• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Carnets 1978 a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Carnets 1978 Poche – 13 janvier 1993

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres Folio achetés = 1 livre offert (voir conditions sur la page de l'opération en cliquant ici)
3.3 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Belle reliure
"Veuillez réessayer"
EUR 11,69
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,96
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,50
EUR 6,50 EUR 1,91
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Promotion Folio
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Carnets 1978
  • +
  • Ô vous, frères humains
  • +
  • Les Valeureux
Prix total: EUR 21,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Quatrième de couverture

Ce journal va du 3 janvier au 2 septembre 1978. Albert Cohen a quatre-vingt-trois ans. Sa fin, dont il sent l'imminence, l'oblige soudain à ramasser par fragments incantatoires ses méditations obsessionnelles : l'enfant Albert Cohen fou d'amour pour sa mère, le lycéen de Marseille fou d'amitié pour son condisciple Marcel Pagnol, le jeune homme fou des femmes qu'il nomme ses «merveilles», enfin le vieil homme fou du peuple d'Israël et d'un Dieu auquel il aspire à croire mais qui refuse sa délirante prière.Dans cet ensemble d'invocations quasi rythmées où la violence, la cruauté, la tendresse le disputent à l'humour, Albert Cohen s'abandonne à la hantise d'une mort dont le thème, depuis ses débuts en littérature, double toujours d'obscurité ses œuvres les plus radieuses.

Biographie de l'auteur

Albert Cohen, né en 1895 à Corfou (Grèce), a fait ses études secondaires à Marseille et ses études universitaires à Genève. Il a été attaché à la division diplomatique du Bureau international du travail, à Genève. Pendant la guerre, il a été à Londres le conseiller juridique du Comité intergouvernemental pour les réfugiés, dont faisaient notamment partie la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis. En cette qualité, il a été chargé de l'élaboration de l'accord international du 15 octobre 1946 relatif à la protection des réfugiés. Après la guerre, il a été directeur dans l'une des institutions spécialisées des Nations Unies. Albert Cohen est mort à Genève le 17 octobre 1981.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.3 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Ce journal, écrit à la fin de la vie de l'auteur entre janvier et septembre 1978, est la démonstration de l'aboutissement d'un cheminement humain et spirituel d'une vie. Chaque entrée du journal permet à Albert Cohen d'évoquer ses chers disparus. Dans un premier temps, il se retourne vers sa mère avec un pauvre désir de la faire vivre encore un peu, «cette sainte sentinelle et gardienne de son fils», avant de la rejoindre bientôt. Cette maman chérie cède la place à Marcel Pagnol, le camarade d'enfance et d'adolescence tant aimé, décédé quatre ans auparavant. Puis vient la ronde des femmes aimées, ces muses elles aussi parfois déjà mortes. Ce récit lui permet de retracer sa vie, de confronter ses angoisses avec la mort, et de déclarer tout fort sa révolte de devoir mourir (Je n'accepte pas de perdre mes yeux qui étaient une partie de mon âme. Mon âme n'est pas un impalpable ectoplasme à gogos. Mon âme c'est moi. Cela n'est pas de la philosophie, cette filandreuse toile d'araignée toute de tromperies, mais une grenue et indestructible petite vérité tout à fait vraie. Oui, tout ce que vous voudrez, dites tout ce que vous voudrez, dites toutes les survolances qu'il vous plaira, mais ma petite vérité est bon teint. Mon âme c'est mon corps et non un magique souffle». Ce genre de raisonnement le conduit à prendre Dieu à partie avec beaucoup de virulence : «O Dieu, j'ai vu Ton oeuvre et je n'ai pas craint de Te lancer un irrespectueux regard.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Le livre des lamentations . Geignard et pas très courageux face à l'approche de la fin dernière l'auteur . Je n'ai pas fini le livre ( 3/4 lu) tant la lecture était pénible . Une longue prière mélancolique . Commencez la lecture après un traitement de trois mois d'antidépresseurs . Préférez Belle du seigneur , le livre de ma mère oû l'auteur semble moins " parasité" par l'idée qu'il ne sera plus .
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par othello le 5 novembre 2011
Format: Poche
Dans ce testament écrit 3 ans avant sa mort, Cohen exprime ses conceptions sur Dieu, les femmes, la vie et alors que "Le livre de ma mère" ou '-"oh vous frères humains" frôlent le chef-f'oeuvre, ici l'écrivain fait preuve d'un pessimisme ravageur et contagieux dont on ne sort pas indemne: trop c'est trop et tant de noirceur devient déprimant.
Heureusement, il reste un styme flamboyant et magistral qui sauve l'exercice de l'oubli: chaque phrase est ciselée comme un bijou par un orfèvre...
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Plus que l'auteur, c'est la grandeur de l'homme qu'on découvre à travers ces carnets. Leçon de sagesse et de générosité.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?