undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos RentreeLitteraire Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
12
3,9 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 décembre 2010
subconscience,illogisme volontaires. Cette "suite" de "SUSPIRIA" nous plonge dans un monde chimérique d'une violence exacerbée, dans un imaginaire qui ressemble à un rêve inoubliable. Argento, à nouveau nous entraine dans une histoire de sorcière (la mère des ténèbres) dans un immeuble new-yorkais et à Rome dans le simple but de nous faire peur...mais pas que cela. Avec de nombreuses références à des films italiens (Mario Bava directeur de la photo) mais aussi américains, il explore les méandres d'un monde intermédiaire excessivement inquiétant.Le film atteint un degré d'abstraction rarement égalé dans le cinéma fantastique et la beauté de la mise en scène d'une très grande intensité nous confirme l'immense tallent d'un réalisateur peut-être irrégulier, mais complètement abouti.
pour conclure et pour les amateurs de vf, il y en a, un petit bémol sur le dvd édité par wild side, seule la version anglaise (film tourné dans cette langue) est en stéréo.
66 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2012
Probablement l'Argento que j'aime le moins dans la série qui va de Profondo Rosso à Phenomena (via leurs rééditions Wild Side).

L'image est stupéfiante - en ce sens on a bien affaire au digne successeur de Suspiria - mais l'histoire, une quasi-redite, est bien moins efficace: les grands moments incluent l'apparition très "pré-Lynchienne" (car je parle du Lynch en couleur qui n'existait pas encore à l'époque), dans un auditorium, de la Mère des Larmes, ainsi que la scène de la mort aux rats. Côté acteurs, Daria Nicolodi et Sacha Pitoeff (le libraire) l'emportent haut la main. L'homme invisible aux doigts tantôt crochus tantôt gantés fait également son petit effet. Reste que le protagoniste principal est bien pâle comparé à l'héroïne de Suspiria Jessica Harper, et le final - identique au précédent film - souffre de la comparaison. La star du film, c'est l'immeuble.
La première - et fameuse - scène subaquatique manque de peu le statut de chef d'oeuvre à cause d'un cadavre en carton-pate...dégat constaté dans d'autres scènes signées Argento (même Suspiria n'y échappe pas tout à fait - se souvenir de Stefania Casini tranformée en zombie qui louche).

Mon impression mitigée doit aussi au son très moyen de cette réédition Wildside (les autres dvds Argento de la collection sont parfaits): est-ce ma copie? La version anglaise n'a rien de stéréo à mes oreilles, le mix comme le volume étant en tout point comparable à la piste italienne (mono).

Les 4 autres dvds de la collection - Profondo Rosso, Suspiria, Tenebre, Phenomena - sont pour moi des must, du 5-étoiles. Celui-ci est un poil en dessous, artistiquement (un peu) comme techniquement (restauration audio, en tout cas)
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2001
J'ai découvert ce film lors de sa sortie en 1980. Ce fut pour moi une révélation, qui m'incita à me pencher plus avant sur l'oeuvre de Dario Argento. Depuis "l'oiseau au plumage de cristal" à "le fantôme de l'opéra" j'ai suivi l'oeuvre de ce réalisateur.
Suite de "Suspiria", "Inferno" poursuit la quête des trois mères, avec en plus, des éléments spécifiques au "giallo". Il en résulte un film très intimiste, baroque à souhait, mais surtout axé sur une conception hitchcockienne de la mise en scène. Un chef d'oeuvre ! Selon moi, le film le plus intimiste de Dario.
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 novembre 2012
Suite de "Suspiria", ce film ne doit rien à son prédécesseur car il est construit différemment à la fois au niveau du scénario et à la fois artistiquement. "Suspiria" est déjà une grande réussite, une pure merveille de l'épouvante élaborée avec soin et amour pour l'actrice principale Jessica Harper dans le sens où l'actrice possède un très grand rôle à jouer. Ce n'est pas le cas dans "Inferno". En effet, tous les personnages sont secondaires puisqu'à un moment ou un autre ils contribuent chacun à la découverte du mystère enfoui dans cette maison mystérieuse qui n'est autre qu'un hôtel. Dario Argento décide de transformer le spectateur en détective, cela veut dire qu'il ne faut pas vous attendre à comprendre le film lors de sa première vision. Pour bien saisir la construction, il faut savoir écouter chaque parole de chaque personnage car toutes comptent dans la compréhension de ce film fantastique complexe et horrifique. Un scénario très riche, très profond au niveau des personnalités des différents personnages. Le réalisateur décide cette fois de ne rien épargner aux yeux du spectateur. Ici, l'épouvante et l'horreur atteignent leur apogée. Quand vous aurez terminé de regarder ce long-métrage, vous serez atteints par une sensation étrange, oscillant entre le dégoût, la peur et l'angoisse donc ne vous étonnez pas si vous ne dormez pas la fois où vous découvrirez ce film. Parce qu'il porte bien son nom et jamais l'on n'a assisté à un film fantastique qui met nos nerfs à une épreuve aussi rude. La réalisation est comme d'habitude parfaite, maîtrisée, on sent que Dario Argento a énormément travaillé sur son film. Les effets spéciaux, les bruitages, les hurlements, les maquillages, la musique mélodieuse et terrifiante de Keith Emerson vous séduira autant qu'elle vous effraiera. A noter que ce fut un studio américain qui produisit le film en 1979, la Warner ayant été impressionnée par le talent d'Argento dans "Les frissons de l'angoisse" et "Suspiria". Etonnemment, malgré toutes ces grandes qualités, le film fut boudé par les Américains parce que les critiques l'avaient jugé incompréhensible et ce fut la raison pour laquelle Dario Argento retourna au giallo plus tard en Italie avec "Ténèbres". Au final, Dario Argento rédige et signe une oeuvre extraordinaire, culte, dérangeante, effrayante, intelligente, prenante et a formidablement bien vieilli avec le temps, la preuve que le réalisateur savait très bien allier effets spéciaux splendides et action fantastique. Le dernier film d'Argento dans les années 1970 est et demeurera un chef-d'oeuvre du genre!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Entre baroque et surréalisme, onirisme et fantastique, je trouve que ce film est le meilleur des meilleurs d'Argento (sauf la toute fin, certes bâclée, sans intérêt, expédiée parce qu'il en fallait bien une, et bof). Contrairement à ce qui est dit souvent, je le place même devant Suspiria. Je possède les deux éditions d'Inferno, française et américaine, et je pense que cette dernière l'emporte en qualité d'image (moins de grain oui).
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2011
"Inferno" est un des plus beaux films de Dario Argento : plastiquement, il parvient à être supérieur au déjà superbe "Suspiria" ; scénaristiquement, il est également plus libre et plus tortueux que son prédécesseur. En un mot, il s'agit d'un chef-d'oeuvre du maître transalpin.
L'édition française en Blu-ray (je n'ai pas vu l'édition DVD) parue chez Wild Side est catastrophique : l'image est tellement granuleuse lors de certains plans que la vision du film est totalement gâchée, l'oeil du spectateur étant sans cesse perturbé !
Déçu, je me suis procuré l'édition américaine d'"Inferno" en Blu-ray, parue chez Blue Underground. Cette fois-ci, l'image proposée est très belle et le disque dispose de sous-titres français !!!
66 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
en fait inferno se doit d etre vu et revu car la premiere vision n est pas tres coherante on passe de couleurs chatoyantes a un univers tres clair et tres moderne mais des que la nuit vient on retrouve du rouge du bleu du sang car ca gicle beaucoup dans inferno les meurtres se succedent et sont plus horribles les uns que les autres

il n y a que la fin un peu debile et facile qui nous fait regretter le final terrible de suspiria mais ce n est pas grave car tout le reste du film est vraiment fabuleux et la musique de keith emerson y fait pour beaucoup seul hic pas de sous titres du tout sur le zone 1 et le zone 2 n existe pas
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2015
Après le magnifique "Suspiria", Dario Argento nous livre le deuxième opus de sa trilogie "les Trois Mères". Si on y retrouve son talent pour la mise en scène et sa manière de réaliser d'excellentes scènes horrifiques, on ne peut pas en dire autant niveau scénario qui s'avère bâclé, très mal travaillé et même incohérent : qui est la jeune fille au regard intense avec son chat ? Pour quelle raison le vendeur de hot-dogs tue t-il l'antiquaire si ce n'est pas lui le tueur que recherchent les héros et qu'il n'a aucun rôle important dans l'intrigue ? En plus, contrairement à Suspiria, l'ambiance manque, le visuel est moins beau et la musique n'a rien de mémorable. Les acteurs ont un jeu vraiment mauvais, le thème de la sorcellerie n'est pas exploité et surtout la fin, avec cette apparition totalement impromptue de la Mort, avec un aspect moche et raté, achève le film en eau de boudin.

Je m'attendais à retrouver la même qualité que dans Suspiria, mais Inferno m'a déçu dans l'ensemble. Beaucoup moins inspiré et marquant que Suspiria qui était un vrai chef-d'oeuvre. Heureusement, Dario Argento se rattrapera avec le très bon Phenomena.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2014
Film d'atmosphère où le scénario importe peu . Tout est histoire d'éclairages, de musique, d'alchimie , de meurtres , de couleurs . Une plongée de plein fouet dans l'étrange et le gothique . Des plans d'une beauté formelle et sans trucages numériques . Plus qu'un film , une oeuvre d'art meme si ce n'est pas le Argento le plus accessible. Pour moi le meilleur. A savoir qu'à ce jour seul cette édition US est digne de ce titre. Pas de grains et un mixage 7.1 pas mal du tout. De plus les sous titres français sont bien présents et le bluray est multizone. De toute beauté en comparaison au bluray FNAC édition à fuir!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2015
Des rouges criards, un héros palot, mais une intrigue ultra prenante, des rebondissements parfois attendus mais toujours plus gore que ce que l'on pouvait imaginer, mais le film glisse comme un caramel. La construction est parfaite. Les seconds rôles sont excellents. Les excès sont complètement latins. On est très loin des téléfilms ringards inspirés de Stephen King. Ce film est habité.
Jean-Marie Regimbeau
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)