• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
BARBEY D'AUREVILLY a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

BARBEY D'AUREVILLY Broché – 30 octobre 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,20
EUR 14,20 EUR 9,89
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Description du produit

Extrait

Pour moi, cela commence dans une école de prêtres : hauts bâtiments austères, chapelle, tour de la cloche, cours plantées d'arbres en carré où veille une Sainte Vierge toute blanche. Au rez-de-chaussée, la salle de physique et chimie propose ses vieux gradins de bois dans une odeur de craie, de formol et d'acides. Le prof - un jeune laïc, récemment rentré d'une mission scientifique au pôle Nord, dont il a rapporté un manchot naturalisé (ça ne s'invente pas) - a l'immense mérite à mes yeux de s'embêter autant que nous, semble-t-il, dans cette tâche qu'il n'a manifestement acceptée qu'en attendant autre chose ; et dès lors qu'une demi-douzaine d'élèves, au premier rang, justifient sa présence en faisant mine de suivre, il paraît se soucier fort peu de ce qui se passe trois ou quatre rangs au-dessus.
C'est là, un matin de fin d'hiver, que je dévore en douce L'Ensorcelée, ouvert sur mon manuel de physique, dans la collection de poche Garnier Flammarion.
Je puis dater cette scène du premier trimestre de l'année 1970; mais ce millésime me paraît trop récent pour indiquer sans malentendu le climat véritable d'un tel moment. 1970. J'ai quinze ans, je suis en seconde, je porte des pantalons à «pattes d'éléphant», je viens à l'école à «mobylette», j'écoute des «33 tours» sur un «électrophone» (je crois qu'on ne parle même pas encore de «chaîne hi-fi» ; c'est dire si c'est loin !) ; pourtant, par quelques biais, j'échappe à mon époque; elle ne m'intéresse pas. La queue de comète de Mai 68 ne me touchera que plus tard. Je ne partage guère les goûts affichés de «ma génération», expression que je mets entre guillemets tant j'y suis phobique, aujourd'hui comme hier. Je ne crois qu'aux personnalités. Ce qu'on appelle génération n'est le plus souvent qu'un ensemble éphémère d'idées toutes faites en quoi se réfugie provisoirement ce qu'il y a d'incertain et de troublé dans la prime jeunesse.

Revue de presse

Il signe un bel éloge du «Réfractaire Barbey d'Aurevilly», qui avait «la vigueur fulminante d'un pape du Moyen Age» et jeta de l'eau-de-vie sur un siècle d'eau sucrée. Chrétien revendiqué, il se reconnaît d'autant mieux dans le possédé des «Diaboliques» qu'il n'a jamais éprouvé le sentiment d'être de son époque (il est né en 1955 à Clermont-Ferrand, et Edmond Rostand fut son Bob Dylan). «En conjurant la proclamation urbi et orbi du catholicisme le plus intransigeant et l'exploration romanesque - non moins intransigeante, en somme - des labyrinthes du désir et de ses damnations, Barbey se rend délibérément irrécupérable de tous côtés.» C'est ce qui plaît secrètement à François Taillandier : une rage de forcené, une audace sans limites, une intolérance, qui ne sont pas dans sa nature et dont nul, en 2008, n'a hérité. Il y a presque de l'envie et du regret dans ce brillant exercice d'admiration. (Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 27 novembre 2008 )

Dans un essai passionnant, l'auteur d'«Anielka», François Taillandier, explore les tréfonds de l'oeuvre de Barbey d'Aurevilly, authentique réfractaire...
Un réfractaire à son époque. Par vocation, fatalité ou caractère, mais qui «se refuse en tout cas aux génuflexions d'usage, aux lieux communs du temps, convaincu que partout et en toute occasion, ce à quoi la majorité adhère aisément devient ipso facto une imbécillité ou un mensonge». Voici donc Jules Barbey d'Aurevilly qui se savait «destiné à faire une littérature inacceptable». Pourtant, le portrait de lui que dresse l'auteur d'Anielka est nuancé, voire ambivalent...
c'est dans cet essai précis, personnel et sans effets de manches qu'il convient de se plonger pour retrouver le souffle de l'écrivain qui «nous emmène loin de bien des pensées admises et des conforts banalisés» en interrogeant notre temps de la même façon qu'il brava le sien. Et Taillandier, dans le sillage de son sujet, de nous soumettre une maxime à l'allure de morale afin de sonder les reins du présent : «Être minoritaire, ce n'est pas répondre différemment aux mêmes questions, c'est poser d'autres questions.» (Christian Authier - Le Figaro du 11 décembre 2008 )

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoile