undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
14
4,1 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:12,47 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le film s'inspire des théories conspirationnistes qui voudraient que l'Homme ne soit pas allé sur la Lune mais que l'on ait voulu le faire croire pour des motifs de basse politique. En l'espèce, ce n'est pas la Lune mais Mars mais l'effet est le même. Jusqu'où peut aller le mensonge pour protéger un espoir, sauver la face, protéger des intérêts ? Ce film, dont on sent les techniques de tournage et de montage des années 70, est très bien fait et même si la tension n'est pas exacerbée, les scènes liées à l'évasion dans le désert sont très bien. C'est moins de la science-fiction que de la politique fiction reposant sur l'utilisation des médias pour faire passer un gros mensonge. Depuis ces années 70, la technique a été très améliorée (Cf. Timisoara) et le web est arrivée, qui tempère quand même les propos du film... mais fait exploser les théories conspirationnistes !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2010
Réalisé en 1980 par Peter Yates, soit plusieurs années après la grande vague Américaine du cinéma des complots et autres intrigues paranoïaques où les protagonistes finissaient toujours happés par la vérité, Capricorne One arrive donc un peu à la traîne d'où son relatif échec en salle à sa sortie.
L'histoire en est pourtant passionnante et en partie, le traitement du film reprend les figures imposées de ce genre d'histoires où le héros est seul contre tous.

Longtemps et même encore de nos jours, on a colporté l'idée que jamais un homme n'avait posé son pied sur le sol lunaire. la NASA ne pouvant finalement pour des raisons techniques, mener à terme la mission Appolo, aurait pour ne pas perdre les capitaux et éviter surtout que les états unis ne perde la manche contre l' URSS qui à l'époque menait une guerre sans merci contre les States sur la conquête spatiale, aurait donc recréer en studio tout un décor et aurait ainsi fait croire au monde entier que l' Homme (Américain) avait bien planter l'étendards aux 50 étoiles dans le sables grisâtre du satellite.
Le film qui exploite cette légende urbaine sort donc 11 ans plus tard en changeant la lune par la planète Mars.

La première heure du film est à ce titre passionnante car tout y est.
L'idée du studio avec le décor, le ciel rouge, les cosmonaute pris en tenaille entre leur intégrité, le chantage exercé, les hommes politiques, les hommes de l'ombre, les menaces ET, le reporter (le génial Elliot Gould) qui va essayer de tout dévoiler.

... Seulement, nous sommes bien en 1980 et les enjeux semblent avoir changer. Spielberg entre autre est passé par là et les films qui se terminent mal n'ont plus la côte à Hollywood.

Capricorne One possède des scènes magnifiques comme également celle de la chasse à l'homme dans le désert...
55 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2016
L'homme a-t-il réellement marché sur la Lune ? Telle est la question qui nous taraude l'esprit à la fin de CAPRICORN ONE, film nous invitant à reconsidérer l'un des plus grands évènements de la conquête spatiale. Fermement résolu à désacraliser la date ô combien emblématique du 21 juillet 1969, le réalisateur-scénariste PETER HYAMS (2010 : L'ANNÉE DU PREMIER CONTACT, LE SEUL TÉMOIN, TIMECOP) trousse un brulot qui n'épargne personne. Ni la NASA, ni l'armée, ni les politiques, tous peu ou prou gangrénés de l'intérieur. La théorie du complot en ressort donc fortifiée et à bien des égards légitimée, le scénario se chargeant de démontrer par A+B la manière dont un tel subterfuge aurait pu ou pourrait être mené sans éveiller le moindre soupçon... ou presque. En l'occurrence, c'est justement le presque qui nous intéresse. Car si les foules du monde entier et la majeure partie des ingénieurs de la NASA vont logiquement se faire avoir par la fumisterie (à leur décharge, il faut bien avouer que la reconstitution en plateau de la planète Mars ne manque pas de crédibilité, et ce, malgré des moyens assez sommaires), deux "vilains petits canards" - un technicien et un reporter - vont très vite s'imposer comme les seules personnes capables de faire cesser ce mirage collectif. Mais comment mettre au grand jour une machination impliquant les plus hauts fonctionnaires de l'État ?

Scindé en deux segments assez contrastés (à la première partie austère sur la pseudo-planète Mars succède une longue et rude transition dans le désert aux confins du survival), Capricon One, en plus de jouer à l'iconoclaste de service, peut se prévaloir d'un talent d'entertainer incontestable. L'effervescence provoquée par cette intrusion dans les arcanes américains n'a d'égale que le plaisir d'assister à un thriller maîtrisant à merveille tous les tenants et aboutissants d'une histoire à tiroirs qui n'en finit plus de repousser ses limites. Quitte à en faire parfois un peu trop. À l'image de la course-poursuite spectaculaire en biplan (bolide piloté par un TELLY SAVALAS galvanisé), on a par instants le sentiment que le film tend à se disperser dans ses dernières bobines, assez éloignées du sérieux des prémices.

Néanmoins, rien ne saurait nous faire oublier l'excellente tenue du casting (ELLIOTT GOULD est savoureux dans la peau d'un journaliste opiniâtre ; JAMES BROLIN force l'admiration en cosmonaute contraint de mentir à ceux qu'il aime le plus, c'est-à-dire sa famille) et la force d'un concept égratignant les institutions du pays de l'Oncle Sam avec un culot sidérant. La théorie du complot spatial a donc trouvé un allié d'envergure avec ce petit classique de (fausse) science-fiction.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2014
Film mythique réalisé après les alunissages dont certains prétendent qu'ils n'ont jamais eu lieu ! Ce film fait partie de la polémique tant il démontre qu'à l'époque il était possible de faire croire ! En lui même le film est prenant ; quelques longueurs.
Bon film
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2015
Ce thriller de science-fiction, raconte très bien, jusqu’où l'être humain est capable d'aller dans le mensonge pour n'importe quelle raison ; simuler un voyage spatial sur Mars devant des caméras, tout en se trouvant en réalité dans décors dissimulé dans un hangar, perdu au milieu du désert. Le tout reprit sur la conquête Lunaire de la NASA, qui peut prétendre à la rumeur d'une supercherie. Dommage que le bluray ne soit pas à la hauteur, aucune remasterisation dans l'audio et une image vidéo très médiocre.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2015
Toujours ce syndrome du complot!!! la remise en cause des voyages lunaires qui remontait à la surface, sous forme d'un voyage vers Mars...
Très bon film; mais je suis un adorateur d'Eliot Gould!!!
Dommage que le son soit si mauvais!!! donc 4 étoiles seulement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2015
Très beau film paranoïaque, extrêmement bien filmé. La conquête de Mars symbolise la conquête de la Lune. Et toujours la musique contemporaine de Jerry Goldsmith.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2015
bon film,que de doutes sur les américains et leur conquête spatial un film actuel sur la mentalité des grandes instances au gouvernement!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2014
Un magnifique film où l'on raconte un complot du gouvernement concernant une mission spatiale sur Mars.
Un casting premier choix.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mars 2013
-> BLU RAY

Back in the seventies 'conspiracy' was all the rage: 3 Days of the Condor; All the President's Men; The Parallax View; Night Moves; The Domino Principle; The Conversation... to name a few. (today you'd do it in public, if you think you're 'too big to fail'...)
This is a fine (and entertaining!) example of how 70s-film dramatized the self-doubt of a nation and its people's mistrust towards authorities.

Very solid picture. Original aspect ratio.
Recommended! (BD cover data "4:3" = incorrect)
All systems are 'go', it's the tall white thing over there, you can't miss it!

Film: 7,5/10
Picture quality 8/10
Aspect ratio: 2,35:1 orig.
Run time (24 fps): 2 03'09''
Chpt.: 12
Audio: Engl.
ST: Engl.
Region free
Bonus: -
Studio: itv
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,30 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici