• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Alcools de nuit a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Alcools de nuit Broché – 21 juin 2007

3.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,30
EUR 20,30 EUR 9,45
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Cormier

Bonsoir,
Dans nos conversations d'avant premier métro, entre loup et chien, nos élucubrations à consistance géographique nous portaient, le plus souvent, vers Zanzibar, nom qui stimule la soif. Aussi Pondichéry, probablement parce qu'elle fut un comptoir. Et encore Addis-Abeba, question d'y beber. Le ventre avant la tête, la matière liquide avant la grise, la marée basse des chais avant les volcans de l'esprit ? À vous de juger...
Zanzibar, l'île de l'océan Indien fait pour que l'Antoine y trempe sa plume, - s'il avait horreur des coquilles, il adorait les fruits de mer ! Avec Roger dit Tonton Roro, Antoine qui voyageait surtout sur place, dans un verre ballon, et moi, Jeannot le jeunot du trio, nous avions par une nuit sans lune fait le serment, pas (vraiment) d'ivrognes, d'y accoster ensemble. Pour, plus tard, rallier Pondichéry l'Indoue, pas si loin du Yang-tsé-kiang du Singe en hiver, le best-seller d'Antoine. Et, sur la route du retour, vers Saint-Germain-des-Prés, nous octroyer un crochet par la Corne de l'Afrique, afin d'y accrocher un lambeau de notre passage terrestre, à Addis. Pour moi, réellement au pays des Merveilles, au royaume d'Aksoum, l'Ethiopie...
Addis-Abeba, j'y suis seul, songeant à Tonton Roro et à Monsieur Jadis, notre Blondin d'amour à nous. Antoine racontant «Mes ancêtres maternels, affublés du sobriquet de Blondin d'Amour ou Blondin du Lys, étaient bergers transhumants...»
Avant de la visiter avec vous, j'ai une pensée pour mes guides, Tonton Roro et Antoine, partis rejoindre le Grand Ailleurs. Antoine, le 6 juin 1991, à 69 ans ; Roger, le 29 août 1999, à 82 ans. Sans avoir la prétention d'affirmer que je bois pour trois, je pose mon regard sur ce qui bouge autant que ce qui semble figé, avec l'acuité (mot dangereux) qu'ils m'ont transmise.
Le Tour de France a été notre dénominateur commun. En tant que chroniqueur de haut vol pour L'Équipe, Antoine l'a magnifié en le suivant (ou le précédant) vingt-sept fois. Roger trente-trois fois, et moi trente-sept, pour le compte du Parisien libéré, dont quinze ensemble (de 1967 à 1982), soit de l'ère Merckx, dit le Cannibale, au début de l'ère Hinault. Quinze mois de vie commune, où les secrets s'échangent et où les liens se resserrent. Chaque soir, nous bivouaquions ensemble, partagions le couvert et le gîte, et surtout palabrions jusqu'à point d'heure, de préférence un verre à la main, avec les régionaux de l'étape, des copains le plus souvent du rugby. Parfois, nous attendions la fin des parties de poker de Jacques Anquetil, Pierre Chany, Raymond Poulidor et de Philippe Miserez, médecin chef du Tour, pour nous lancer dans la nuit. Une fois le Tour fini - Tour dont Antoine disait qu'il était «la fête et les jambes» -, restait la fête : on ne pouvait pas se quitter comme ça et, les nuits qui enchaînaient, nous restions toujours groupés. Le Tour, le nôtre, continuait dans Saint-Germain-des-Prés, avant qu'on ne se remotive pour le suivant...

C'est donc en 1967 que j'ai découvert le Tour de France, sa magie et aussi ses drames. Année où, lors de l'ascension du mont Ventoux, sous un soleil infernal, je m'apprêtai à prendre le relais d'une infirmière opportunément tombée du ciel, qui pratiquait le bouche-à-bouche sur un merveilleux champion, l'Anglais Tom Simpson, qu'elle ne pourrait empêcher d'y monter, foudroyé qu'il fut par la conjugaison des effets de la canicule et de ce que j'appellerais les stimulants ! Cher Tour de France qui a abrité tant de nos propres tours, détours et contours dans les nuits si courtes entre des étapes si longues, où notre amitié à trois, Antoine, Roger et moi, s'est cristallisée dans des verres parfois à moutarde. Avec Pierre Chany, dit le Vieux play-boy fourbu (qui nous a quittés en 1996) et Jean-Jacques Simmler, dit le Sphinx, grand reporter, pour l'heure (toujours en 1967) ardoisier de service, mon jumeau de java, frappé en l'an 2000 d'une tuile nommée cancer.

Présentation de l'éditeur

Il y a quelque vingt ans, Antoine Blondin, Roger Bastide et Jean Cormier décidaient de raconter dans un livre à trois voix plusieurs années de pérégrinations, de folles aventures et d'ivresses mémorables. Aujourd'hui, Jean Cormier reprend la plume pour rendre hommage à ses deux compagnons de route et du Tour de France disparus. Son nouveau texte s'inscrit entre les leurs conservés, comme une conversation renouée, une façon de «lever son verre vers les étoiles» à leur santé.
«Etre le rescapé d'une échappée nocturne qui s'est étirée sur vingt-cinq ans, ça laisse des traces. Quand on a roulé sur les grands braquets avec Antoine Blondin et Roger Bastide, on est increvable, les boyaux sont blindés. La tête, elle, se décharge sur le coeur. Mettre de l'eau dans son vin ? Non ! Des larmes, oui.
Même si vous me manquez, tout n'est pas dépeuplé. Les blondiniens restent légion et les bastidiens plus nombreux qu'on ne pourrait le penser. Comme un relais. Tonton Roro m'a passé sa plume et Antoine, sa confiance.
Pas question de les trahir. Alors, j'ai raconté...»

Jean Cormier

Antoine Blondin. Celui qui disait «On écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier. Tout le reste n'est que litre et ratures» et «Le bistrot constitue un lieu privilégié pour l'évocation douce-amère des paradis perdus» reste l'un des plus grands.

Roger Bastide. Connu comme «l'immense Bastide». Paillard et gaillard chroniqueur du Tour de France ou du rugby. Ecrivain, auteur de pièces de théâtre. Et créateur des Polymusclés Intermittents, avec Jean-Paul Belmondo, Claude Brasseur...

Jean Cormier. - le rescapé du trio». Grand reporter au Parisien et Aujourd'hui en France. Biographe du Che. Co-auteur, avec Pierre Albaladejo, du Livre d'or du rugby. Réalisateur de trois documentaires sur le Che, et de deux sur les Indiens d'Amazonie.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
De cette triple alliance Antoine Blondin , Roger Bastide - à quand une intégrale de ses oeuvres !?
Seul Jean Cormier surnage encore , gloire lui soit rendue .
Cette (F)rance des bistrots pratiquant le verre à verre , le coude à coude, le corps à corps avant le règne des monades .
Ils se noyaient dans ce liquide leur réchauffant les côtes et en purs grimpeurs affrontaient celles du Ventoux , celles de Nuits .
Ils se noient dans des océans de pixels , ils disaient - on boit ensemble , on est soûl tout seul - avec l'hébétude des écrans ils disent
- on regarde tout seul , on est tout seul
Des textes assez inégaux mais qui sentent la boucanerie , je me suis surpris plusieurs fois à agiter frénétiquement le livre à la shaker
et d'autres fois à le frapper sur la table en le couvrant de la paume de ma main .
Etranges phénomènes ...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?