyaient dans les villes où ils trouvaient leurs alliés naturels dans le chef du prolétariat urbain.

Le coup d'Etat et de ses conséquences
Le coup d'État de Louis Napoléon ne signifiait rien de moins que la défaite pure et simple de la bourgeoisie.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Joseph Fouché TOP 500 COMMENTATEURS le 18 février 2009
Format: Poche Achat vérifié
Excellent ouvrage pour pénétrer la pensée du Marxisme via l'histoire de la IIe République et du coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte (période allant de 1848 à 1851.)
La grille de lecture marxiste -au passage- n'est ni de droite ni de gauche, c'est tout l'intérêt de cet outil economico-social.

Dans cet ouvrage, K. Marx nous explique que la IIe République était intrinsèquement vouée à l'échec et au triomphe du futur Napoléon III. En effet, les causes sociales (révoltes de juin 1848 écrasées par le pouvoir... ; et l'accumulation du "Lumpenproletariat" outil de la "réaction", etc.) sont davantage les véritables raisons de la fin de la République que les personnalités politiques moins influentes que l'on pense : En ce sens, Marx rejoint une pensée de Joseph de Maistre qui écrivait dans ses "Considérations sur la France" : "On a remarqué, avec grande raison, que la révolution française mène les hommes plus que les hommes ne la mènent".

En somme, K. Marx tant a diminuer (un peu trop à mon goût) le rôle et l'influence du futur Napoléon III en expliquant qu'il doit davantage sa réussite à une conjoncture qu'à son talent. Mais, c'est un ouvrage -et une méthode de compréhension de l'histoire- essentiel.
3 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
La méthode du matérialisme historique magistralement appliquée a un évènement fondamental dans l'histoire française et européenne.
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?