Acheter d'occasion
EUR 14,03
+ EUR 6,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Légères traces d'usure sur la couverture. Ammareal reverse jusqu'à 15% du prix net de ce livre à des organisations caritatives.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

UN CADAVRE PEUT EN CACHE UN AUTRE Poche – 27 mars 2013

A la recherche d'une idée cadeau ? Découvrez notre boutique idées cadeaux livres, organisée par tendances et catégories. Une large sélection pour tous les goûts !

4.1 étoiles sur 5 17 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Poche
EUR 14,03

Idées cadeaux livres 2017 Idées cadeaux livres 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Prémices de désastre sur petit lit de verdure.

Mais qu'avaient-ils tous à vouloir partir en vacances en juin ? s'interrogeait Juliette, grande liane blond vénitien aux yeux bleu pâle, trente-huit ans - et fermement décidée à les faire durer deux ou trois ans, ce qui lui donnerait cinq-six ans pour se faire à l'idée de la quarantaine. L'institut de beauté mâlissime qu'elle gérait de main de maître pour le compte de son séducteur-séduit de patron, Vincent Castelnin, ne désemplissait pas. Juliette avait dû avancer les premiers rendez-vous à 8 heures du matin et ne fermait les belles grilles de cet hôtel particulier du VIIIe arrondissement que douze heures plus tard. Douze heures d'affilée à massager («masser», ça fait daté maintenant), désincruster, scrubber, palper, masquer, réhydrater, manucurer, pédicurer, dépoiler-mais-pas-trop, c'est long. L'institut pouvait se prévaloir de posséder un épais catalogue de clients fidèles, ce qui se faisait de mieux sur le marché parisien du mâle exigeant qui s'entretient. «Exigeant» résumait d'ailleurs à merveille sa clientèle. Des hommes pressés, convaincus à juste titre que leur look contribuait à leur succès, d'abord professionnel puis amoureux. Gigantesque point noir (sans jeux de mots) : les hommes ne cherchent pas la même chose que les femmes dans l'«esthétique», qui est surtout à leurs yeux un moyen d'affichage, de renforcement de ce qu'ils sont ou de ce qu'ils veulent paraître. Les arbitrages cruciaux se succédaient donc sur un rythme infernal. Ainsi, l'épouvantable stress de l'épilation des sourcils ressurgissait quinze fois par jour. Juliette en avait des sueurs froides dès qu'elle approchait une pince à épiler d'un visage, au point qu'elle avait abandonné les gels dépilatoires en goutte, qui n'offraient pas une précision au poil près. C'est tout dire ! Comment débroussailler les paillassons que certains portaient au-dessus des yeux et du nez, et qui leur donnaient un air simiesque un peu bas de plafond, creuser ou atténuer une ligne, avec à chaque fois le commentaire : «Pas des sourcils de folle, d'accord ?» ? Hormis ces incessantes difficultés, elle aimait la placidité sans mollesse de ses clients. Ils se laissaient tartiner, enduire, balancer des vapeurs d'huiles essentielles au visage, tourner, retourner, triturer sans l'assommer de questions, d'inquiétudes ni de digressions, partant du principe qu'elle était la professionnelle et savait ce qu'elle faisait. Tout juste avait-elle parfois des exclamations sur le mode «Oh, c'est vert», «Oh, ça sent bon», «oh, c'est rafraîchissant» ou «Ne me touchez pas le pli du genou (ou le gros doigt de pied), je déteste.»

Ce samedi-là, elle remonta vers 20 h 30 dans son bureau, épuisée, affamée, n'ayant avalé qu'une moitié de pomme et un sablé de la journée. Elle récupéra le portable abandonné sur sa table de travail. Un SMS, signé de Stéphanie, l'une de ses esthéticiennes, l'attendait :

«19 h 45, désolée Juliette, je fonce. Dernier client à l'ionisateur galvanique, salle 3. Reste l'hydratation, 20 heures. Mon fils transporté aux urgences : appendicite aiguë. Le week-end, bien sûr, top ! Mon mari déjà à l'hôpital.

Présentation de l'éditeur

Parfois, le sort s'acharne. C'est ce que Juliette, la responsable d'un salon de beauté où elle chouchoute une clientèle masculine triée sur le volet, a dû se dire ce soir-là en entrant dans l'une des cabines de son institut de beauté : elle y découvre en effet des traces de sang suspectes. Pourtant, impossible de savoir si le client s'est simplement blessé - après tout, il a laissé un chèque ! ou s'il a été zigouillé sous l'ionisateur galvanique. Et la disparition de Stéphanie, l'esthéticienne, n'est pas pour rassurer Juliette : ce n'est pas son genre de quitter son poste sans en avertir Juliette. Son fils a-t-il vraiment été transporté aux urgences pour une appendicite ? Parce que Juliette, les histoires de cadavres, elle commence à en avoir plein le dos. Avec ses copines Emma, l'ancienne chauffeuse de taxi aujourd'hui propriétaire d'une flotte de limousines, Nathalie, l'ex-femme au foyer qui vit une seconde jeunesse avec Vincent, Charlotte la psy aux tendances alcooliques, Hélène, la chercheuse au caractère explosif, et Marie-Hortense-Dominique, la fleuriste amoureuse de son chien, ont déjà été mêlées à de sales histoires de meurtre. Et ça avait bien failli tourner au vinaigre. Alors, là, franchement, ce cadavre sans corps, c'est trop. D'autant que ça l'air de devenir à la mode de se faire occire à l'institut, et que Stéphanie n'a plus tellement l'air d'être l'employée modèle.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 10 juillet 2017
Format: Format Kindle|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 28 septembre 2014
Format: Format Kindle|Achat vérifié
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 avril 2017
Format: Format Kindle
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 15 juin 2013
Format: Format Kindle|Achat vérifié
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 12 août 2013
Format: Poche|Achat vérifié
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 15 septembre 2014
Format: Format Kindle|Achat vérifié
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 22 juin 2013
Format: Poche|Achat vérifié
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 19 août 2014
Format: Format Kindle|Achat vérifié
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Commentaires client les plus récents

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?