Acheter d'occasion
EUR 0,77
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par awesomebooksfr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expédié sous 48h de notre dépôt en Angleterre. Prévoyez environ 7 à 10 jours pour la livraison. Cet article est d'occasion mais il est toujours en bon état. Certains annotations et signes d'usure sont à prévoir. Pour toute question n'hésitez pas à nous contacter.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

The Book Thief (Anglais) Broché – 3 juillet 2007

4.4 étoiles sur 5 39 commentaires client

Voir les 40 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché, 3 juillet 2007
EUR 22,09 EUR 0,77
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,98 EUR 28,64
CD
"Veuillez réessayer"
EUR 541,99 EUR 28,02
click to open popover

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Extrait

DEATH AND CHOCOLATE


First the colors.
Then the humans.
That's usually how I see things.
Or at least, how I try.


***HERE IS A SMALL FACT  ***
You are going to die.


I am in all truthfulness attempting to be cheerful about this whole topic, though most people find themselves hindered in believing me, no matter my protestations. Please, trust me. I most definitely can be cheerful. I can be amiable. Agreeable. Affable. And that's only the A's. Just don't ask me to be nice. Nice has nothing to do with me.


***Reaction to the  ***
AFOREMENTIONED fact
Does this worry you?
I urge you--don't be afraid.
I'm nothing if not fair.


--Of course, an introduction.
A beginning.
Where are my manners?
I could introduce myself properly, but it's not really necessary. You will know me well enough and soon enough, depending on a diverse range of variables. It suffices to say that at some point in time, I will be standing over you, as genially as possible. Your soul will be in my arms. A color will be perched on my shoulder. I will carry you gently away.
At that moment, you will be lying there (I rarely find people standing up). You will be caked in your own body. There might be a discovery; a scream will dribble down the air. The only sound I'll hear after that will be my own breathing, and the sound of the smell, of my footsteps.
The question is, what color will everything be at that moment when I come for you? What will the sky be saying?
Personally, I like a chocolate-colored sky. Dark, dark chocolate. People say it suits me. I do, however, try to enjoy every color I see--the whole spectrum. A billion or so flavors, none of them quite the same, and a sky to slowly suck on. It takes the edge off the stress. It helps me relax.


***A SMALL THEORY  ***
People observe the colors of a day only at its beginnings and ends, but to me it's quite clear that a day merges through a multitude of shades and intonations, with each passing moment.
A single hour can consist of thousands of different colors.
Waxy yellows, cloud-spat blues. Murky darknesses.
In my line of work, I make it a point to notice them.


As I've been alluding to, my one saving grace is distraction. It keeps me sane. It helps me cope, considering the length of time I've been performing this job. The trouble is, who could ever replace me? Who could step in while I take a break in your stock-standard resort-style vacation destination, whether it be tropical or of the ski trip variety? The answer, of course, is nobody, which has prompted me to make a conscious, deliberate decision--to make distraction my vacation. Needless to say, I vacation in increments. In colors.
Still, it's possible that you might be asking, why does he even need a vacation? What does he need distraction from?
Which brings me to my next point.
It's the leftover humans.
The survivors.
They're the ones I can't stand to look at, although on many occasions I still fail. I deliberately seek out the colors to keep my mind off them, but now and then, I witness the ones who are left behind, crumbling among the jigsaw puzzle of realization, despair, and surprise. They have punctured hearts. They have beaten lungs.
Which in turn brings me to the subject I am telling you about tonight, or today, or whatever the hour and color. It's the story of one of those perpetual survivors--an expert at being left behind.
It's just a small story really, about, among other things:
* A girl
* Some words
* An accordionist
* Some fanatical Germans
* A Jewish fist fighter
* And quite a lot of thievery


I saw the book thief three times.


BESIDE THE RAILWAY LINE


First up is something white. Of the blinding kind.
Some of you are most likely thinking that white is not really a color and all of that tired sort of nonsense. Well, I'm here to tell you that it is. White is without question a color, and personally, I don't think you want to argue with me.


***A REASSURING ANNOUNCEMENT  ***
Please, be calm, despite that previous threat.
I am all bluster--
I am not violent.
I am not malicious.
I am a result.
Yes, it was white.


It felt as though the whole globe was dressed in snow. Like it had pulled it on, the way you pull on a sweater. Next to the train line, footprints were sunken to their shins. Trees wore blankets of ice.
As you might expect, someone had died.


They couldn't just leave him on the ground. For now, it wasn't such a problem, but very soon, the track ahead would be cleared and the train would need to move on.
There were two guards.
There was one mother and her daughter.
One corpse.
The mother, the girl, and the corpse remained stubborn and silent.
"Well, what else do you want me to do?"
The guards were tall and short. The tall one always spoke first, though he was not in charge. He looked at the smaller, rounder one. The one with the juicy red face.
"Well," was the response, "we can't just leave them like this, can we?"
The tall one was losing patience. "Why not?"
And the smaller one damn near exploded. He looked up at the tall one's chin and cried, "Spinnst du! Are you stupid?!" The abhorrence on his cheeks was growing thicker by the moment. His skin widened. "Come on," he said, traipsing over the snow. "We'll carry all three of them back on if we have to. We'll notify the next stop."
As for me, I had already made the most elementary of mistakes. I can't explain to you the severity of my self-disappointment. Originally, I'd done everything right:
I studied the blinding, white-snow sky who stood at the window of the moving train. I practically inhaled it, but still, I wavered. I buckled--I became interested. In the girl. Curiosity got the better of me, and I resigned myself to stay as long as my schedule allowed, and I watched.
Twenty-three minutes later, when the train was stopped, I climbed out with them.
A small soul was in my arms.
I stood a little to the right.
The dynamic train guard duo made their way back to the mother, the girl, and the small male corpse. I clearly remember that my breath was loud that day. I'm surprised the guards didn't notice me as they walked by. The world was sagging now, under the weight of all that snow.
Perhaps ten meters to my left, the pale, empty-stomached girl was standing, frost-stricken.
Her mouth jittered.
Her cold arms were folded.
Tears were frozen to the book thief's face. --Ce texte fait référence à l'édition Belle reliure .

Revue de presse

"Extraordinary, resonant and relevant, beautiful and angry." (Lisa Hilton Sunday Telegraph)

"...a beautifully balanced piece of storytelling...Unsettling, thought-provoking, life affirming, triumphant and tragic, this is a novel of breathtaking scope, masterfully told. It is an important piece of work, but also a wonderful page-turner." (Guardian)

"A moving work which will make many eyes brim." (Marianne Brace Independent on Sunday)

"This is a weighty novel worthy of universal acclaim. A sense of dread prevades this beautifully written novel. As The Book Thief draws to a close, Death says: "There's a multitude of stories that i allow to distract me as I work." The story of the Book Thief, who tried to change the world in her own small way, proves one formidable and inspiring distraction." (Lianne Kolirin The Daily Express)

"Brilliant and hugely ambitious ... the kind of book that could be life-changing" (New York Times Book Review)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Lorsque je lis le synopsys de La Voleuse de Livres, je ne suis franchement pas emballée. J'ai pas envie de lire un Schindler's List.
Cependant, je me suis forcée en voyant tous les avis positifs sur ce livre.
Liesel Merminger est une petite fille pendant l'Allemagne nazie. Ses parents sont soupçonnés de communisme, aussi est-elle confiée aux Hubermann qui vivent en périphérie de Munich. Elle vole des livres. L'histoire est simple. Ce n'est pas l'intérêt du livre.
Première surprise : un format et un narrateur inhabituels. Ce livre est en effet raconté par la Mort, une Mort qui observe l'humanité à un de ses moments les plus cruels, le nazisme. La Mort a une prose belle, simple mais poétique. Markus Zusak joue avec les codes du roman, au diable les règles de la narration, au diable le suspens, et ça aurait pu très mal se terminer mais c'est génial.
L'autre particularité de ce livre, c'est qu'il n'est pas vraiment centré sur l'Allemagne nazie. Je veux dire : oui, c'est un livre dont l'histoire se passe pendant l'Allemagne nazie, mais on s'intéresse plutôt à l'humain. Aux petites personnes qui n'ont rien de spécial mais qui deviennent extraordinaires sous la plume de Zusak. Liesel Merminger est l'héroïne de ce roman - mais elle ne fait rien de spécial, rien qui ne sera reconnu dans l'Histoire, personne ne se souviendra de la petite voleuse de livres et pourtant elle est extraordinaire. On s'attache à chacun des personnages, merveilleux à leur façon et en toute subtilité.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Phil-Don TOP 1000 COMMENTATEURS le 2 juin 2008
Format: Broché
Bien sûr, on peut arguer que c'est un livre de plus consacré à l'Allemagne Nazie, un livre de plus où le héros est une adolescente banale et pourtant exceptionnelle, et ainsi de suite. Mais à la lecture, on oublie tous les clichés pour partager simplement l'histoire de la petite voleuse de livres et des gens qui l'entourent. C'est à lire lentement pour apprécier le style et les nuances du récit - et se laisser piéger par l'émotion malgré soi. A noter que le narrateur n'est autre que la Mort, ce qui rend le ton de l'ensemble encore plus désabusé, résigné - mais aussi émerveillé, par moments.
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Lady Lama TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 29 décembre 2013
Format: Broché
"The Book Thief" est un énorme succès de librairie dans le monde anglo-saxon. C'est un livre long (plus de 600 pages), dense, poignant (ça se passe sous l'Allemagne nazie, avec des enfants), d'une grande richesse, tant sur le style que sur l'émotion.

Liesel est laissée, en 1940, à 10 ans, en "pension" chez un couple d'Allemands. Son père était communiste et sa mère savait que le reste de la famille serait rapidement pourchassé. Liesel est pauvre, Liesel a faim mais ce n'est pas un récit misérabiliste. Elle va être élevée par des parents d'adoption formidables et entourée d'amour. Elle va se faire comme meilleur ami un jeune garçon, Rudy, adorant le sport et fervent admirateur de Jesse Owens (il ira jusqu'à se couvrir de noir de la tête aux pieds pour lui ressembler, ce qui embarrassera au plus haut point sa famille).

Au début du récit, Liesel ne sait ni lire ni écrire. Mais elle tombe par hasard sur un livre abandonné et avec l'aide de son père d'adoption va essayer de le déchiffrer. La lecture sera la grande passion de sa vie. Étant pauvre mais débrouillarde, elle devient voleuse occasionnelle de livres. Pas compulsive, non non non. Elle va voler un livre (avec les autodafés et quelques bonnes âmes charitables faisant semblant de ne rien voir, c'est assez simple), le lire, le relire, le relire encore et encore. Une fois qu'elle le connaîtra quasi par cœur, elle cherchera seulement à en voler un autre.

L'histoire de "The Book Thief" est donc la sienne.
Lire la suite ›
4 commentaires 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Relié Achat vérifié
Avant de lire ce livre formidable, j'ai eu l'occasion de voir le film il y a environ deux-trois ans. Je ne connaissais pas l'histoire mais j'ai vite accroché, et autant vous dire qu'à la fin de cette soirée le film m'avait beaucoup marqué - et c'est encore le cas aujourd'hui. Suite à cela, j'avais mis le livre de côté en attendant le moment propice pour le lire. Et paf, il y a quelques jours, le livre était en promotion, et c'était le moment où jamais! Me voilà à présent marquée doublement par des personnages et une histoire déchirants.

Ce livre a deux grandes particularités. Non seulement l'histoire est narrée par la Mort, mais en plus chaque mort est spoilée par le narrateur.

La Mort: à la fois neutre, distante et intègre, la Mort est une narratrice d'une qualité rare. Ni humain, ni monstre, la Mort a sa propre voix dans le récit, elle n'est pas là pour vous monter que la Mort est compatissante ou cruelle, elle est juste là parce qu'elle est un fait, une fin en soi. Toutefois, même si Markus Zusak a choisi une narration neutre, il nous montre que la Mort a des sentiments que l'on retrouve chez les humains - tout ça a donné encore plus de profondeur à la Mort. Et que dire de l'écriture? C'est beau, les mots sont judicieusement choisis et sont en accord parfait avec le rôle de la Mort.

Les spoilers: combien de fois j'ai été assommée par l'annonce des futures morts? Je savais qui allait mourir, et pourtant cela n'a rien changé à mon ressenti, c'est comme si je lisais le livre pour la première fois.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents