EUR 12,19
  • Prix conseillé : EUR 13,54
  • Économisez : EUR 1,35 (10%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats en France métropolitaine. Détails
En stock le 3 juillet 2017.
Commandez-le dès aujourd'hui.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Abacab (2007 Remaster)

3.9 étoiles sur 5 20 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
26 neufs à partir de EUR 4,79 4 d'occasion à partir de EUR 14,44
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Genesis


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Abacab (2007 Remaster)
  • +
  • Duke (2007 Remaster)
  • +
  • Genesis
Prix total: EUR 36,73
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (4 avril 2008)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Virgin
  • ASIN : B0015FRC9G
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5 20 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 25.679 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Abacab
  2. No reply at all
  3. Me and sarah jane
  4. Keep it dark
  5. Dodo / lurker
  6. Who dunnit?
  7. Man on the corner
  8. Like it or not
  9. Another record

Description du produit

2007 remaster of 1981 album bringing intellectual pop to the masses with catchy melodies. Includes "Man On The Corner" and title track.


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Branle-bas de combat chez Genesis en cette année 1981 !

Le trio Banks-Collins-Rutherford (non, messieurs les intégristes du prog, Collins n'était pas le seul responsable...) décide de jeter au panier ses idées reçues et se lance dans son album, musicalement le plus osé et le plus risqué (avec toutefois le mythique "The lamb lies down on Broadway")

Résultat : une production simplifiée et ramassée, un son puissant et américanisé qui propulsent le groupe dans une nouvelle dimension.

Et la musique ? Les 3 ont-ils vraiment laisser les recettes des albums précédents aux vestiaires et ré-inventer un nouveau genre ?

Quelques morceaux vont dans ce sens...

- "Abacab" avec sa puissance et un développement instrumental simple, jouant plus sur les atmosphères et la notion de musique improvisée "jam" que sur un étalage de notes et de dextérité

- "Keep it dark", single efficace avec son riff entêtant et son refrain aéré

- "Lurker", deuxième partie d'un morceau avec un solo de synthé on ne peut plus simpliste

- "Whodunnit ?", gigantesque farce pondue par un Banks en plein délire, véritable pied-de-nez aux intégristes du rock-progressif

- "Another record" avec ses influences soul

D'autres se rapprochent d'un passé proche ("Me and Sarah Jane", "Dodo", "Like it or not" auraient pu figurer sur leur album précédent "Duke" sans que personne ne vienne broncher...
Lire la suite ›
4 commentaires 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST OCTOBRE 1981 N° 159 Page 89
13° Album 1981 33T Réf : Vertigo 6302 162
Ce nouveau Genesis a trois faces, deux en vinyl, la troisième étant celle des fans du groupe, probablement impayable d'étonnement, qui se demanderont s'il s'agit vraiment là du nouvel album de leur groupe favori. Et ils auront raison car "Abacab" n'est pas le nouveau disque de Genesis, mais le premier disque d'un nouveau Genesis, d'un autre groupe. Mike, Tony et Phil ont en effet voulu rompre totalement avec ce groupe un peu trop prévisible qu'était Genesis et sont pour cela partis dans des voies musicales où vous n'auriez jamais pensé qu'ils puissent s'aventurer. La rupture est aussi totale qu'elle peut l'être sur tout ce qui était sujet à changement. Bien sûr, vous retrouverez une voix familière, et deci-delà des couleurs mélodiques usuelles, mais la plupart du temps vous perdrez pied devant ce qui est la plus culottée des remises en question qu'un groupe de rock installé au sommet ait osé assumer. C'est réellement l'heure du grand chambardement , et la première écoute est un moment plutôt déroutant.
.
Mais après, si vous n'êtes pas de ces fans bloqués qui ne veulent rien changer, vous allez tomber amoureux de ce disque bien plus profondément que de ses prédécesseurs. "Duke", le dernier en date, séduisait immédiatement, parce qu'il reconduisait des stratégies adorées avec une force décuplée, et même une certaine hargne acide née des amertumes de Collins. Au bout de dix écoutes , l'album devenait cependant un "Genesis de plus".
Lire la suite ›
3 commentaires 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Melomaniak COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 22 juillet 2014
Format: CD
Le dernier chef d'aeuvre de Genesis ? L'ultime album d'une triplette de transition du groupe de rock progressif des années 70 vers le groupe pop des années 80/90, indéniablement.

En fait, tout vient du départ de Steve Hackett et de l'obligatoire simplification instrumentale qui en suivit, du fait que les trois membres restants aient décidés de ne pas, encore une fois, amener une nouvelle tête dans leur petit confort. Il y a un paradoxe là-dedans, d'un côté une volonté de rester entre eux, dans un petit cocon, d'un autre une vraie prise de risque tant la guitare était, jusqu'alors, un élément déterminant de l'assemblage sonique de la formation.
Sur les deux albums précédents, Genesis n'a pas encore tout à fait assumé ce resserrement trouvant des alternatives compositionnelles et sonores à ce manque, pour des résultats tout sauf indignes mais sans doute un peu frileux. Abacab change tout ça, prépare la suite aussi avec un parti-pris nettement plus moderniste sans pour autant perdre le progressisme qui a fait la réputation et la gloire du groupe jusque-là. Evidemment, c'est le jeu de l'évolution, ce nouveau cap n'ira pas sans heurts avec leur auditoire de référence.
Pourtant, quel album ! Bon, on avouera que le petit gag de studio Who Dunnit? perd de son sel la première écoute passée, n'est pas Devo qui veut.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique