Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 9,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Les Amazones de la République par [REVEL, Renaud]
Publicité sur l'appli Kindle

Les Amazones de la République Format Kindle

3.2 étoiles sur 5 74 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
EUR 9,99

Longueur : 320 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

La série L'île de Gansett à 1,99€
Découvrez maintenant les 6 romans de la série L'île de Gansett de Marie Force à 1,99€. En savoir plus

Description du produit

Extrait

UN JOUR À TOULOUSE...

C'était un jour de mai 1984 à Toulouse, cette ville toute de rose laquée, dont un soleil de plomb vient souvent délaver le ciel bleu et étouffer les ocres de ses maisons. Or cette cité, orgueilleuse et jalouse de ses voisines, qui exige de ses habitants un mariage monogame, déroulait ce jour-là ses plus beaux atours pour celui qu'une foule compacte applaudissait. Sous les lambris de l'hôtel de ville, un président de la République en visite s'avançait lentement vers le perron, de port très altier et un brin de hauteur désabusée dans la démarche : François Mitterrand.
Se frayant un chemin parmi une meute en génuflexion, implorant l'aumône - un geste, un mot... -, l'homme aimantait les regards. Cette foule de courtisans n'était que limaille pour celui dont l'oeil s'était soudainement arrêté sur une jeune et jolie femme noyée dans la cohue : un visage qu'il connaissait et dont il avait alors immédiatement verrouillé la silhouette. Tel un missile sa cible. Sur le qui-vive guerrier, François Mitterrand, qui en oublia le reste, lui adressa de la tête un discret signe de bienvenue. Un geste qu'elle lui rendit dans un léger sourire empreint de componction. Touchée !
Comme de coutume, le protocole imposé de ce type de marathon présidentiel avait été réglé au cordeau par la machine élyséenne. Et François Mitterrand ne dissimulait pas son agacement : 9 heures, allocution à la préfecture ; 10 heures, visite des ateliers d'Airbus ; 11 heures, rencontre avec une délégation de la FNSEA, le syndicat paysan. A midi, vin d'honneur et déjeuner protocolaire à l'hôtel de ville en compagnie d'une armée de notables endimanchés, prêts à s'immoler pour l'approcher.
Mais Mitterrand, dont le visage marmoréen s'était irradié, n'avait plus d'yeux que pour «Elle». Tendant son cou pour mieux l'apercevoir, tel le héron au-dessus d'une rangée de roseaux, il respirait au-delà de cette marée humaine les embruns de celle qui venait de remarquer son manège.
La chasse était lancée. Cette apparition fit l'effet chez le locataire de l'Élysée d'un ouragan de fraîcheur dans cette chaleur que dégageait cet embouteillage de chairs. Que d'obligations et de salamalecs, pestait-il intérieurement ! Or, François Mitterrand, convaincu que le fruit était mûr, poussait un peu plus son art. Certains parmi ses plus intimes compagnons de route, qui escaladaient à ses côtés le caillou de Solutré, l'ont souvent entendu raconter, lors de cette ascension, quand le temps s'écoule lentement, le plaisir qu'il trouvait dans ces joutes à distance. Quand tout n'est plus que jeu de séduction et quitte ou double.
Elle, ici ? Quoi de plus normal. Journaliste politique à TF1, Florence Schaal avait été dépêchée le matin même par sa direction pour suivre le déplacement de celui qu'elle avait été amenée à rencontrer à quelques reprises dans le cadre de ses activités, depuis son accession à l'Élysée, trois ans plus tôt.
Et Florence se sentait déshabillée de la tête aux pieds. Comme la jeune fille que le paysan regarde danser, guettant les effluves d'un parfum qu'il semble deviner de loin. Plus que quelques minutes de patience et il irait lui inoculer, dans un grand tourbillon de mots, quelques compliments ourlés qui la feraient immanquablement chavirer.
Comment était-elle vêtue ? Une veste claire, un chemisier légèrement décolleté, un jean, des escarpins. Des boucles d'oreilles, une bague, peut-être... Imperceptiblement, François Mitterrand s'était écarté de quelques pas pour se rapprocher de la journaliste, elle-même entourée d'une grappe de confrères à l'affût. Chacun savait que c'est dans ces moments-là que le président de la République, qui gérait comme personne ces situations, distillait, en aparté, quelques confidences. En l'occurrence, ce jour-là, une charge au vitriol contre le parti communiste...
L'estocade ne devait plus tarder. La harponnant d'un dernier regard, plus vrillant cette fois-ci, il lui sourit comme on sourit à l'inconnue que l'on va mettre en cage : un sourire d'oiseleur en passe d'apprivoiser une espèce rare. Pourtant, François Mitterrand connaît bien sa proie. «Comment allez-vous, Florence ?» Tout en prononçant ces mots, il a franchi, tel un passe-muraille, le rempart de gardes du corps et de conseillers qui l'encerclent pour se rapprocher de la journaliste, qu'il entraîne alors à ses côtés, lui frôlant le coude de sa main, avec la lenteur d'un koala agrippé à sa branche.

Présentation de l'éditeur


Sexe et journalistes à l'Elysée








Qui sont-elles ? Tantôt des courtisanes, des confidentes et des compagnes, d'un soir ou d'un mois. Tantôt, des gourgandines de passage, des maitresses attitrées ou leurs premières conseillères. Or toutes ces femmes ont une seule chose en commun, leur métier de journalistes. Depuis les premières heures de la Cinquième République, elles sont ainsi une lignée à avoir franchi les grilles de l'Elysée, comme celles d'un square d'arrondissement, dont elles ont séduits leurs différents locataires, tombés comme des mouches.
Romanesques, burlesques, grivoises et parfois surréalistes, les anecdotes qui peuplent cet ouvrage éclairent d'un jour particulier la fonction présidentielle. Et dressent un portrait parfois décapant des relations entre la politique et une génération d'amazones venues de la presse écrite ou de l'audiovisuel, qui ont marqué à leur manière la " petite " histoire de ce palais.




Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 652 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 320 pages
  • Editeur : First (6 juin 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00D36XAQY
  • Word Wise: Non activé
  • Lecteur d’écran : Pris en charge
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.2 étoiles sur 5 74 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°47.037 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?


click to open popover

Commentaires client

Lire des commentaires qui mentionnent

Meilleurs commentaires des clients

25 mars 2014
Format: Broché|Achat vérifié
2 personnes ont trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
11 juillet 2013
Format: Broché|Achat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
8 juin 2014
Format: Broché|Achat vérifié
31 mars 2014
Format: Broché|Achat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
29 juillet 2013
Format: Broché|Achat vérifié
15 mars 2014
Format: Broché|Achat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus
11 juillet 2013
Format: Broché|Achat vérifié
14 août 2013
Format: Broché|Achat vérifié

Commentaires client les plus récents

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?