• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison GRATUITE sur les commandes de plus de EUR 25.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
La commande 1-Click n'est pas disponible pour cet article.
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Édition lu en bon état avec traces d'utilisation.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Poche – 23 avril 1999

Découvrez toutes nos idées cadeaux livres pour Noël !

3.8 étoiles sur 5 14 commentaires client

Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Poche, 23 avril 1999
EUR 10,70
EUR 10,70 EUR 0,01
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Les Bébés de la consigne automatique
  • +
  • Kafka sur le rivage
Prix total: EUR 20,30
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Amazon.fr

Au Japon, les nouveau-nés abandonnés dans les consignes des gares sont voués à une mort certaine. Deux d'entre eux pourtant, Hashi et Kiku, vont vivre. La vie de ces deux enfants est une plaie béante qui ne se cicatrise pas, un cri qui ne se tait pas. Le cauchemar les hante, leur univers s'est réduit aux parois d'une consigne, un monde sans espoir où l'on cherche une échappatoire tout en sachant qu'elle n'existe pas. Autour d'eux, un brouillard épais et pesant s'est formé, un ciel plombé, où seule la survie reste possible. Et cependant, des éclaircies parfois apparaissent, un chant qui surgit de la gorge d'Hashi comme une accalmie au milieu d'une tempête, un saut de Kiku comme une envolée vers un ciel plus bleu, des moments d'émotion suspendus. Mais la douleur est plus forte, aucune libération n'est possible et, ne pouvant supprimer la souffrance, c'est en l'infligeant aux autres qu'ils tenteront de l'oublier. Ryû Murakami dépeint un univers de destruction, de désolation avec une telle poésie que cette atrocité même devient belle, belle comme peut l'être la mort, belle comme peut l'être la guerre, belle comme le sont parfois les hommes. --Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot

Revue de presse

Ryû Murakami est un auteur qu’on ne présente plus, c’est aujourd’hui l’un des écrivains les plus célèbres du Japon. Dès ses débuts, le succès fut au rendez-vous puisqu’il remporta le prix Akutagawa pour son tout premier roman, Bleu presque transparent. Son talent est définitivement confirmé en 1980 lorsque paraît son second roman, aujourd’hui culte : Les bébés de la consigne automatique.

Avant toute chose, et si vous avez l’intention de lire le livre, je déconseille fortement la lecture de la quatrième de couverture de l’ouvrage, qui révèle allègrement des éléments intervenant à plus de la moitié du roman.

L’été 1972 fut particulièrement chaud, d’autant plus pour Hashi et Kiku, tous deux abandonnés dans une consigne de gare par leur mère respective. Sauvés de justesse et emmenés à l’orphelinat, les deux enfants ont tôt fait de se rapprocher, et le drame de leur naissance scelle leur destin commun.

On va donc suivre les destins de ces deux personnalités très différentes, Kiku, affirmé et impétueux, et Hashi, lâche et discret. Souffrant tous deux de troubles pathologiques, nos héros vont se forger à travers les épreuves, toujours plus rudes, et se découvrir à travers une forme de quête initiatique qui les pousse vers la découverte de leurs origines.
Retrouver leur mère respective, ou retrouver le son originel des battements cardiaux de cette dernière, les deux héros ne vont cesser de rechercher une chose qui leur échappe et qui leur manque, se confrontant au passage à leur société.

Le roman se veut sociale, mais aussi et surtout sociétale. Hashi et Kiku évoluent dans un monde qui les pervertit, un monde ignoble, sale, repoussant. Le champ lexical du dégoût est omniprésent dans l’œuvre, la beauté physique est quasi inexistante, presque tous les personnages sont décrits comme étant laids, pleins de sueur, de sang et de semence. Plus absent encore qu’une enveloppe corporelle plaisante, la beauté de l’âme n’est rien de plus qu’une chimère dans le roman de Murakami. La totalité des personnages sont inhumains, Tokyo semble être un repaire de truands, de violeurs et d’assassins, qu’ils soient taulards ou policiers. Chaque coin de rue est le théâtre d’une injustice, d’une rixe ou d’un vol, le monde en son entier n’offre rien que du désespoir, de la peur et de la haine, la folie est une norme. Le propos est donc clairement dramatique, violent, sombre. Dès le début, il est évident que tout cela finira mal. Dans ce Japon des années quatre-vingt, si fictif et si vrai, c’est dans l’ordre des choses d’être malheureux, de souffrir et de faire souffrir, rien de plus que le quotidien.

Si le monde paraît si dénué d’espoir, c’est avant tout parce que Murakami nous le dépeint à travers le regard d’une jeunesse désabusée que la société Japonaise enfonce dans son mal-être. Le roman a par ailleurs une portée psychanalytique complexe, particulièrement bien mise en exergue à travers les personnalités de plus en plus déviantes des protagonistes.

L’écriture de Murakami, ou tout du moins ce qu’il en reste une fois traduite, est particulièrement prenante. Le narrateur omniscient permet une incursion dans le mental des personnages, on plonge alors sans difficulté dans un univers noir mais ô combien fascinant et haletant. Les dialogues sont parfois introduits de façon très particulière, tout d’un bloc, un même paragraphe peut contenir une conversation complète sans transition au niveau de la ponctuation, et certains monologues, sur plusieurs pages et presque sans ponctuation, nous happe littéralement et transmettent à merveille le sentiment de désarrois des personnages qui déversent un flot de paroles brutes, dont le propos évolue et se contredit d’une phrase à l’autre.

Beau, fort, vivant, laid, émouvant, triste, noir, mort. Une œuvre aussi dense et puissante ne saurait être expliquée en quelques lignes, le seul moyen de se faire un véritable avis sur ce roman, c’est de le lire, en voici quelques lignes pour vous en donnez un aperçut, elles parlent bien mieux que moi :
« Le chauffeur dégageait une épouvantable odeur de graisse. Anémone s’aperçut que des bouts de nouille étaient mélangés au sang qui le couvrait. Une veine gonflée était apparente sur son front, ses mains moites et tremblantes semblaient prêtes à lâcher le volant à tout instant.
-Le matin je me réveillerai à côté de toi devant une mer scintillante, je préparerai des toasts et des œufs à la coque mais tu me diras, non, chéri, je n’en veux pas, je suis fourbue après tout ce que tu m’as fait la nuit dernière, tout ce que je veux c’est dormir encore. Moi je dirai, mais c’est pas bon pour la santé il faut manger, je t’amènerai le petit déjeuner au lit, est-ce qu’il y a des lits déjà dans cette villa ? Enfin, peu importe, tu dormiras nue, tes belles paupières couleur d’arc-en-ciel bien fermées. »

(Critique de www.manga-news.com)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.