undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
132
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

NB: Amazon met souvent sur la même page "Produit" des commentaires de Films en mêlant les éditions DVD et Blu-Ray sans tenir compte des différences de contenu et de support de ces différentes éditions. Difficile de comprendre les raisons de ce mélange... Ce commentaire porte sur cette édition: "2001 : l'odyssée de l'espace [Blu-ray]".

La qualité de ce Blu-Ray est telle que je n'osais pas faire un commentaire dessus de peur de passer pour un Fan du Film dépourvu de discernement. Suite à un échange de messages avec un commentateur, qui est un grand Fan de Stanley Kubrick, dans lequel je lui ai parlé de ce Blu-Ray , j'ai pensé que je n'avais pas de raison de ne pas laisser un commentaire.

La beauté de l'image est d'une telle qualité que le spectacle qu'offre ce Blu-Ray surprend dès les premières images. L'éditeur a effectué un travail incroyable pour le Blu-Ray de ce Film, à tel point que je me suis dit en le visionnant la première fois "C'est pas vrai, c'est pas croyable que l'image soit d'une telle beauté, qu'on voit autant de détails, et les effets spéciaux, etc...". Difficile de croire que ce Film a soufflé ses 40 bougies, et s'il est bien un Film ou l'aspect visuel joue un rôle primordial, c'est bien "2001: L'odyssée de l'espace".

Le Blu-Ray présente le Film au Format d'image 2.2:1, celui dans lequel il fut projeté dans les salles de Cinéma avant que Stanley Kubrick ne décide qu'il soit projeté dans un Format "Recadré" dans les salles européennes. Les effets spéciaux n'ont pas prix une ride, seuls quelques plans au début laissent apparaître le maquillage des "Singes". Le Master est d'une propreté irréprochable, pas la moindre tache, poussière ou griffure. La Définition est impeccable avec un Piqué au maximum. La gestion des contrastes est impressionnante rendant le niveau de détail bluffant. Les Noirs sont très profonds. La palette colorimétrique délivre des couleurs vives et bien saturées qui ne bavent pas, les teintes de peau sont très naturelles. Les scènes se déroulant dans l'espace sont d'un réalisme saisissant, on s'y croirait, la qualité de l'image met en valeur le travail effectué par Stanley Kubrick et son équipe. L'image est d'une telle qualité que seuls les costumes les coiffures et le design de certains décors laissent deviner l'âge de ce Film, le Blu-Ray nous offrant l'occasion de revoir ce Film dans une qualité presque semblable à celle qu'offrait un visionnage au Cinéma. La profondeur de champ est étonnante dans les plans se déroulant dans le vaisseau et devient abyssale dans les plans spatiaux, l'aspect 3D que permet d'offrir le support Blu-Ray est omniprésent. "2001: L'odyssée de l'espace" est présenté dans des conditions vraiment spectaculaires.

Captures d'écran du Blu-Ray sur mon Blog: L'avis des Bêtes.

Il y a deux Pistes Audio Anglais, l'une en PCM 5.1, l'autre en Dolby Digital 5.1. La Piste Audio Français est en Dolby Digital 5.1. La Piste Audio Anglais en PCM 5.1 se montre plus détaillée et enveloppante que les Pistes en Dolby Digital 5.1, mais celles-ci se montrent tout de même assez efficaces avec un bon rendu des Ambiances et de la Musique ainsi que des Dialogues.

Les Bonus:

Commentaire Audio de Keir Dullea et Gary Lockwood. Sans Sous-Titres.

Documentaire: "2001: Dans les coulisses d'un mythe." Sous-Titré (43 mn)

"Odyssée dans l'espace: L'héritage de Stanley Kubrick." Sous-Titré. (21 mn 30 s)

"Vision d'un passé futur: La Prophétie de 2001." Sous-Titré. (21 mn 30 s)

"Qu'y a-t-il au delà?." Sous-Titré. (20 mn 40 s)

"Un regard sur le futur." Sous-Titré. (23 mn)

"2001: L'odyssée de l'espace - Effets spéciaux et conception graphique." Sous-Titré. (10 mn)

"Regardez: Stanley Kubrick." Un série de Photos prises par Stanley Kubrick quand il travaillait pour le Magazine Look. (3 mn 15 s)

"27/11/1966 Interview radiophonique avec Stanley Kubrick." Non Sous-Titré. (1 h 15 mn)
1717 commentaires| 50 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Allergique à la SF métaphysique passez votre chemin, mais les autres délectez-vous d'un des voyages les plus fascinants au coeur de notre système solaire envoutée par une musique inoubliable. L'image est magnifique, presque irréel dans les détails et la profondeur de champ. Déja le dvd etait top mais alors là en HD c'est extraordinaire. Vous pouvez l'acquerir sans risque, vous allez redecouvrir ce chef d'oeuvre dans des conditions plus qu'optimale. Foncez!!!
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Deuxième film de la trilogie futuriste (après FOLAMOUR et avant ORANGE MECANIQUE) 2OO1 L'ODYSSEE DE L'ESPACE est sans doute le film le plus célèbre de son auteur, le plus commenté, en bien comme en mal... Tourné en 70mm, projeté à l'époque sur trois écrans (le cinérama), 2OO1 est considéré comme le premier "space opéra", qui a nécessité quatre ans de recherche et de travail.

De quoi parle ce film : A l'aube de l'humanité, une tribu de primates découvrent un étrange monolithe noir posé sur le sol. D'abord troublés, ils se font à cette présence. L'un d'eux ose s'approcher plus près, et toucher l'objet ce qui lui confera une ascendance sur le reste du groupe. Plusieurs millénaires plus tard, ce même monolithe est repéré sur la Lune, où les américains envoient le professeur Flyod, chargé de l'étudier, et faire taire les rumeurs les plus folles. Enfin, 18 mois plus tard, un équipage fait route vers Jupiter, où l'on a encore repéré le monolithe. Le vol est entièrement contrôlé par un ordinateur, HAL 9000, dont le comportement commence à inquiéter l'astronaute Bowman...

Ce film est l'osmose parfaite entre l'image, la musique, les décors. Est-ce la musique de Strauss qui magnifie les images de Kubrick, ou l'inverse ? (Kubrick filmait ses scènes avec le disque qui tournait sur une platine, en studio...). Il y a quelques dialogues de temps à autres, mais ils ne servent qu'à remplir les longs moments de solitude et d'ennui des personnages, dont les conversations sont aussi vides que l'espace (voir les scènes de joyeux anniversaire par télé interposée, ou la discussion entre scientifiques russes et américains...). Kubrick traite une fois de plus le thème de la folie des hommes, de la perte de contrôle, poussée ici jusqu'au paroxysme, puisque même les ordinateurs crées par l'homme, ces cerveaux informatiques parfaits, deviennent fous à leur tour. Le vrai héros du film, le personnage le plus effrayant, le plus grand psychopathe qui soit, c'est HAL 9000, la tête pensante de cette odyssée. La mort de HAL, son agonie, est une des scènes les plus bouleversantes du cinéma.

Le prélude du film est un film en soit. Tourné en studio, avec le procédé de transparence, il nous raconte en vingt minutes l'évolution de l'homme, d'abord primate nomade, puis la sédentarisation, les clans, l'arrivée des classes sociales, l'avènement du chef, la prise du pouvoir par les armes. Avec une transition fulgurante, restée dans les annales du cinéma (le tibia jeté en l'air qui devient astronef), Kubrick bascule dans le futur, pour constater que pas grand chose n'a évolué.

Kubrick enchaîne des séquences éblouissantes et inoubliables, sur le plan émotionnel et technique. (Kubrick est aussi le créateur des ses effets spéciaux, qui ne se démodent pas malgré les techniques numériques actuelles). Les errements des vaisseaux dans l'espace silencieux sur fond de Strauss, les hôtesses qui défient la gravité en marchant au plafond, où le footing de Bowman dans la roue. Citons encore la découverte du monolithe enfoui, filmée caméra à l'épaule, qui fait naître une angoisse palpable. La tentative de meurtre perpétrée par HAL sur Bowman, et bien sûr le voyage à travers l'espace temps, psychédélique à souhait, le trip définitif de cinéma ! Cet épilogue énigmatique, dans des décors XVIIIème, qui reprend le cycle de la vie, n'en finit pas de nous interroger. Autant de scènes, d'images, qui sans dialogue ni explications rationnelles, nous touchent droit au coeur.

2OO1 est bâti selon une construction rigoureuse, autour du chiffre 4. Le film se découpe en 4 chapitres, eux mêmes découpés en 4 scènes, qui se répondent selon les époques : la naissance, le repas, la mort, et le monolithe. Film géométrique encore avec les multiples variations sur le cercle (le cycle), et le rectangle. Rigueur aussi sur un plan scientifique, le film se veut quasi documentaire à certains égards. Par exemple sur l'absence de son dans l'espace. Habilement, Kubrick va donc jouer sur cet aspect et rendre ce silence source d'angoisse, et de vertige (y compris pour le spectateur, quand les projections commençaient par trois minutes de silence, écran noir... mise en condition idéale pour apprécier la suite).

2OO1 ne repose pas sur des échanges psychologiques, mais sur la confrontation de l'homme sur lui-même, son origine, sa destinée. Le doute est au centre de tout. Pour symboliser ces questions, Kubrick utilise ce monolithe noir, qui intervient à chaque fin de cycle. Le monolithe est d'abord redouté, puis apprivoisé, devient une présence rassurante, ou une source d'interrogation profonde. C'est en cela que 2OO1 est considéré comme un film métaphysique.

Alors c'est vrai que 2OO1 peut faire naître l'ennui le plus profond, au premier abord. Je vous dirai : oubliez les autres films, oubliez les constructions romanesques classiques, oubliez les musiques tonitruantes et intrigues trépidantes, calibrées et rassurantes. Découvrez autre chose. Regardez, écoutez ce spectacle, cet "opéra galactique" et laissez-vous gagner par l'émotion. Ne cherchez pas à rationaliser. Chacun puisera ce qu'il veut, selon ses connaissances ou ses croyances. Chacun aura son avis et tout le monde aura raison, car Kubrick réalise un film au propos universel, libre d'interprétation. Kubrick disait : "on explique pas Beethoven, on aime ou pas". Il en est de même pour son film, conçu pour provoquer l'émotion, mais pas pour démontrer quelque chose.

Qu'il fascine, ennuie ou déstabilise, 2OO1 ne laisse personne indifférent. Entrez dans cet univers là, et parcourez la plus belle odyssée du cinéma qui soit. 2OO1 c'est plus qu'un film, c'est une expérience sensorielle.

PS : Le livre d'Arthur C. Clarke "2OO1" est sorti après le film, adapté du scénario, en prétendant répondre aux interrogations laissées sans réponse dans le film. La nouvelle dont le film est tiré s'appelle "La sentinelle" (1951).
1919 commentaires| 55 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2015
L’œuvre est reposante, lancinante, intensément interminable. Une eau de jouvence.
Un long sommeil battant à l’unisson d’un requiem de György Ligeti propulsant lentement sans espoir de retour deux privilégiés scrutés par un complexe électronique en manque de reconnaissance.
Un concept évolutif inconnu activé par une éclipse traversant le temps rapproche le primate de l’homme du ciel.
L’os devenu machine à tuer envoie dans les airs les rudiments d’un instinct fragile que l’homme devra transformer d’époques en époques en raison tout en faisant évoluer un outil de recherche le plongeant vers la quête de ses origines.
Une intelligence supérieure invisible entretient degré par degré nos perceptions instinctives devenues sens vers une finalité semblant se répéter.
Une panoplie destructrice dont la machine s’inspire de plus en plus.
Quel est notre destin ?
Ne serions-nous que des cobayes de laboratoires expérimentaux contingents, cloués au sol, testant l’intégralité d’une combinatoire sans fin.
Une meute scénarisée comme du bétail dans un roman nommé histoire en attendant qu’un privilégié découvre la porte des étoiles et nous livre enfin une identité.
"2001 Odyssée de l'espace » est un majestueux saut de puce dans l'espace et le temps, un impact temporel scientifique en plein devenir offrant à l’aube d’un troisième millénaire la perspective de quelques verstes parcourues rapprochant l'homme de son géniteur universel.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juin 2015
Il n'est pas ici question de parler de la qualité du film (chef d'oeuvre)

Le bluray est de très bonne qualité, tant l'image que le son, ça ne pourrait pas être mieux
Néanmoins, l'image du steelbook est quelque peut mensongère : alors que l'on s'attendrais à voir une image très claire avec un blanc très blanc qui fait contraste au rouge flashy comme dans le film, il y a ici un gris très fade. Ceci est dommage je trouve car l'image du steelbook n'est pas du tout comme dans la scène du film et n'est pas très agréable à regarder.
De plus, la solidité du boitier laisse à désirer.

Voilà les seuls défauts étant dans le boitier, je ne peux pas mettre une note plus basse, mais j'aurais attendu mieux pour une nouvelle édition de 2001
review image
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2015
Tellement de choses à dire sur cet OVNI de films de SF...
Si "vieux" et si novateur pour son époque, si incroyable, intemporel...

Un conseil quand même :
Lire le livre d'abord, il éclaire beaucoup sur la compréhension et scène finale du film... Même le début semble plus évident.

Une référence dans le genre mais pas forcément accessible pour tout le monde...

Je laisse de côté les menus "défauts" visuels inhérents aux techniques de l'époque (fonds peints, traces de pinceaux parfois... mais rien de rédhibitoire compte tenu de l'époque remontant à 1968, ne l'oublions surtout pas!!!)

Une édition BR faisant honneur à cet immense film défiant le temps malgré tout.

Adéquation images / son, du pur bonheur...
Du Grand Kubrick quoi !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Deuxième film de la trilogie futuriste (après FOLAMOUR et avant ORANGE MECANIQUE) 2OO1 L'ODYSSEE DE L'ESPACE est sans doute le film le plus célèbre de son auteur, le plus commenté, en bien comme en mal... Tourné en 70mm, projeté à l'époque sur trois écrans (le cinérama, procédé abandonné depuis) 2OO1 est considéré comme le premier "space opéra", qui a nécessité quatre de recherche et de travail.

Ce film est l'osmose parfaite entre l'image, la musique, les décors. Est-ce la musique de Strauss qui magnifie les images de Kubrick, ou l'inverse ? (Kubrick filmait ses scènes avec le disque qui tournait sur une platine, en studio...). Il y a quelques dialogues de temps à autres, mais ils ne servent qu'à remplir les longs moments de solitude et d'ennui des personnages, dont les conversations sont aussi vides que l'espace (voir les scènes de joyeux anniversaire par télé interposée, ou la discussion entre scientifiques russes et américains...). Kubrick traite une fois de plus le thème de la folie des hommes, de la perte de contrôle, poussée ici jusqu'au paroxysme, puisque même les ordinateurs crées par l'homme, ces cerveaux informatiques parfaits, deviennent fous à leur tour. Le vrai héros du film, le personnage le plus effrayant, le plus grand psychopathe qui soit, c'est HAL 9000, la tête pensante de cette odyssée. La mort de HAL, son agonie, est une des scènes les plus bouleversantes du cinéma.

Le prélude du film est un film en soit. Tourné en studio, avec le procédé de transparence, il nous raconte en vingt minutes l'évolution de l'homme, d'abord primate nomade, puis la sédentarisation, les clans, l'arrivée des classes sociales, l'avènement du chef, la prise du pouvoir par les armes. Avec une transition fulgurante, restée dans les annales du cinéma (le tibia jeté en l'air qui devient astronef), Kubrick bascule dans le futur, pour constater que pas grand chose n'a évolué.

Kubrick enchaîne des séquences éblouissantes et inoubliables, sur le plan émotionnel et technique. (Kubrick est aussi le créateur de ses effets spéciaux, qui ne se démodent pas malgré les techniques numériques actuelles). Les errements des vaisseaux dans l'espace silencieux sur fond de Strauss, les hôtesses qui défient la gravité en marchant au plafond, où le footing de Bowman dans la roue. Citons encore la découverte du monolithe enfoui, filmée caméra à l'épaule, qui fait naître une angoisse palpable. La tentative de meurtre perpétrée par HAL sur Bowman, et bien sûr le voyage à travers l'espace temps, psychédélique à souhait, le trip définitif de cinéma ! Cet épilogue énigmatique, dans des décors XVIIIème, qui reprend le cycle de la vie, n'en finit pas de nous interroger. Autant de scènes, d'images, qui sans dialogue ni explications rationnelles, nous touchent droit au coeur.

2OO1 est bâti selon une construction rigoureuse, autour du chiffre 4. Le film se découpe en 4 chapitres, eux mêmes découpés en 4 scènes, qui se répondent selon les époques : la naissance, le repas, la mort, et le monolithe. Film géométrique encore avec les multiples variations sur le cercle (le cycle), et le rectangle. Rigueur aussi sur un plan scientifique, le film se veut quasi documentaire à certains égards. Par exemple sur l'absence de son dans l'espace. Habilement, Kubrick va donc jouer sur cet aspect et rendre ce silence source d'angoisse, et de vertige (y compris pour le spectateur, quand les projections commençaient par trois minutes de silence, écran noir... mise en condition idéale pour apprécier la suite).

2OO1 ne repose pas sur des échanges psychologiques, mais sur la confrontation de l'homme sur lui-même, son origine, sa destinée. Le doute est au centre de tout. Pour symboliser ces questions, Kubrick utilise ce monolithe noir, qui intervient à chaque fin de cycle. Le monolithe est d'abord redouté, puis apprivoisé, devient une présence rassurante, ou une source d'interrogation profonde. C'est en cela que 2OO1 est considéré comme un film métaphysique.

Alors c'est vrai que 2OO1 peut faire naître l'ennui le plus profond, au premier abord. Je vous dirai : oubliez les autres films, oubliez les constructions romanesques classiques, oubliez les musiques tonitruantes et intrigues rationnelles et rassurantes. Découvrez autre chose. Regardez, écoutez ce spectacle, cet "opéra galactique" et laissez-vous gagner par l'émotion. Ne cherchez pas à rationaliser. Chacun puisera ce qu'il veut, selon ses connaissances ou ses croyances. Chacun aura son avis et tout le monde aura raison, car Kubrick réalise un film au propos universel, libre d'interprétation. Kubrick disait : "on explique pas Beethoven, on aime ou pas". Il en est de même pour son film, conçu pour provoquer l'émotion, mais pas pour démontrer quelque chose.

Qu'il fascine, ennuie ou déstabilise, 2OO1 ne laisse personne indifférent. Entrez dans cet univers là, et parcourez la plus belle odyssée du cinéma qui soit. 2OO1 c'est plus qu'un film, c'est une expérience sensorielle.

PS : c'est après la sortie du film qu'Arthur C. Clarke sortit le livre "2OO1", adaptation du scénario, et qui entendait répondre au interrogations du film. Clarke et Kubrick divergeaient sur cet aspect du scénario. Le film, lui, est inspiré de sa nouvelle "La Sentinelle", datant de 1951.
0Commentaire| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2009
Tout à déjà été dit sur les qualités artistiques et la richesse philosophique de ce monument. Je voudrais juste à mon tour souligner la perfection technique de ce blu-ray. C'est d'ailleurs le premier que j'ai acheté lorsque j'ai décidé de franchir le pas de la HD. Normal, pour le "plus grand film de tous les temps"... Que dire ? A condition de disposer du matériel adéquat pour vraiment en profiter, je pense que vous n'en reviendrez pas... Comment résumer mon impression... Dire qu'on a presque la sensation de voir le film pour la première fois, que les hommes-singes du prologue se baladent dans votre salon, que lors du "trip" final, vous sentez vos yeux se détacher lentement de vos orbites, que Kubrick avait en fait tourné une autre version - encore plus belle- du film et qu'on vous l'avait cachée jusque là? Bon, je suis à court d'arguments... Si *un* film mérite qu'on s'équipe en home cinema, un film qui date de 1968, rappelons-le, c'est ce chef-d'oeuvre indépassable qui donne le sentiment que le Blu-ray a été inventé rien que pour lui.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2013
il s'agit de mon réalisateur préféré, il est ici bien servi par une image de qualité, on n'est pas au niveau d'un Cléopâtre mais c'est un vrai régal, quant au film certaines scènes de légende me prennent toujours autant les tripes.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2001
Il est clair que "2001" n'est pas un film simple. Ce n'est pas un film d'action ou d'aventure dans l'espace, et les amateurs de pistolets lasers le trouveront certainement nul.
En ce qui me concerne, c'est le film le plus scientifique que j'ai jamais vu : les lois de la physique ont été respectées (l'espace, pour une fois, est silencieux), les décors sont superbes et très plausibles, l'idée d'utiliser un ordinateur central (HAL9000) intelligent est tout simplement visionnaire, etc. Bien qu'il ne soit pas récent, "2001" a résisté incroyablement bien aux ravages du temps qui démolit souvent les films de science-fiction, en leur donnant un aspect ringard.
La fin du film est énigmatique, métaphysique, et peut laisser sur sa faim le spectateur. On se reportera au roman d'Arthur C. Clarke pour comprendre un peu mieux, mais pas totalement, de quoi il s'agit. Quoiqu'il en soit, "2001" est un film incontournable du siècle passé.
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus