EUR 18,80
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les Cahiers de Voronej a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les Cahiers de Voronej Broché – 28 septembre 1998

4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,80
EUR 18,80 EUR 35,21
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Les Cahiers de Voronej
  • +
  • Tristia et autres poèmes
  • +
  • Requiem - Poème sans héros et autres poèmes
Prix total: EUR 39,40
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Quatrième de couverture

Ossip Mandelstam, né le 2 janvier 1891, fit des études à Paris, Heidelberg et Saint©Pétersbourg. En 1911/1912 il participa, avec Goumilov et Akhmatova. à la création de l'acméisme qui voulait opposer au verbe désincarné des symbolistes une architecture fondée sur le " mot©objet ". Son premier recueil La Pierre (1913) révélait toutefois la force et l'originalité d'un poète sans réelle ascendance. D'abord lié à la révolution par une sorte de " joute et attrait " où le rythme et le mythe transcendent l'époque dans une " nostalgie de la culture mondiale ", avant tout méditerranéenne (Tristia, 1923), Mandelstam allait inverser nombre des éléments de sa poétique, à partir de 1930, afin d'appréhender la réalité nouvelle, marquée par une perversion sans précédent des valeurs et des signes. Quand on vient l'arrêter en mai 1934, il est " prêt à la mort ". Mais condamné à trois ans d'exil, il va écrire à Voronej, en quelques mois les plus fertiles de son existence, les poèmes des trois Cahiers qui sont un des sommets de la poésie russe du vingtième siècle. Arrêté une nouvelle fois en mai 1938, le poète est envoyé au Goulag et meurt le 27 décembre près de Vladivostok, au seuil même de la Kolyma.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
C'est pendant ses années d'exil dans la ville de Voronej que Mandelstam écrivit ses célèbres "Cahiers de Voronej".
Il y évoque la vie rude qu'il y mène avec sa femme, Nadejda, la nature qui l'inspirera dans nombres de ses poèmes.
Mandelstam n'hésite pas à parler de son état dépressif et de ses deux tentatives de suicide qu'il fit quand il fut arrêté sur ordre de Staline.
Il revient également sur la souffrance de l'exil, sur la séparation d'avec ses amis poètes comme Anna Akhmatova et Boris Pasternak. Il est devenu un poète sans auditoire...
Et la mort de son premier amour ,qu'il apprend pendant son exil, et qui lui inspire des poèmes comme "la violoniste".

Le paysage hivernal qu'il décrit est un prétexte pour relater ce qui se passe réellement d'effroyable durant ces années 1935 -1937 de purges et de grands procès (1936-1938) dans toute la Russie:c'est l'apogée de Staline et l'aggravation des conditions de vie pour beaucoup d'écrivains et de poètes dont Mandelstam. D'ailleurs son "Ode à Staline" lui a valu beaucoup d'inimitiés et d'incompréhensions parmi ses amis et auprès des dissidents. Nadejda Mandelstam l'explique par la souffrance physique et morale constantes dont souffrait son époux.

Pour bien "comprendre"ces poèmes , il faut tout de même connaître la vie et les autres écrits de Mandelstam: aussi , reportez-vous à la fin de l'ouvrage pour mieux connaître la vie de Mandelstam.
La lecture de ces poèmes n'est vraiment pas évidente pour quelqu'un qui ne serait pas un fervent amateur de poésie. Aussi, vous pouvez commencer par lire d'autres poèmes de Mandelstam ainsi que la correspondance de Nadejda Mandelstam avec Boris Pasternak.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Arrêté sur dénonciation pour avoir récité à des proches un poème où il raillait Staline, Mandelstam est condamné à l'exil. A Voronej, petite ville proche de l'Ukraine, sur des cahiers dont son épouse raconte dans ses souvenirs "Contre tout espoir", la difficulté qu'elle eut à se les procurer, il écrit ses derniers poèmes. C'est en quelque sorte un testament poétique, voire un chant du cygne, le poète usé, à bout de nerfs, toujours surveillé malgré la relégation, se sait en sursis : destin amer qui rappelle celui d'Ovide...
Et c'est dans ce contexte que s'élève pour la dernière fois la voix que tout cherche à faire taire "je chante quand ma gorge est moite, et l'âme sèche", "on m'a jeté dans une fosse aux lions/ Et dans des oubliettes où je m'enfonce, aveugle"; le poète contemple une dernière fois le monde, fragile et libre, dépossédé comme le chardonneret qu'il aime à décrire.
Ces derniers poèmes de Mandelstam cachés et sauvegardés par son épouse ne paraîtront officiellement imprimés que des décennies plus tard.
Cette édition a l'avantage d'être bilingue, et de contenir des notes explicatives, Henri Abril, le traducteur, tente notamment d'y éclaircir de façon assez précise, l'énigmatique et fameuse "Ode à Staline" par laquelle Mandelstam tenta de se racheter du fond de sa relégation à Voronej.

On retrouvera également quelques uns de ces poèmes traduits dans "Simple promesse" (La Dogana ) par Philippe Jaccottet, Louis Martinez et Jean-Claude Schneider.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?