EUR 19,64
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Bob Dylan [Remastered] a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Bob Dylan [Remastered] Enregistrement original remasterisé, Import

4.3 étoiles sur 5 11 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
3 d'occasion à partir de EUR 3,96
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Uniquement pour les albums vendus par Amazon EU Sarl, hors cadeaux. Voir Conditions pour plus d'informations, notamment sur les coûts de la version MP3 en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bob Dylan


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Bob Dylan [Remastered]
  • +
  • Another Side Of Bob Dylan
  • +
  • The Freewheelin' Bob Dylan
Prix total: EUR 29,13
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (21 juin 2005)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B0009MAP90
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5 11 commentaires client
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
1:37
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
2
30
3:17
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
3
30
2:38
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
4
30
3:07
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
5
30
2:19
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
6
30
3:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
7
30
2:50
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
8
30
1:45
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
9
30
2:34
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
10
30
5:18
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
11
30
2:16
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
12
30
2:40
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 
13
30
2:43
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,09
 

Descriptions du produit

Critique

Enregistré en deux après-midi fin novembre 1961 pour la somme de 402 dollars, l’album Bob Dylan comprend en partie le répertoire qu’il jouait dans les « coffee houses » de Greenwich Village. Bob Dylan intègre sciemment la mouvance folk qui à l’époque bénéficie d’une meilleure réputation que le rock considéré comme récupéré. Le corpus folk est composé en grande partie de morceaux traditionnels d’avant-guerre. Ce sont en quelque sorte des bulletins d’informations sur les événements du moment (la crise de 1929 par exemple) qui se transmettent oralement.

Bob Dylan se situe dans le clan des réformateurs du genre (des chanteurs comme Dave Van Ronk et Ramblin’Jack Elliott) privilégiant une interprétation personnelle à un respect « fidèle » de la chanson.

Sa voix est un habile amalgame entre les talking blues (sorte de discours sur fond musical) de Woody Guthrie et le phrasé blues de Jesse Fuller (le jeu d’harmonica) dont il reprend « You’re No Good ». Le gamin au look de chérubin, au regard étudié se voulant convaincant, à la garde robe « folk mode » (la casquette en velours…), aux mains croisées sur le manche de sa guitare, sait  bien en jouer, tout comme l’harmonica, et, surtout, peut chanter ; d’emblée, il n’a pas d’égal dans ses variations de tempo, son phrasé, sa diction, son jeu avec les syllabes et son emphase (son passage du Mi grave au Fa aigu dans « House Of The Risin’ Sun ».)

L’album composé à deux exceptions près que de reprises, présente une palette large allant du « spiritual » « Gospel Plow » à plusieurs classiques du blues du Delta comme les poignants « In My Time Of Dyin’ », « Fixin’ To Die » et le lugubre « See That My Grave Is Kept Clean ».

Sans gêne aucune, il se permet de reprendre le traditionnel irlandais « House Of The Risin’ Sun » dans l’arrangement de Dave Van Ronk, pilier de la scène folk qui lui en gardera longtemps grief. Le morceau connaîtra un grand succès trois ans plus tard dans une reprise électrique par les Animals d’Eric Burdon.

Deux compositions de Bob Dylan figurent sur cet opus dont le très autobiographique « Talkin’ New York » qui conte son arrivée dans la ville et l’hommage à son maître Woody Guthrie « Song To Woody ». Celui-ci fut le porte-parole des opprimés durant la crise des années 30. Bob Dylan s’inspira beaucoup de son accent heurté et de son chant nasal mais en prenant soin d’y apposer sa touche personnelle. Si les ventes furent faibles (sa sortie 6 mois après l’enregistrement n’arrangeant rien), Bob Dylan  témoigne d’une fraîcheur intacte où percent les prémisses d’un immense talent à venir. « La dernière folie de John Hammond » (le directeur de Columbia qui l’avait découvert) était un coup de génie.

Début 1962, Bob Dylan met ainsi la barre très haut dans le genre folk, et pourtant on sait maintenant qu’il possédait un bien plus vaste répertoire à l’époque, non figé dans ce genre, comme en ont témoigné les fameuses « Minnesota tapes » capturées en décembre 1961.                  - Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Le premier album de Bob Dylan est, comme Please Please Me des Beatles, un disque fabuleux, le sommet de ce qui se faisait à l'époque ... mais il fut éclipsé par les chefs d'oeuvre qui suivirent. Pourtant, ce disque a beaucoup à offrir, et il présente une facette méconnue de Dylan, celle de l'interprète, en effet seules deux chansons (dont le poignant Song to Woody) sont de l'auteur, pour le reste il s'agit de reprises de traditionnels ainsi qu'une reprise de Blind Lemon Jefferson. Première grosse surprise : pas de folk contestataire, plutôt un Dylan qui d'une voix affirmée pour son âge - vingt ans ! - se lache très très très fort ! Il hurle, couine, il est punk seize ans avant l'heure, il est terriblement Rock'n'Roll aussi. Il maîtrise toutes les ficelles de la country folk, héritée de Woody Guthrie ou de son ami Dave Van Ronk. Sa reprise de House of The Rising Sun est parfaite, et totalement différente de celle d'Eric Burdon. Mais ce n'est pas tout : il y a surtout une compréhension du blues proprement effarante, il suffit d'écouter In My Time Of Dying, à l'évidence, Dylan maîtrisait son Robert Johnson sur le bout des doigts, alors qu'il ne l'avait découvert qu'un peu plus tôt dans le bureau de John Hammond Jr. Quelle maturité, c'est proprement effarant. Et magnifiquement remasterisé par Columbia Legacy, on entend tous les crissements de corde, comme si Dylan jouait dans la pièce. Premier coup de maître ! Indispensable.
Remarque sur ce commentaire 28 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Enfin une (re)édition digne de ce premier album de DYLAN ! Remasterisation impressionnante : Fini le mixage surréaliste (voix d'un côté, guitare de l'autre). Cette fois le son est d'une pureté, (pour un enregistrement de 1962) ! 13 chansons (2 seulement de lui, mais peu importe) comme on ne les a jamais entendues, avec cette hargne dans la voix (In my time of dyin' / Highway 51 / See that my grave is kept clean..) et cette version de « House of the risin' sun » à vous filer la chair de poule ! Cette fois Bob est dans votre salon, seul avec sa guitare et son harmonica et chante rien que pour vous.
P.S. même la pochette reprend le visuel du vinyle de l'époque.
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Le premier album éponyme de Bob Dylan est un bon album, sans plus, mais sans déplaisir non plus. Dylan s'y inspire de son idole Woody Guthrie mais explore déjà certains des ingrédients qui feront le très grand Bob Dylan. Ici donc, que du brut et de l'authentique, guitare, harmonica et voix, quelle voix quand on songe que Dylan n'a que 20 ans quand il enregistre cet album, cela tient du prodige. Peu de textes sont signés Bob Dylan, par contre dans le registre traditionnel, une version inimitable de "House of the rising sun" ainsi que deux autres titres intéressants: "Man of constant sorrow" et "Baby, let me follow you down". Bref, un bon moment de folk pure, qui ravira les inconditionnels de Dylan ou de folk, peut-être un peu difficile d'accès si vous ne connaissez pas du tout Dylan. Par contre, on y retrouve tous les ferments de l'album à venir, le monument, le gigantesquissime The Freewheelin' Bob Dylan.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Premier disque de Bob Dylan qui c'été vendu à l'époque à 2500 exemplaires ! Un très bon disque tant bob dylan y met tout son coeur. Seul 2 chansons sont de lui mais quelles chansons, "talkin' New York" et l'immense "Song to Woody". Néanmoins les autres interprétations sont très bonnes, notemment "Baby, let me follow you down" qui est tout simplement somptueuse. A posséder
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Très bon premier album de Bob Dylan touchant à la fois le folk, le blues et le gospel avec une voix rauque et expressive déjà en place, et reconnaissable parmi cent.

Le jeu de guitare est à souligner. On sent l'influence de Woody Guthrie, évidemment, et des bluesmen acoustique du début du XXème sièclecomme Robert Johnson.

Conseil aux artistes d'aujourd'hui: opter pour des reprises bien senties si vos compositions se ressemblent toutes. Tout le monde y gagnera.

Highlights: In My Time Of Dyin', Man Of Constant Sorrow, Highway 51, Baby Let Me Follow You Down, House Of The Risin Sun, Freight Train Blues.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Il suffira de deux séances de trois heures, les 20 et 22 novembre 1961 à Bobby Zimmerman, qui a tout juste 20 ans, pour enregistrer avec le producteur John Hammond, son premier disque.
Le disque s'appelle BOB DYLAN et aura couté 402,00 dollars à la maison de disques Columbia.
Le jeune Zimmerman est encore sous l'influence de Woody Guthrie et l'album ne contient que 2 chansons originales. Malgré le visage juvénile que Bob Dylan affiche sur la pochette, le disque est d'une étonnante maturité et l'accent est surtout mis sur l'interprétation dont la justesse et la sincérité feront passer les grands noms du "Revival Folk" de l'époque pour de vulgaires poseurs.
L'album se vendra à cinq mille exemplaires en un an, pas assez pour en faire un succès et de loin, on chuchote même que Columbia ne lui donnera pas une seconde chance et que John Hammond aurait perdu la main avec ses intuitions géniales, c'est vrai que ce gringalet imberbe dont tout le monde dit qu'il chante de travers commence à exaspérer son monde à se prendre pour le nouveau Woody Guthrie......

Retrouvez Bob Dylan et bien d'autres sur Le Deblocnot': ledeblocnot.blogspot.com
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?