• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par thebookcommunity_fr.
EUR 14,96 + EUR 2,49 Livraison
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 15,97
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : boss 4193
Ajouter au panier
EUR 18,58
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : Smaller World Future FR
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 7,99

Arrêt sur image

4.0 étoiles sur 5 7 commentaires client

5 neufs à partir de EUR 14,96 12 d'occasion à partir de EUR 2,98 1 de collection à partir de EUR 7,00
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bernard Lavilliers


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Arrêt sur image
  • +
  • Carnets de Bord
  • +
  • Causes Perdues Et Musiques Tropicales
Prix total: EUR 42,09
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (3 avril 2002)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Barclay
  • ASIN : B00005JJDR
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 7 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 188.340 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. L'or des fous
  2. Iracema
  3. Les mains d'or
  4. Fleur pourpre
  5. Saudade
  6. L'empire du milieu
  7. Les tricheurs
  8. Octobre a new york
  9. Solidaritude
  10. Les feuilles mortes
  11. Délinquance
  12. La dernière femme

Descriptions du produit

Amazon.fr

Bernard Lavilliers n'a pas son égal pour malaxer et mélanger les genres. Chez lui tout est affaire de doigté. Alchimiste des rythmes chaloupés aux couleurs ocre et rouge, il nous invite à partager ses longues errances nocturnes. Ces haltes sur les terres brésiliennes et cubaines sont autant de rencontres où l'on croise des regards de femmes. Celui de "Saudade", maîtresse des musiciens ou d'"Iracema", déesse aux pieds nus qui s'offre aux désirs des hommes. Et puis, il y a "La Dernière Femme", l'élue vêtue de cuir et de soie. Celle qui fait oublier toutes les autres. Dans ce vingt-troisième album, la sérénité du baroudeur cède parfois au paradoxe de la cruauté. Zoom sur un monde édicté par la loi du plus fort où les mauvais garçons ("L'Empire du milieu") pactisent avec les spéculateurs sans scrupules ("Les Tricheurs"). La reprise des "Feuilles mortes", version salsa porte une conclusion légère à cet univers sombre. --Valérie Dupouy

Critique

Noble variété. Lavilliers a écrit plus d'une vingtaine d'albums depuis le milieu des années 70. L'essentiel de ces recueils est fort et émouvant, typique d'une vraie culture musicale internationale et caractéristique d'un homme à vif et très doué. Plus lent, plus "cool" que d'habitude, Arrêt Sur Image offre pourtant tout ce qui fait le grand (et fort) musicien, depuis toujours : les Amériques, les marginaux et les femmes brunes, sur fond de reggae, de rock et de rythmes latins et langoureux . Redite, alors ? Peut-être, si ce n'est que, comme tous les auteurs, Lavilliers a un nombre infini et sans cesse renouvelé de façons de parler de ses belles obsessions. Enfin, et c'est sans doute la corde conductrice de toute son œuvre, sa voix est un peu plus chaude et vibrante à chaque fois. Bravo, l'artiste ! - 12 titres, 51m53s - -- Compact


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Je ne suis pas si fan de Lavilliers que ça et pourtant, c'est l'artiste que j'ai le plus vu en concert, trois fois si j'en oublie pas, et pas dans des grandes salles, pas dans des grandes villes, c'était le genre palais des sports, sol en ciment et balustrades du tour de France dans les sous préfectures du Sud-Ouest. C'est comme ça, pas toujours le choix, pas toujours le temps, pas toujours le fric. A m'entendre, on dirait que je regrette des souvenirs plus héroïques, mais non, c'est pas ça. On peut en dire ce qu'on veut, de Bernard, l'esbroufe, le Raoul Patakès, la légèreté du Rhinocéros qui d'un frémissement de corne peut vous déclencher une bonne giboulée à l'autre bout de la planète, n'empêche on peut pas lui enlever une forme au moins d'authenticité : l'honnêteté vis-à-vis de lui-même, ça se voit que même s'il est le seul, lui il y croit pour de bon, et forcément, à la longue, ça rejaillit, et ça gagne. Alors vous ajoutez à ça une certaine fidélité à de bons musicos, du métier, de l'allure et de la gueule, et la certitude qu'à la fin du concert il serait encore capable de filer son sandwich à un pauvre môme en anorak, et ça suffit. Vous ne vous en vanterez pas, mais vous aurez passé trois bonnes soirées. Rajoutez encore « les mains d'or » la seule vraie bonne putain de chanson de prolo des vingt (trente ?) dernières années qui soit en plus une putain de belle chanson tout court, et qu'est-ce que vous foutez encore là, allez l'acheter ce disque !
2 commentaires 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Un album de Baernard assez déroutant dans les arrangements musicaux, toujours partagés entre sonorités modernes et rythmes latinos traditionnels. Moins "latino" que les précédents justement, cet album plus électronique rappelle par certaines compositions les grands moments de "15e Round" mais déçoit un peu par des compos très "dance" à l'image de "Préface" dans le précédent album. Les excellentes chansons "L'or des fous", "Iracema" et surtout "les mains d'or" valent à elles seules le détour. Au moins, les textes comme toujours sont irréprochables. On peut se demander si cet album vieillira ausi bien que d'autres ("Voleur de feu" par exemple)...
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Encore un disque à l'égal du talent indéfrichable de notre Bernard national. L'un des représentant vertical de la fierté optimale de notre patrimoine musical. Un album ou contraste intensément et diversement la plénitude et la souffrance, dans des accords sans cesses dans la bonne provenance. L'entame des pistes se précise tout de suite sur les bravades d'une superbe bossa-nova chaloupée, à la base d'un triplé gagnant de guitare naturel, en accordéon et violon tzigane ("L'or des fous"), ou un flot conséquent de tant de sentiments forts et mélangés se confondent dans leur diversité embryonnaire ("Si la musique est un très grand mystère, elle peut séduire aussi bien que la mer, les déraisonnables attentions sont en voies de disparition") Puis, sur la troisième session, l'accordéon se fait frelon, piqué à l'entraînant rythme dosé et tranquille, collé au comparaisons des labeurs nobles et pénibles des travailleurs dignes de l'ombre ("Acier rouge, main d'or") La voix s'adoucie par la suite, sur les rêveries contemplatives, au clavier aseptisé de percussions cacochymes de "Saudade" ("Elle a le visage de lointains voyages, c'est un grand voilier qu'on a jamais pris") Et toujours ce reggae chez Lavillier, à la traçabilité qui se fait une nouvelle fois remarquée et dont il se démarque comme étant l'un des seuls représentant hexagonal notable. Comme en exemple désigné dans "Fleur pourpre", odysée cadencée aux plaisirs de la nuit assoupie ("Enroulée cette souffrance dans des tentures de velours"...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Après 10 ans de déception, Bernard Lavilliers nous offre enfin un album digne de Voleur de Feu ou If. Les arrangements sont à la hauteur de l'artiste,et Bernard n'a plus à se casser la voix sur des thèmes qui ne lui correspondaient plus.
L'introduction de l'accordéon et de la musique tzigane sur certains titres nous font apparaître Lavilliers sous une lumière différente.
Quant aux arrangements plus modernes, ils sont d'une excellente qualité. Les textes, cependant, ont une certain goût de déjà vu.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?