undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:80,49 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le quatuor Pražák a été fondé en 1974 par des étudiants au Conservatoire de Prague (1974-1978) : Václav Remeš, Vlastimil Holek, Josef Kluson et Josef Pražák. En 1986, le violoncelle de Josef Pražák cèdera la place à celui de Michal Kanka. (Après ces Beethoven, en 2010, le premier violon Václav Remeš sera remplacé (suite à la défaillance de sa main gauche) par Pavel Hula, le premier violon du Quatuor Kocian).

Entre 1999 et 2003, ils enregistrent cette intégrale des quatuors à cordes de Beethoven, chaque album étant méritoirement salué lors de sa parution. Une fois le cycle bouclé, il ne pouvait s'inscrire que comme une référence moderne. Tout concoure en effet à en faire un cycle attrayant : l'homogénéité totale de la formation, la virtuosité et la force sonore, le raffinement des timbres, le jeu engagé (voire risqué), le souffle d'un enthousiasme communicatif, la pulsation naturelle irrésistible, les phrasés limpides et purs; le tout avec une cohérence et une justesse de ton remarquable depuis les quatuors juvéniles jusqu'aux chefs d'oeuvres de la maturité. A ce niveau on peut presque dire que ce n'est plus de la musique : cela relève plutôt de la magie.

Un Beethoven de caractère mais d'une évidence certaine, qui marque (avec celle des Artémis) le début du XXIème siècle d'une réalisation extraordinaire (au sens premier du terme) et pour ainsi dire déjà indispensable (mais, bien évidemment, en aucun cas exclusive : combien de versions faut-il pour éclairer ces inépuisables chefs d'oeuvres de la musique ?).

Note : pour la petite histoire sonore, signalons que les trois volumes réalisés à l'origine en SACD multicanal on été conservés, et que les quatre autres ont été remastérisés pour l'occasion en DSD stéréo à partir des bandes originales. Nous avons donc ici un coffret "mixte" SACD multicanal et stéréo (ce qui n'est pas clairement indiqué à l'extérieur du coffret).
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2014
L'interprétation des Prazak a un caractère plus nerveux que le Quartetto Italiano. On ne s'ennuie pas, mais cette tension peut lasser et sonner inappropriée dans des mouvements comme le premier de l'opus 59 n°1. Les passages dramatiques des derniers quatuors sont frappants de variété sonore. Il me semble que les quatuors de jeunesse sont les mieux interprétés. La spatialisation de l'enregistrement aurai mérité d'être un peu plus large. Les timbres en SACD sont plutôt agréables. Une intégrale qui a le mérite de permettre d'accéder aux Quatuors de Beethoven en qualité SACD.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)