• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Apologie de la punition a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Du N°1 des livres et articles multimédia d'occasion en Europe.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Apologie de la punition Broché – 6 février 2014

3.6 étoiles sur 5 5 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00
EUR 17,00 EUR 11,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Apologie de la punition
  • +
  • Petit éloge de la gentillesse
  • +
  • Eloge de la gentillesse en entreprise
Prix total: EUR 46,95
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

La punition, cheminement historique de l'humanité

Quel bilan puis-je tracer de mon intervention en Maison d'arrêt ? D'abord qu'on ne peut que constater l'échec de la prison qui n'atteint pas son objectif affiché, punir. Loin de m'avoir converti à la logique pénitentiaire, ma fréquentation ponctuelle mais régulière de la prison m'a conforté dans l'idée qu'elle constituait moins une solution qu'un problème. Si ma réflexion pénale avait débuté par l'humeur et l'émotion, cette expérience m'incitait à rechercher ce qui faisait de la prison une impasse tout en frayant de nouveaux chemins à la punition. Mon article n'a rien changé ni à la prison ni à la justice en France : un détenu continue tous les trois jours en moyenne d'être à l'article de la mort, le taux de récidive des condamnés y est de 60 %, et c'est presque exclusivement la même partie de la population qu'on y retrouve, ce qui rend peu crédible l'existence d'une justice, sauf à penser, comme sous l'Ancien Régime, que les pauvres - les vilains - ont une moralité déplorable et une propension au vice et au crime qui les conduit logiquement derrière les barreaux. Il y a des formes de violences discrètes qui passent le tamis de la justice, celle-ci retenant seulement les violences les plus visibles. Certes, voler, violer et tuer ne sont pas des crimes anodins et la société doit sans conteste condamner lourdement leurs auteurs. Mais d'autres actes provoquent la spoliation, la perte de l'intégrité physique et morale et la mort alors que leurs auteurs - élus sans scrupules, délinquants en col blanc, hommes de médias intrigants - sont rarement inquiétés. N'y a-t-il pas là une inversion des valeurs, surtout lorsque ces hommes sont présentés comme modèles à une population pourvue de bon sens et d'esprit critique ? Se contenter d'une telle justice ne risque-t-il pas de nourrir dans la population un sentiment d'injustice, voire de révolte ?
Cet article n'a donc pas fait mouche, mais il comportait une intuition programmatique que ce livre veut développer. De la prison comme impasse totale, j'en suis venu logiquement à interroger ce qui devrait justifier son existence, à savoir l'idée de punition. A l'époque, je pensais que la punition se composait de deux moments : la sanction et la réparation. Le coupable d'une faute, lorsqu'il est identifié, doit d'abord être sanctionné, c'est-à-dire reconnu par la société comme coupable. Cette reconnaissance manque cruellement aujourd'hui, d'une part parce que nous vivons dans des sociétés démographiquement importantes qui rendent difficile la connaissance du crime non seulement d'un bout à l'autre du territoire - ce qui historiquement fut rarement le cas -, mais surtout auprès de la population directement touchée. Seuls les crimes les plus violents et les plus sordides accèdent à cette notoriété, la majorité des autres demeurant confidentiels. Cette reconnaissance publique de la faute est d'autre part empêchée par l'anonymat qui caractérise la vie de l'homme postmoderne en bien comme en mal. Dans un tel anonymat, la punition devient elle aussi anonyme et perd de sa force. On entre en prison comme on en sort : discrètement. Dans nos sociétés, les actes d'honneur sont sans gloire, ceux de déshonneur sans honte. La forme obscure et cachée que revêt la prison explique donc en partie son inefficacité.

Présentation de l'éditeur

Comme si l’histoire avait pris le parti de la douceur contre la violence, la punition est méprisée, honnie, chassée de la famille et de l’école. Elle subsiste marginalement dans le sport (les pénalités) et dans la diplomatie, quand il s’agit de punir les états voyous. Aujourd’hui considérée comme antidémocratique, la punition ne s’adresse en fait qu’à ceux qui se rendent coupables de comportements jugés non démocratiques (le professeur qui gifle son élève, le père qui donne une fessée à son fils et se retrouve condamné à 500 euros d’amende à Limoges). En même temps, sous couvert d’humanité, on laisse croupir une foule de détenus dans des prisons (avec un taux de récidive à 60% et un suicide tous les trois jours), sans leur proposer de vraie possibilité de se racheter aux yeux de la société par le biais d’une punition. La punition est aujourd’hui cachée, taboue, elle n’est absolument plus pensée comme la meilleure façon d’empêcher la vengeance alors qu’elle est par essence le premier pas vers le pardon, un moyen de réparer, de recoudre le tissu social. Il est temps de la réhabiliter en la repensant véritablement pour proposer une justice enfin réparatrice, fondée sur la responsabilité et le pardon.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Dans son « Éloge de la gentillesse », Jaffelin sait de quoi il parle et le professeur de philo qu’il ne peut pas cesser d’être ne nous inflige « que » 187 notes de bas de page pour inviter des auteurs reconnus à renforcer ses thèses.
Dans son « Apologie de la punition », il aborde une expérience qu’il n’a pas vécue, n’ayant été ni puni de prison (le seul cas de punition qu’il traite en profondeur) ni punisseur, un peu comme ces expatriés travaillant pour les ONG qui parlent de la faim dans le monde, sans avoir jamais raté un repas. C’est peut-être pour cela que le nombre de notes de bas de page grimpe à 354, en provenance de 111 auteurs, de Abensour à Zorn en passant par (formation oblige …) Aristote, Descartes, Hegel, Kant, Levinas, Montaigne, Nietzsche, Platon, Rousseau, Spinoza et Max Weber ! Très peu (aucun ?) d’entre eux ont d’ailleurs été en prison eux-mêmes et j’aurai mieux compris qu’il veuille faire témoigner ces taulards qu’ont été Brasillach, Burroughs, Dostoïevski, Céline, Genet, Mandela, Soljenitsyne, Verlaine, Villon ou Oscar Wilde, tous étrangement absents et pourtant concernés au premier chef, ou même, plus modestement, tous ceux qui ont eu le triste privilège de passer quelques mois dans les geôles de la République, malgré (ou à cause) de la mal nommée « présomption d’innocence », souvent invoquée, rarement respectée.
Alors, si je critique autant cet ouvrage, pourquoi lui avoir accordé 5 « étoiles » ? La première pour avoir osé aborder un sujet qui n’intéresse pas les « braves gens » (ceux dont parlait Brassens).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Je suis d'accord avec Jaffelin sur une multitude de points. Quand il écrit par exemple :
qu'il faut « chercher une dynamique visant à remettre le fautif en mouvement vers lui-même en même temps que vers la société ;
qu'il faut « ouvrir la société pour que l'humanité prenne une nouvelle respiration »
qu' « il y a en l'homme une force et une ressource qui sont, la plupart du temps, aussi peu exploitables que le pétrole enfoui dans les entrailles de la terre » ;
qu'il s'agit de « réparer, recoudre, restaurer » ;
que mieux vaudrait une justice réparatrice

que le système carcéral actuel est inacceptable, etc.
Et je pourrais encore longtemps poursuivre l'énumération de mes points d'accord.
 
Même quand il parle des enfants et qu'il suggère les nombreuses formes que peut prendre ce qu'il appelle la « punition » : discussion, confrontation avec la ou les personnes impliquées dans la faute, recommandation d'aller s'excuser, restitution de ce qui a été dérobé, réparer ce qui a été abîmé. Tout cela me paraît bel et bon, mais je ne vois pas la nécessité de concevoir tout cela comme une « punition ». On peut le concevoir, comme il le dit lui-même comme une réparation de la relation. Et je ne vois surtout pas la nécessité de rendre cette réparation humiliante. On peut très bien expliquer à l'enfant que si c'était lui qui était victime de la faute en question, il serait sûrement heureux de voir l'auteur de cette faute venir s'excuser et réparer.
Lire la suite ›
2 commentaires 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Un texte ambitieux qui propose de remplacer le code pénal par une nouvelle manière de punir. Une bouffée d’air frais dans le domaine de la punition qui aborde sans tabou le rôle de celle-ci dans la famille, à l’école, dans le sport et la diplomatie et explique pour quelles raisons la prison ne punit pas. A mettre entre toutes les mains, celles des coupables comme celles des victimes
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
La philosophie comme je l'aime.
Une grande facilite de lecture, beaucoup de bon sens, je me pencherai sur " l'eloge de la gentillesse" apres!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Et nous on a le droit d'aller gifler ce prétendu philosophe parce qu'il a vraiment une pensée tête à claques, ce sera notre façon d'aller lui dire qu'on l'aime.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?