EUR 6,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Les Carnets du sous-sol a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Les Carnets du sous-sol Poche – 25 février 1992

4.5 étoiles sur 5 13 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,60
EUR 6,60 EUR 8,50
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Les Carnets du sous-sol
  • +
  • Le rêve d'un homme ridicule : Un récit fantastique
  • +
  • Les Nuits blanches
Prix total: EUR 18,80
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

connus sous le titre mémoire écrit dans un souterrain ce petit roman annoncent les grands romans ulterieurs.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
chapitres 1 et suivant: l'auteur s'interroge sur la nature de l'homme. D'un coté il se méprise, se déclare lui-même indigne, mais avec orgueil finalement se considère hors du "troupeau", gouverné par ses bas instincts peut-être, mais vivant. Il critique une vision idéaliste de l'homme, dont la conduite serait totalement calculée par la science, sans libre arbitre: l'homme irait à ce moment là spontanément vers le bien, le beau, le vrai. Mais il constate que non seulement l'homme fait le mal, mais qu'il le recherche parfois, s'en délecte. Alors où est le vrai de la nature humaine? Y a t il une volonté autonome chez l'homme ou celui-ci n'est il guidé que par des lois mathématiques et psychologiques, comme "deux et deux font quatre"? Dostoïevski pose la question et essaie d'y répondre.
Deuxième partie " à propos de neige fondue": le narrateur revient sur des épisodes de sa vie, sa misanthropie, ses essais ratés de socialisation avec des "camarades". On lit dans cette partie des descriptions très imagées de ces rencontres entre "anciens du collège", petits fonctionnaires ou militaires, vaniteux et hableurs, avec lesquels l'auteur veut quand même se mêler pour sortir de son isolement.
Troisième partie (chapitre 6 et suivants de la deuxième partie): la rencontre avec Lisa, prostituée. Le héros est sous le choc de cette rencontre, Lisa représentant pour lui un mélange hideux de beauté et de déchéance. Il lui déclame un discours tout à fait moralisateur, qu'il reniera plus tard!
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Dans cette oeuvre Dostoievski décrit le monde intérieur de "l'homme inutile"", ou "superflu" , celui qui trouve pas sa place dans la société, décrit aussi par Tourguenev,Lermontov,Gontcharov etc dans la lignée de la littérature russe du 19me siècle... Sauf qu'à la différence de ces écrivains, et selon Dostoievski lui même, il dénonce le coté laid et tragique de toute une couche du peuple russe, alors que ces prédécesseurs décrivait ainsi plutôt les exceptions....A la différence des "hommes inutiles" de Tourguenev ou Lermontov,qui ont encore une possibilité de changer leur destin, "l'homme du sous-sol" de Dostoievski est l'esclave de son destin, l'esclave qui se complait dans sa condition.
Cet homme est tellement petit, insignifiant, humilié, misérable, pitoyable et conscient de l'être,mais en même temps il n'est pas hypocrite et pas dépourvu d'une certaine honnêteté , qu'il lui reste plus qu'aller au fond de sa déchéance et prendre du plaisir dans sa chute, aussi que prendre du plaisir à torturer les autres......
La tragédie de cet homme inutile, c'est la conscience et l'envie du meilleur mais en même temps, la conscience de l'impossibilité de réaliser ce meilleur.Même l'amour et le pardon de Lisa, une prostituée qu'il humilie et torture moralement, même son amour qui pourrait le changer , ouvrir le chemin vers une autre source de vie, même cela notre héros rejète, préférant s'enfermer dans son "sous-sol", dans sa fierté blessée, son amour propre bafoué, sa méchanceté, irritation et aigreur.....
Lire la suite ›
1 commentaire 23 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Nicolas le 20 septembre 2005
Format: Poche
Réfugié dans son sous-sol, le personnage que met en scène Dostoïevski ne cesse de conspuer l'humaine condition pour prôner son droit à la liberté. Et il n'a de répit qu'il n'ait, dans son discours, humilié, diminué, vilipendé les amis de passage ou la maîtresse d'un soir. Un monologue féroce et imprécatoire : ainsi l'éditeur Actes Sud présente-t-il ce livre de Dostoïevski.

Perdu dans un sous-sol, soit enfermé en lui-même, un homme contemple la scandaleuse horreur de sa vie. Rejeté par la société, bien qu'il semble parfaitement intégré, le héros de ce récit auto-biographique souffre d'un bovarisme maladif. Car enfin, cet homme a lu, beaucoup lu, il est enivré de l'idée de beau et de sublime comme il dit : mais, douleur !, il réalise que ses appétits de beauté n'existent qu'en lui. Lorsqu'il se confronte à la réalité, il ne retrouve rien ressemblant aux romans : le monde tel l'entourant n'invite pas à la poésie des mots.

Cette douloureuse révélation se double d'un penchant paranoïaque, doublé d'une homosexualité latente, qui bouleversent son esprit. Dès lors, irrémédiablement, il est fichu. Il faut voir comme il se débat pour se faire accepter, mais comme il peine à voir, comme il se ridiculise. Sa haine grandit de par son incapacité à exister en tant qu'être complet : en ombre portée se dessine la figure du nihiliste chez lui ; voilà un homme prêt à quelque attentat pour s'offrir un roman vivant.
Lire la suite ›
2 commentaires 28 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents