Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NYPLesPlusAttendus Cloud Drive Photos En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 avril 2017
Dans le Nord de l'Italie on considère le 13 comme un pourvoyeur de malheurs (dans le Sud c'est le 17). Toujours est-il, qu'une fois au moins en 1913, dédicaçant l'un de ses livres, le célèbre poète D'ANNUNZIO, dont Leonardo SCIASCIA rappelle fort justement au passage qu'il était fasciste, a écrit "1912+1": superstition de sa part ou de la part du dédicataire, voire de l'un et de l'autre.
Toujours est-il que l'année 1913 vit se produire en Italie des moments importants tant au niveau législatif que militaire. Avec cerise sur le gâteau un procès retentissant. A San Remo, la très belle femme d'un capitaine tue d'une balle de revolver en plein visage, le jeune et bel ordonnance en service à son domicile. A t'elle voulu protéger sa vertu ou a t'elle voulu se débarrasser d'un amant devenu encombrant.
La relation du procès qui nous est faite par Leonardo SCIASCIA est intelligente et jubilatoire. C'est au choix du Courteline ou du Jules Renard. C'est toute l'histoire d'une époque et de sa société qui revit au travers de ce fait divers: les différences entre les classes sociales, la place de la femme dans la société italienne profondément machiste et fermement opposée au divorce, la classe politique avec l'omniprésence de l'Eglise catholique, l'impérialisme italien (l'invasion de la Lybie). Tout ce petit monde s'agite à la veille de la veille de la Première Guerre Mondiale, laquelle va écraser tout sur son passage sans pour autant changer profondément les mentalités.
Une femme du monde vient de tuer un homme,comme le fera en France Madame Caillaux en 1914, pour la même raison ou supputée telle: sauver son" honneur". Ou tout au moins faire semblant pour pouvoir justifier son acte.
C'est en vertu de ce même "honneur" (bien commode pour justifier tout acte funeste) que des millions de personnes vont périr au cours de la guerre de 14-18.
L'"honneur" est-il une raison valable pour tuer? Grave question à laquelle Leonardo SCIASCIA tente d'apporter une réponse par le biais du rire et de la dérision.
Un livre pétillant et profondément édifiant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La femme d'un capitaine tue l'aide de camps de son mari. Le procès révèle qu'elle avait une liaison avec lui, mais que son amant regardait aussi `au-dessus de la haie'.
Leonardo Sciascia exploite judicieusement ce fait-divers pour brosser un tableau sarcastique de la situation politique et sociale en Italie et pour lancer ses flèches contre d'Annunzio et son fascisme, l'Église catholique, le socialisme et socialistes, les épouses et autres consorts.

L'Eglise catholique et la politique
Il était interdit aux catholiques de participer aux élections politiques, `car le fait de participer impliquait la reconnaissance des évènements qui avaient conduit à l'abolition du pouvoir temporel des papes.'

Le Parti socialiste
`Plus que n'importe quel autre parti, le Parti socialiste se prête au désaccord: on peut claquer la porte avec la présomption d'être plus socialiste que le parti. Mais les cas ne sont pas rares où, en se déclarant plus socialiste et en quittant le parti, on dissimule le fait qu'on l'est moins ou qu'on ne l'est plus.'

Les femmes
`Les femmes adultères conféraient à leur adultère la sainteté de l'amour, `fort comme la mort', capable de jeter dans l'ombre la sainteté du mariage; tandis qu'elles considéraient l'adultère des autres ni plus ni moins comme une putasserie.'

Révolution et répression
`L'expérience nous enseigne que quand la monarchie a besoin d'un bon ministre de la police, un de ceux qui font volontiers tirer sur le peuple, elle le trouve toujours, à condition de le chercher, parmi ces avocats entrés au Parlement à l'enseigne de la révolution.'

Leonardo Sciascia brille par son style instinctif, ses associations étonnantes, ses analyses politiques et sociales clairvoyantes et sa vue lucide sur l'humanité en général.
Lecture hautement recommandée à tous les amateurs de littérature mondiale.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)