undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
 

Bartók: Concerto for Orchestra; Music for Strings, Percussion and Celesta

8 décembre 1998
5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Téléchargement MP3, 18 janvier 1999
"Veuillez réessayer"
EUR 10,99
EUR 10,99
Plus d'options
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).

  

  • Ecouter les extraits
    0:00 / 0:00
1
10:25
Album uniquement
2
6:46
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3
3
8:04
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3
4
4:33
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3
5
9:19
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3
6
9:09
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3
7
6:58
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3
8
6:56
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3
9
7:16
Ecouter Acheter : EUR 1,09 Dans le Panier MP3 Voir le Panier MP3

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Mélomaniac 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 25 août 2010
Format: CD
...puisqu'elle se limite à ces deux oeuvres, et à quelques opus concertants.
Il ne les réenregistra pas pour Deutsche Grammophon, mais on trouve toutefois une autre version de la "Musique pour cordes, percussion et célesta" chez le label Hungaroton.
Spatialisées dans des acoustiques amples, larges, aérées, précises et transparentes, les deux oeuvres se prêtent ici à une véritable radiographie du timbre, où les détails instrumentaux foisonnent en pleine lumière.

Dans l'Andante tranquillo, la stratification des quintes s'échafaude en toute netteté. Les joutes stéréophoniques de l'Allegro accusent ensuite une forte opposition binaurale entre les deux groupes de violons -dans un climat frénétique (les frottements des crins !) quoiqu'impérieusement contrôlé.
L'architecture sonore se matérialise avec une exemplaire lisibilité -à l'instar de l'Adagio qui s'affiche ici comme un cauchemar en état d'hyperlucidité. L'interprétation du Finale confirme encore cette intention de géométrie aveuglante, taisant peut-être la dimension folklorique, sans que l'analyse spectrale ne s'assèche dans l'abstraction ni l'angularité.

Le maestro américain scrute les moindres reliefs et irisations du "Concerto pour orchestre", qu'il articule avec une constante attention aux nuances dynamiques et rythmiques -quitte à nous désintéresser de la structure globale, voire à s'immobiliser dans des espaces de contemplation fantomatiques.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique