• Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Black Ice a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par worldofbooksfr
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Votre article correspondra à un disque impeccable accompagné d'un livret et d'une jaquette en parfait état. Il se peut qu'il manque l'emballage cellophane d'origine.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Black Ice

CD inclus dans notre offre Bestsellers à moins de 10€
4.1 étoiles sur 5 67 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
43 neufs à partir de EUR 5,00 29 d'occasion à partir de EUR 1,00 1 de collection à partir de EUR 14,19
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste AC/DC


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Black Ice
  • +
  • Back In Black - Edition digipack remasteriséé (inclus lien interactif vers le site AC/DC)
  • +
  • The Razor's Edge - Edition digipack remasteriséé (inclus lien interactif vers le site AC/DC)
Prix total: EUR 36,53
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (20 octobre 2008)
  • Date de sortie d'origine: 17 octobre 2008
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Columbia
  • ASIN : B001F2W4Y2
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Accessoire  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5 67 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 19.667 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
4:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
2
30
3:34
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
3:57
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
3:22
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
3:09
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
4:06
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
7
30
3:17
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
8
30
3:28
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
9
30
3:33
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
10
30
3:10
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
11
30
3:52
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
12
30
4:15
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
13
30
4:40
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
14
30
3:22
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
15
30
3:25
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Description du produit

Il en est certains pour qui un nouvel album d'AC/DC est un évènement planétaire. Huit ans après "Stiff Upper Lip" album bluesy par excellence,les revoici, avec cet album . A bientôt 55 ans, les frères Young ont composé un album qui restera gravé dans le marbre du panthéon du Rock. Un album massif, lourd, véritable hommage au rock et presque un rappel de leur formidable carrière.. A recommander sans conteste.

Critique

Tous les fans de la planète ont ressorti la casquette, enfilé le short, bourré le sac à dos de victuailles indispensables et de médiators. Ils se bousculent déjà pour monter dans le wagon de tête du « Rock'n'roll Train », titre d'ouverture et simple de lancement de Black Ice, le 15éme album studio des chenapans du hard rock.

« Rock'n'roll Train » justement n'est heureusement pas représentatif de l'album, c'est du AC/DC de fond de classe, du riff paresseux, vite envoyé, trop classique. Les choses sérieuses commencent avec le lourd « Skies On Fire » futur hymne pour jour tombant sur les stades en délire. Brian Johnson, la gargouille humaine, bonifie son chant d'album en album et le titre rappelle l'inspiration de l'époque Dirty Deeds Done Dirt Cheap.

Angus Young commence à être chaud, « Big Jack » en fait les frais, tandis que la section rythmique érige un mur du son dont seuls aujourd'hui Malcolm Young, Cliff Williams et Phil Rudd ont le secret.

« Anything Goes » est un morceau de transition, vaguement pop, il permet tout juste à l'auditeur de reprendre des forces. Voici venir le monstrueux « War Machine » que tout fan est impatient d'entendre en concert, probablement un des meilleurs titres d'AC/DC depuis...Back In Black ? En tout cas, la veine est là, pleine d'une glace noire qui jaillit à la face des spectateurs. L'inspiration est présente, AC/DC est bien le plus grand groupe de boogie rock de tous les temps.

Il faut bien un « Smash N' Grab » pour se remettre, tempo moyen pour un titre efficace où encore une fois Brian Johnson occupe le devant de la scène. Mais combien de guitares Angus Young a t'il ? Jamais la variété des sons qu'il utilise n'a été aussi étendue. Grandiose.

« Spoilin' For a Fight » à de faux airs à la « Let There Be Rock », le type de tempo qui met tout le monde à genoux sans coup férir. Attention, les cinq d'AC/DC ont chaussés leurs « rockin' shoes », prière de courir vite.

La roue tourne avec « Wheels », agréable mais légèrement brouillon. Mais « Decibel » promet de crever bien des tympans, à nouveau un tempo appuyé, gras, une guitare sautillante, AC/DC n'ont pas besoin de gadgets pour innover, pas besoin de suivre des modes pour exister, ils sont le rock'n'roll que des millions de fans aiment retrouver, intact et renouvelé à la fois.

La guitare d'Angus Young se fait bluesy pour « Stormy May Day » qui évoque du Nazareth période Razamanaz (Nazareth partagent des origines écossaises avec les frères Young), vraiment un très bon morceau. « She Likes Rock'n'roll » apparaît fade à la suite, mais le titre peut être transcendé par la scène, Brian johnson est prêt à faire chanter la foule, Angus Young court déjà le long d'interminables passerelles.

« Money Made » renoue avec un tempo moyen qui sied si bien à AC/DC, net et sans bavure. Une ballade ? Une ballade ! « Rock'n'roll Dream » commence comme une ballade, Malcolm Young fait monter le rythme doucement, Brian Johnson s'autorise d'inédites vocalises. Pour AC/DC, « Rock'n'roll Dream » a des allures de titre expérimental, les trop beaux rêves peuvent être trompeurs.

« Rocking All The Way » relance la machine immédiatement, le dénouement est proche, la gare est en vue, les réserves de la précieuse Black Ice sont à portée de main. « Black Ice » est introduit par Angus Young, Brian Johnson dialogue avec la guitare de l'écolier vicieux, le short descend sur les hanches, la fessée est proche pour le voleur de l'étrange substance. Huit ans d'attente et enfin le 20 octobre 2008, les fans du monde entier peuvent verser Black Ice dans leur boisson favorite. Un dernier break de batterie et tout s'arrête soudain.

Mais il faut encore patienter, la tournée mondiale commence le 28 octobre aux Etats unis, Black Ice est un apéritif à consommer sans modération, le Grand Cru d'AC/DC en concert est pour bientôt. - Copyright 2016 Music Story


Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Le contexte : je suis fan du groupe depuis 1981. J'ai respiré ACDC pendant des années et à 41 ans mon caeur fait encore boom boom quand on prononce le nom du groupe à moins de 100m. J'ai évidemment tous les CDs, des km de magazines, des concerts pirates, je les ai vu plus de vingt fois live, ... etc ... etc ...

Après une vingtaine d'écoutes :

Les plus
- Excellente production
- Brian chante bien ... je pense qu'on lui a donné plus de liberté d'expression. Sur base de l'excellente interview disponible sur le site de radio21.be, tout le mérite en revient au producteur
- Beaucoup de chansons
- C'est du AC/DC pur jus
- Plein de bons riffs
- Rythmique imparable de la paire Cliff/Phill
- Quelques très bons titres dont RNR Train, War Machine & Big Jack
- Quelques arrangements intéressants et le retour de « ponts » entre les couplets et les refrains dans plusieurs titres

Les moins
- Plusieurs morceaux peu inspirés ... ou je dirais peu « challengés ». Le dernier album avec des morceaux qui tuent est pour moi « The Razor's Egde ». Depuis chaque album comporte de très bons morceaux ... mais aucun réel hymne ... et surtout qques tites vraiment dispensables aux riffs très peu accrocheurs.
- Je ne pense pas qu'ils aient un manque d'inspiration car les riffs et les mélodies sont là. C'est plutôt au niveau de l'efficacité des arrangements qu'il y a une baisse de régime. Si on écoute les grands classiques du groupe on observe qu'ils ont tous un petit quelque chose au niveau de la construction. La plus belle époque étant celle de Mutt Lang.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 46 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Il en est certains (dont je fais partie) pour qui un nouvel album d'AC/DC est un évènement planétaire. D'aucuns les pensaient finis, en panne d'inspiration, ramollis, et j'en passe et des meilleures. Huit ans après "Stiff Upper Lip" album bluesy par excellence,les revoici, avec cet album que j'ai eu le privilège d'écouter en avant première. En deux mots : LA CLAQUE ! A bientôt 55 ans, les frères Young ont composé un album qui restera gravé dans le marbre du panthéon du Rock. Un album massif, lourd, véritable hommage au rock (mot cité dans pas moins de 4 titres), et presque un rappel de leur formidable carrière. Le premier titre, Rock n Roll Train ne surprendra pas les habitués, et développe un rock "ACDéCien" efficace. On sera surpris dans le deuxième titre "Skies on Fire" de retrouver des riffs et des rythmes de l'époque Bon Scott. Big Jack, troisième titre développe un rythme percussif et lourd à souhait, mais le refrain gâche à mon sens l'unité de la chanson. A signaler la 4ème chanson "Anything Goes " m'a laissé perplexe, car elle sort des sentiers habituellement explorés, se rapprochant plutôt de Queen des années 90 ou même de Rod Steward (horreur)... Mais on ne peut pas reprocher à des monstres sacrée comme ACDC de tenter de se frotter à de nouveaux styles ; d'autant que le solo de notre Angus nous fait vite oublier cette première impression.Lire la suite ›
4 commentaires 61 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Rapide autoportrait: vieux fan (depuis 1977 ... ouch), et ayant vu AC/DC en '79 avec Bon.
Je m'attendais à un disque "prétexte", comme ceux des Stones depuis 25 ans: sympa, confortable comme de vieilles pantoufles, bourré de clichés et un peu planplan. J'avais faux sur toute la ligne!
Pourtant le single, réjouissant mais presque caricatural tellement il reprend leurs vieilles recettes, m'avait conforté dans mes craintes. Le deuxième morceau mis en ligne avant la sortie ("War machine") m'avait lui fait dresser l'oreille (et battre du pied): tiens, une ligne de basse entamant une intro en crescendo, voilà qui rappelle les "Live wire" d'antant.
Mais alors l'album ... après quelques jours, pour moi c'est simple: c'est le meilleur depuis Back in black, sans le moindre doute. Tout en restant fidèles à leur style sur nombre de morceaux (pas nécessairement les meilleurs, sauf les deux précités et Big Jack - qui s'offre néanmoins un changement de ton "audacieux" pour le refrain), les Young bros se sont enfin décidés à laisser un peu plus parler leurs racines et leurs influences passées et présentes.
Résultat, on se retrouve avec un titre (futur single?) "Anything goes" qui pourrait avoir été écrit par Springsteen et qui est superbement chanté par un Brian transfiguré en Rod Steward quand celui-ci avait encore la hargne! On croise ZZTop au détour de "Decibel", on entend des échos de Led Zeppelin et Rose Tattoo dès qu'Angus fait glisser son slide sur "Stormy May day".
Attention les vieux fans cardiaques: il y'a même une ballade - enfin, "ballade" ...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?