undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
9
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 janvier 2009
Je n'en ai pas cru mes yeux de voir ce film sortir en dvd. Et quelle heureuse idée de l'éditeur.
Une vrai merveille, extrêmement rare (diffusé une fois ou deux il y a des années sur arte lors d'une soirée halloween). Donc, il y a de fortes chances que les personnes lisant ces lignes ne connaissent pas l'oeuvre.

Un film complètement fauché. En d'autres termes, avec des moyens quasi inexistant et une réalisation expéditive (2 ou 3 semaines seulement). Et pourtant on arrive à une sorte de chef-d'oeuvre, d'ailleurs le cinéma de ces 30 dernières années nous prouve bien que les moyens ne font pas la qualité. "White zombie" avec Lugosi ou encore "la nuit des morts-vivants" de Roméo nous prouvent eux de leur côté que l'absence de moyens peu faire des merveilles.

MAIS ATTENTION je préfère prévenir. Je ne connais pas la version dvd mais celle que je possède a ses défauts. Ainsi le son n'est pas au top loin de là. Qualité d'image non plus d'ailleurs. Mais qd même, quelle oeuvre.
Des apparitions stupéfiantes de spectres aux visages blafards et aux yeux "hypnotisants" . Une atmosphère d'irréelle opressante. Un jeu de caméra simple, en tout cas il m'apparait comme tel mais efficace. Et ces moments où tout semble s'arrêter pour le personnage principal : plus de son, elle n'entend plus rien et plus personne ne l'entend ni ne la voit sauf...les spectres. Quant à la scène finale du "carnaval des âmes", tout bonnement effrayant.

Le film fit un bide énorme à sa sortie (1962). A l'exception de Candace Hilligoss, qui ne fit d'ailleurs pas carrière puisque son seul autre film date de 1964, aucun des acteurs n'est professionnel. Et Candice tout comme Herk Harvey le réalisateur, si leur nom n'est pas tombé dans les oubliettes, c'est grâce à ce film. Considéré comme un navet durant près de 30 ans, il est aujourd'hui cultissime. A la fin des années 80 et durant les 90's, il reçut de nombreux prix et des critiques élogieuses, c'est dingue mais pourtant vrai.

Enfin, notons qu'il existe une version colorisée du film dans lequel les spectres apparaissent qd même en noir et blanc. Que le réalisateur fait quelques apparitions dans le film (le spectre principal). Qu'un remake de 1998 fut réalisé mais qu'il n'est pas comparable à cette version originale. Il n'aurait que peu de point commun et, du reste, fut directement exploité en vidéo sans être sorti en salle tant les critiques le descendirent en flamme. Dvd + bonus et 80 minutes, c'est presque la version complète (qui durerait 90 minutes à ce qu'il parait). C'est qd même pas si mal.

Pour ceux qui aime les curiosités ou qui recherche les perles rares, laissez vous entrainer dans cette danse terrifiante qu'est "Carnival of Souls".
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 16 octobre 2009
On se demandait bien pourquoi ce chef-d'oeuvre du fantastique, cité comme référence dans tous les livres traitant du genre, n'existait pas encore chez nous. C'est maintenant chose faite, et en plus dans une très belle copie, contrairement aux imbuvables bootlegs américains et anglais.
Le bonus "autopsie des âmes" est très sympa et permet d'en apprendre plus sur le film.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 septembre 2004
La trame de l'histoire: apres avoir survecu a un dramatique accident de voiture, Mary tente de reconstruire sa vie a Salt Lake City en tant qu'organiste d'eglise. Progressivement, elle deviendra temoin de divers phenomenes etranges et se sent attire vers un parc d'attraction desert...
Bien que l'intrigue semble simpliste de nos jours, je trouve ce film impressionnant pour son epoque. Realise en 1962 avec tres peu de moyen, le traitement des peurs et angoisses de l'heroine est parfois saisissant. Le travail de la lumiere et plus particulierement du son donne une profondeur au film et en fait certainement un precurseur meconnu de nombreux autres (comment ne pas voir une filiation avec le 6ieme sens!). Le film semble aussi parfois s'etre echappe de la serie "La 4ieme dimension" en raison de son cote parfois obscur. C'est peut-etre aussi la l'origine de la fascination qu'il exerce. Son aspect etrange et inquietant plonge le spectateur dans le meme etat que Mary: il veut comprendre ce qui se passe dans ce fameux parc!
Libre au spectateur d'y voir ce qu'il veut: un simple film d'horreur de serie B, ou une fable sur la solitude, la mort et la destinee. Dans un cas comme dans l'autre, le film vaut le coup d'etre vu.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2011
The film starts with a racy scene. Two cars racing over the bridge and one vehicle falls in to a swift river. Three hours later, a dirty Mary surfaces. As A recent "soul" survivor, (maybe), Mary (Candice Hilligoss) plays with other peoples organs. The bulk of the movie is listing to cheap organic sounds as Mary runs around spooked.

Soon Mary believes a man (Herk Harvey, son of Everett and Minnie R. Prewitt Harvey) in shabby zombie make-up is perusing her. She does not mind flirting with cheap drunks, but draws the line at zombies. A ghost of a carnival pavilion by the local lake insidiously draws her to it. She has no clue as to what is happening; but we figured it out when she came out dripping wet and with the movie title.

The film is a bit dated. The dialog is stilted and unnatural; of course, this could be on purpose, as Mary is stilted and unnatural. So what is the excuse for the other so-called actors?

We do get some mystery and intrigue and a new meaning to "The wet head is dead".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il y a du Lynch,du Romero,du Friedkin,du Burton dans ce métrage...eh,mais attendez...ne serait-ce pas plutôt le contraire?
Oui,ce film a inspiré nos chers réalisateurs ci-dessus.
Dommage que le metteur en scène de cet envoûtant carnaval n'ait pas renouvelé son exploit:c'est son seul film.
Alors, DEVOREZ le!!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pas de moyens, des acteurs inconnus, l'usage du noir et blanc....et un chef d'oeuvre du film fantastique. Tout ce que ce genre porte en soi d'angoisse, de terreur et de panique se retrouve là.
Une jeune femme survit à un accident de voiture dans lequel périssent ces trois compagnons. Sa vie reprend de plus en plus envahie d'images intrusives jusqu'au moment où la partie finit par se jouer dans un parc d'attractions.
On n'en sort pas indemne.
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2004
Un pur chef d'oeuvre du film fantastique ; un monument du cinéma d'épouvante (et dire qu'il fut réalisé en seulement trois semaines avec un budget ridicule de 30 000 dollars!!). Le résultat, aujourd'hui encore, fait passer des frissons dans le dos. "Carnival of souls" est comme un cauchemar de nécrophile : des morts-vivants blafards aux regards hallucinés,errant dans une fête foraine à l'abandon ; une femme rescapée d'un accident de voiture sombrant progressivement dans la folie ; une musique angoissante à souhait (gene moore nous ensorcelle totalement avec les mélodies funèbres de son orgue) et une ambiance puissamment morbide qui fascine autant qu'elle effraie : on aura compris qu'il s'agit là d'un très grand film. La scène finale, qui se passe dans une salle de bal, laisse le spectateur bouche bée. Quant au dénouement, qu'on ne saurait révéler ici, il est d'une noirceur absolue, brutal aboutissement de l'onirisme sombre qui, d'étrangeté en étrangeté, va crescendo tout au long du film. Côté acteur, Candace Hilligoss (qui interprète Mary Henry, l'héroïne du film) est poignante au possible dans sa détresse, son jeu est des plus convaincants et l'on suit s'en s'ennuyer sa progression dans un univers à la Lynch d'où nul ne peut s'échapper ou, à tout le moins, ressortir indemne. "Carnival of souls" fait partie des rares films qui vous hantent à jamais. L'ambiance crépusculaire qui se dégage de cette perle du cinéma fantastique rend la mort irrésistiblement attirante, et nous donne envie de rejoindre Mary dans sa dimension afin de danser avec elle pour l'éternité au bal des âmes perdues.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2009
Indispensable comme le beurre dans les épinards,quand on aime les frissons d'outre-tombe. Carnivals of souls, 9 ans avant la nuit des morts vivant pose les jalons. Un mètre étalon du genre Zombie avec "The last man on earth" ( Vincent Price) !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 octobre 2007
La scène de début est bonne. Au milieu du film, j'ai commencé à être très perplexe. La lenteur du film m'agaçait, comme cette "love affair" puérile (mais que je pense utile pour soulever des interrogations sur l'héroïne), or cette lenteur n'est qu'apparente - car elle est sauvée par ce qui va suivre dans le dernier quart d'heure ; le style du film s'empare de je ne sais quelle torpeur qui le rapproche d'un cauchemar vivant. Une curiosité où est célébrée l'étrangeté, nous poussant par ondulations progressives dans ces rives de l'inquiétant. Au milieu, j'ai senti que seule la fin pouvait sauver le film. Et sa fin, il la réussit très bien grâce à un superbe concept qui retourne un topos fantastique. Classique peut-être, mais efficace. Caméra et angles minimalistes qui alternent avec des zooms brusques, nous rappelant Romero (d'ailleurs, il fera un clin d'oeil dans Land of the Dead quand les zombies sortent de l'eau) au service de beaux délires névrotiques. Un jeu sur les sons d'une très belle subtilité, avec cet orgue qui ajoute au ton lugubre de l'ensemble. On flotte avec l'héroïne. Un petit bijou, avec ses défauts. Mais je m'en souviendrai. L'ancêtre du cinéma de Lynch.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)