• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Blacksad, tome 2 : Arctic... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Condition très bonne pour un livre d'occasion. Usure minime. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Blacksad, tome 2 : Arctic-Nation Album – 1 mars 2003

4.7 étoiles sur 5 39 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 13,99
EUR 13,99 EUR 6,14
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Boutique BD Boutique BD

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Blacksad, tome 2 : Arctic-Nation
  • +
  • Blacksad, tome 3 : Âme rouge
  • +
  • Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres
Prix total: EUR 41,97
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Oldsmill, le maître de la ville, est un tigre blanc. Karup, le chef de la police, un ours blanc. Huk, l'âme damnée de Karup, un renard blanc. Avec les autres animaux à pelage immaculé, ils forment la société WASP (W pour White, AS pour Anglo-Saxon, P pour Protestant). Tous les autres habitants, de la pie noire au renard brun-roux en passant par le chat tacheté et la biche châtain, ne sont que racaille. Et si la police n'est pas capable de maintenir l'ordre des blancs, les gros bras d'Arctic-Nation, le parti raciste, cagoulés et vêtus de robes blanches, s'en chargent sans états d'âme. Ils ont les cordes et les croix enflammées qu'il faut. Dans cette ambiance pas câline, câline, Blacksad, le chat détective privé, enquête sur la disparition d'une enfant de couleur. La mère de Kyle, Dinah, travaillait comme femme de ménage chez le même Karup et, selon quelques bonnes âmes, serait au mieux avec le fils Oldsmill. Un vrai noeud de vipères dans lequel Blacksad plonge les pattes et joue au justicier prompt à griffer si nécessaire... Son seul appui, le reporter d'un magazine à scandale Weekly. Un fouille-merde qui sera utile à John. Vaut mieux. Coups bas et coups tordus vont pleuvoir comme à Gravelotte. Après Quelque part entre les ombres, son coup d'essai – et de maître –, le dessinateur Guarnido va encore plus loin dans le réalisme animalier. Les gueules, les pelages, les ramages de ses personnages leur donnent une réalité extraordinaire, et – c'est à tomber par terre –, toujours humaine. Lorsqu'ils sortent leurs crocs ou leurs griffes, ses fauves relèguent les coups de gueule d'un James Cagney au rang de caprices de garçonnet. Le plus doux des chatons est un fauve en devenir. Alors, Blacksad en colère ! Le scénario de Canales est envoûtant comme un roman de Dashiell Hammett, glauque comme un Raymond Chandler, gouailleur comme un Chester Himes. Arctic-Nation est un vrai roman noir. Très, très noir.

Biographie de l'auteur

Juan Díaz Canalès est né en 1972 à Madrid, en Espagne. Il lit très tôt de la bande dessinée avant de s'intéresser au dessin animé. C'est décidé, il en fera son métier ! À 18 ans, il intègre un studio d'animation et y rencontre Juanjo Guarnido, avec lequel il se lie d'amitié. Juan reste en Espagne alors que Juanjo part en France travailler pour les studios d'animation de Disney. Mais cela ne les empêche pas de réfléchir à un projet de bande dessinée le futur "Blacksad", série dans le plus pur style polar noir des années 1950. Pendant ce temps, Díaz Canalès continue de fréquenter l'école des Beaux-Arts, puis, en 1996, fonde avec trois autres dessinateurs une société baptisée "Tridente Animation". Il est ainsi amené à travailler avec des entreprises européennes et américaines. Díaz Canalès partage son temps entre son activité de scénariste pour la BD ou l'animation et celle de superviseur de séries télé et de films d'animation longs-métrages. "Blacksad" est sa première série. Depuis, il travaille avec de nombreux dessinateurs, dont José-Luis Munuera sur le très beau diptyque "Fraternity" (Dargaud, 2011). Il a la passionnante tâche, avec Ruben Pellejero, de succéder à Hugo Pratt pour la reprise des aventures de Corto Maltese.

Juanjo Guarnido est né à Grenade, en Espagne, en 1967. Il passe son enfance dans le village de Salobrena, au bord de la Méditerranée, à dessiner. Plus tard, sa famille s'installe à Grenade. C'est là qu'il étudie les Beaux-Arts et obtient son diplôme. Par la suite, il participe à la réalisation de plusieurs fanzines grenadins. Durant ces années, il publie également de nombreuses illustrations chez Cómics Forum (un label de Planeta DeAgostini) pour l'édition espagnole de Marvel, ce qui lui permet de toucher un public espagnol assez large. Il prend ensuite contact avec le milieu du dessin animé et s'installe à Madrid où, pendant trois ans, il travaille sur plusieurs séries télé pour les studios d'animation Lapiz Azul. C'est lors de son premier jour chez Lapiz Azul qu'il rencontre Juan Díaz Canalès, qui deviendra son scénariste sur Blacksad. En 1993, il déménage à Paris pour intégrer les studios Walt Disney à Montreuil, où il travaille comme animateur jusqu'à la fermeture des bureaux. Adepte depuis toujours de la BD européenne, il entreprend patiemment ce qui sera la longue fabrication de son premier album, le tome 1 de "Blacksad" (Dargaud), "Quelque part entre les ombres". Depuis, même s'il mène de nouveaux projets, comme "Sorcelleries" (Dargaud), avec Teresa Valero, ou "Voyageur" (Glénat, projet collectif), il se consacre principalement à "Blacksad", une série devenue incontournable dans le monde de la bande dessinée. Par ailleurs, il a illustré la pochette du dernier album du groupe de hard-rock Freak Kitchen, 'Cooking with pagans" (2014). Il a également réalisé le clip de leur morceau 'Freak of the week'.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Album
à priori ça ressemble à canardo, mais à priori seulement
même si les deux séries font appel à des "animaux"pour tous les persos et si toutes deux ont pour héros un détective privé la ressemblance s'arrête là.
Black sad , c'est Canardo mais en même temps c'est tout à fait différent.comment expliquer l'impression qui se dégage dès les 1eres pages... ça rappelle un peu ces vieux films avec Gable et Garbo,où les héros pouvaient fumer à l'image sont défrayer la critique. ça rappelle ces années des mythes hollywoodiens.avec des acteurs avec des VRAIES gueules ces actrices parfaitement maquillées en robes rouges et fatales.
c'est beau, vraiment TRES beau.
y a pas vraiment de de commentaire à écrire pour exprimer le fait que chaque biblio qui se respecte se doit de posséder son Blacksad dans ses rayons
un must de la BD...courrez l'acheter
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album
Si le premier tome de cette série ayant récemment redoré le blason de la sacro-sainte BD franco-belge (avec à la barre deux auteurs... espagnols !) était séduisant, avant tout pour sa mise en image magistrale, on monte ici carrément d'un cran !

La première histoire n'était ni mauvaise, ni transcendante. Le héros se promenant dans un univers de détective privé des années 50 dans la plus pure tradition du genre. Mais avec ce second opus, nommé « Arctic Nation », soit un titre des plus intrigants avant lecture, l'univers créé par Canales et Guarnido prend réellement de l'ampleur. Le scénario à tiroir rappelle les romans de Raymond Chandler et ce n'est pas une mince affaire que d'avoir réussi le tour de force de concentrer une intrigue si complexe en un seul album de 56 pages !
De plus, les auteurs se permettent le luxe de glisser dans une intrigue déjà plutôt riche, un sous-texte sur l'imbrication entre le racisme et la lutte des classes (citant la Crise de travail, la précarité du monde ouvrier et les groupuscules du genre « Klu-Klux-Klan ») que vient rendre palpable la caractérisation des personnages sous la forme d'humanoïdes à tête d'animal. Pour la première fois, ce choix trouve véritablement son sens dans la série. Ainsi, l'ours blanc est-il à la tête de ce faux KKK, alors que le gang des « blacks » est dirigé par un taureau et un cheval noir ! Blacksad, le héros, se retrouvant en terrain neutre puisqu'il est à la fois noir et blanc ! Et puis le voleur est par exemple une pie, l'institutrice une biche, le journaliste fouineur un renard !
Lire la suite ›
4 commentaires 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Adam le 17 octobre 2011
Format: Album
Second tome... superbe! J'ai découvert cette série il y a peu et je me suis délecté de chaque album. Travail léché, mise en page et dessins parfaits. C'est bien réussi. L'histoire est palpitante comme dans chaque album. Le style est plus que plaisant, la complexité de la série dans sa réalisation change des autres BD, et ça rend particulièrement bien. L'ambiance est là, sans compter l'anthropomorphisme des animaux qui est très étonnant (duquel je doutais au début) mais qui nous conquiert bien vite. Bref, je conseille fortement de découvrir cet univers !
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR le 8 avril 2003
Format: Album
Oui, Blacksad est un bel album, nettement supérieur à la production moyenne, notamment du point de vue du dessin et de la mise en couleur. Si effectivement c'est plutôt beau à regarder, soyons honnête, ce n'est quand même pas passionnant à lire. Dans ce deuxième tome, Blacksad enquête sur l'enlèvement d'une enfant noire quelque part dans le sud des Etats-Unis, encore en pleine période ségrégationniste. Quelqu'un a fait ici référence à Canardo, je pense que certaines enquêtes de l'inspecteur de Sokal sont bien mieux troussées que celle-ci. La qualité du premier tome de Blacksad et les trois ans d'attente avant la publication de ce second épisode expliquent sans doute tout l'engouement autour de cet album, mais qui à mon avis ne restera pas dans l'histoire. Même les tentatives de faire de l'humour dans les premières planches sont rapidement abandonnées pour un récit très premier degré... En résumé, du bon travail d'artisan de la bande dessinée, une bonne idée de cadeau (ça doit plaire à a peu près tout le monde), mais certainement pas le chef d'oeuvre qu'on nous vante partout.
Remarque sur ce commentaire 16 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Blue Boy TOP 500 COMMENTATEURS le 17 novembre 2012
Format: Album
Le graphisme m’a fait autant d’effet voire davantage qu’avec le premier tome. L’environnement et les décors aux couleurs chaudes sont toujours aussi chiadés, avec un souci du détail très appréciable. Les « gueules » des personnages sont hallucinantes, et le fait qu’ils soient anthropomorphes semblent renforcer encore leur expressivité, c’en est parfois vraiment étonnant. Tout cela conjugué à un talent particulier pour rendre le mouvement produit un résultat percutant, c’est presque comme si on regardait un film d’animation. Quant au scénario, j’ai trouvé qu’il était quand même beaucoup plus recherché que pour le premier tome, ce qui ne gâche rien. Les textes et dialogues façon polar sont bien vus, avec toujours des allusions bien placées sur le fait que les protagonistes soient des animaux, ainsi qu’un humour savamment dosé.

Il y a pour moi un progrès incontestable par rapport au premier tome qui m’avait déçu par son scénario. L’idée de situer l’histoire dans le milieu de l’extrême-droite US pour montrer la dangerosité et la perversité de ce mouvement est bienvenue en ces temps d’intolérance croissante. C’est donc avec plaisir que j’augmente la note pour ce deuxième volet.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?