• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 9 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amsterdam a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Amsterdam Poche – 29 août 2002

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres Folio achetés = 1 livre offert (voir conditions sur la page de l'opération en cliquant ici)
3.4 étoiles sur 5 11 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,10
EUR 6,58 EUR 3,10
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Promotion Folio
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Amsterdam
  • +
  • Samedi
  • +
  • L'enfant volé
Prix total: EUR 25,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Dans le froid glacial d'un hiver londonien, deux vieux amis discutent : Clive Linley, musicien de renom, et Vernon Halliday, patron d'un puissant quotidien anglais. À leur côté, achève de se consumer le corps de leur ancienne maîtresse, la flamboyante Molly Lane, critique gastronomique et photographe. Tous deux expriment la même antipathie à l'égard d'un autre ancien amant de Molly : Julian Garmony, ministre des Affaires étrangères, aux idées xénophobes et répressives. Mais au lendemain de ces obsèques, plus rien ne se passe comme avant pour les deux compères. Privés du soutien de leur muse, les voilà qui piétinent allégrement les valeurs morales, au nom de l'art pour l'un, de la rentabilité financière pour l'autre. Sur quel drame va déboucher l'entreprise de déstabilisation engagée par le journal de Vernon contre Garmony ? Et où l'étrange pacte qu'ont signé les deux amis va-t-il les mener ?

Ian McEwan est considéré comme l'un des écrivains anglais les plus doués ; on lui doit notamment Les Chiens noirs et L'Enfant volé (prix Femina étranger 1993). Dans ce roman, à l'intrigue toute diabolique, il se livre à la satire féroce des sphères intellectuelle et politique de la société anglaise. Leurs égoïsmes, leurs ruses cyniques, leurs mesquineries, leurs lâchetés, sont exhibées, avec cet humour corrosif qui assure depuis le succès de McEwan. --Nathalie Gouiffès --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

«Deux anciens amants de Molly Lane attendaient à l'extérieur de la chapelle du crématorium, le dos tourné à la bise de février.»

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
“Amsterdam” est trempé “british” … où rien, ni situations, ni personnages, ne peuvent exister simplement. Tout y est compliqué, forgé de sous-entendus, aspergé à l’eau des faux-fuyant, des circonvolutions, et des non-dits. Mais bien mieux que les ex-amants de Molly Lane, le compositeur Clive Linley, le directeur de rédaction Vernon Halliday, et Julian Garmony, ministre des Affaires étrangères, l’auteur manipule avec brio ces entrelacs de trahisons et de viols répétés des valeurs morales qui façonnent son intrigue. S’inspirant en contre-alto de la profession de Clive Linley, le musicien, l’anglais McEwan nous délivre une histoire de vengeance bâtie selon les fondations d’une symphonie, avec ses mouvements tantôt lents, tantôt rapides, ses évasions dans des harmonies parallèles, ce pour mieux revenir à la mélodie de base. Mélodie qui plus est, marque des grands compositeurs (et écrivains), se résume à quelques notes seulement, enivrantes et obsédantes: haine, amour, amitié … Il en résulte un grand roman à lire, justement couronné par le Booker Price 1998!
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
J'vais lu "Atonement" et salué un vrai auteur. j'ai lu "Amsterdam" et je n'ai rien retrouvé du talent de Ian Macewan dans un roman que je qualifierait de "baclé" dans le style et la construction. Je suis peut-être sévère, car déçue.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
This novel is about mortal conflict among four British men sharing, at different times, one woman, Molly, until recently culinary columnist of a major British paper. Her death at age 46 and funeral kick-starts this book. The quartet consists of her husband David (publisher of dubious historical bestsellers), Clive (a rich, conservative composer), Vernon (editor of a newspaper in decline) and Julian, the British Foreign Secretary.
The foursome do not know each other very well: Vernon and Clive are old friends; Vernon knows David is a 1.5% owner of the paper he runs and hates everything Julian stands for politically. Julian is married with children but let Molly take pictures of him in women's clothes. After Molly's death, David plans revenge on her lovers...
"Amsterdam" is dedicated to the Dutch couple who published the author's first book in Dutch, before his UK debut. The title also stands for something else: Amsterdam is where euthanasia is practiced as part of the NL system of healthcare. With a medical doctor's referral and for a hefty fee, in NL the elderly and other hopeless individuals can be put out of their misery. Utter nonsense of course, but the idea is pursued to a successful climax.
McEwan describes professions brilliantly, but fails when linking their pursuers with higher beliefs and ethical principles. But not always. His bestseller "Solar" sadly turned into comedy, his masterpiece "Saturday" not. "Amsterdam" is amusing and cynical. The pressure upon a composer who has missed two deadlines and on an editor with daily deadlines, running from meeting to meeting, is beautifully portrayed. This is a brilliantly plotted and written, short novel about the vagaries of the press, politics and being an overachiever in Great Britain.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par loboblanco TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 30 septembre 2015
Format: Poche
Le prologue, deux vieux amis qui assistent à la crémation d'une ancienne maitresse (en présence du mari) et l'épilogue sont amusants.
L'important n'est pas dans l'intrigue mais dans sa narration d'un humour particulièrement corrosif. L'auteur peint ses personnages avec un regard acéré et sans aménité. Au final c'est le personnage le plus médiocre (le mari) qui va "gagner" sur tous les tableaux. Ce n'est pas le meilleur roman de l'auteur mais il se maintient dans ce que la littérature Européenne produit de meilleur actuellement. Un exemple que devraient suivre quelques uns de nos auteurs(es).
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Amsterdam est un roman si tiède que l'on a bien du mal à imaginer qu'il ait été écrit par le maître du macabre et du suspense. Les 40 premières pages sont un exemple parfait d'inaction et de lourdeur. On s'ennuie très franchement. Sans le nom de McEwan en couverture, ce livre aurait fini abandonné dans un coin.
Malheureusement, la persévérance n'a pas payé. L'intrigue devient quelque peu plus intéressante quand les ambitions des personnages se dévoilent. Cependant, ni le style ni les vagues ébauches de portraits psychologiques ne parviennent à sauver l'histoire.
La fin elle-même est une absurdité. Grotesque et si évidente que le tragique prend des tournures comiques.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Deux personnages, l'un journaliste, l'autre musicien, tous deux au faîte de leur carrière, sont entraînés par leur ambition et des malentendus dans une rivalité qui se terminera mal.
On adhère complètement aux états d'âme des deux hommes pleins de doutes et de craintes, déterminés à réussir plus encore qu'ils ne l'ont jamais fait, alors qu'ils sont à la veille d'entamer leur déclin. Le livre est plein d'ironie et d'humour grinçant à base des décalages de point de vue. McEwan écrit bien, c'est un fait.
Mais on se demande quelle hâte incroyable a forcé l'auteur à conclure, en un chapitre burlesque ou grotesque et surout invraismeblable, une histoire qui, jusque là, marchait très bien. Certes, c'est à ce dernier chapitre que le roman doit son nom et parfois même la photo de sa couverture - il n'y a rien de la capitale des Pays Bas dans le livre avant la toute fin. Mais rien à faire, la conclusion laisse une impression d'oeuvre avortée.
Livre, cela dit, agréable, et tout à fait digne de son auteur, à part cela!
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?