Acheter d'occasion
EUR 3,99
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par CIGEL
État: D'occasion: Bon
Commentaire: A LIRE : Les bâtisseurs de l'Empire de Thomas Kelly (2007) - Occasion - Bon Etat - Expédié sous 24h (jour ouvré) vendeur pro, emballage soigné
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Bâtisseurs de l'Empire Broché – 7 novembre 2007

4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,93 EUR 3,99

Cahiers de vacances Cahiers de vacances

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

New York, 17 mars 1930

Celui-là, disent-il, défiera le temps.
Michael Briody enfonce le talon de sa chaussure dans la gadoue, il écoute les gens d'importance en élégants costumes sombres évoquer des prodiges. Alentour, dans la fosse consternante où il y a si peu de temps encore se dressait l'hôtel Waldorf Astoria, voisinent câbles entremêlés, poutres, tuyaux d'air comprimé déroulés, tas de bois de construction boueux et gros camions. Les orateurs se serrent sur le podium érigé à la hâte où ils se succèdent pour épicer l'air matinal de superlatifs : sublime, gigantesque, épique, magnifique, incomparable, le plus gros, le plus beau, grandiose. Ils dessinent dans le vide des arcs de cercle imaginaires et tous abondent. L'Empire State Building dominera la ligne de gratte-ciel de Manhattan, il écrasera tous les prétendants au titre de bâtiment le plus haut du monde.
D'un regard circulaire, l'ouvrier observe le contingent de ses homologues dont il sait l'impatience que ce cirque prenne fin. À côté de lui, Armstrong hausse les épaules en oscillant sur la pointe des pieds.
- Merde, grommelle-t-il. Regardez-moi ces types. Une bande de fouines. Dix secondes à travailler comme manoeuvres et ils se retrouveraient tous sans exception dans une salle d'hôpital.
Armstrong se glorifie d'avoir débuté apprenti riveteur sur le Woolworth Building, en 1913, d'avoir monté des structures d'acier sur plus de gratte-ciel qu'il ne peut en compter.
- Qu'est-ce qu'on en a à foutre de ces cons ? continue-t-il. Cette ville, je l'ai vue changer sous mes pieds. À New York, putain, je suis le roi du rivet.
Sur les trottoirs qui entourent l'excavation, les badauds font halte. Ils se pressent sur cinq ou six rangs, se bousculent pour apercevoir quelque chose par les trous pratiqués dans les palissades. D'autres se massent à l'entrée des rampes d'accès qui plongent dans le chantier. Certains se rassemblent là dans l'espoir d'une embauche en se disant : Pourquoi pas moi ? Des hommes se hissent sur la pointe des pieds, cherchant à obtenir une vue dégagée. Des enfants sont perchés sur les épaules parentales. Il règne une atmosphère de carnaval, de fête foraine. Des opportunistes vêtus de costumes voyants déambulent à travers la foule pour vendre cartes postales et babioles commémorant l'événement, criant des slogans sur la huitième merveille du monde.
Appareils photo et caméras enregistrent la cérémonie. Jimmy Walker, le maire, chic comme un prince de Broadway, le cheveu irréprochable, s'approche du microphone. Des yeux, il englobe l'assemblée, exhibe un large sourire, se lance dans son discours mais il est interrompu par un effet Larsen sacrilège qui se répercute contre les murs de pierre des fondations et agresse les auditeurs, les contraignant à se plaquer les mains sur les oreilles avec une grimace. Walker, en vieux briscard d'un moyen de communication récent, résiste patiemment au bruit puis, quand il s'apaise, déclare :
- Je n'avais pas remarqué que Fiorello était là aussi.
Éclats de rire dans la foule. Il n'y a pas une voix discordante sur plusieurs rues à la ronde. Walker sourit à nouveau. Le genre de sou­rire qui illumine une pièce, tempère les irritations, lui permet bien des écarts.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 14 août 2009
Format: Broché
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique