undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
175
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:32,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 novembre 2012
Il y a des alchimies inaliénables qui perdurent et ce malgré les affres du temps et des modes cet indétrônable groupe et ses musiciens en sont la preuve vivante !!
C'est un cadeau béni des dieux pour nous autres nombreux fans de part le monde car le constat est sans appel, c'est magnifique, onirique, fantastique, poétique, génialement bon !!
Le set-list est aux petits oignons, c'est d'après moi une bonne synthèse de leur discographie. L'interprétation est au poil, à noter la performance de Jason Bonham qui derrière ses fûts en digne fils de son père a par cette prestation honoré ce dernier de bien belle manière !
Que dire de J.Paul Jones impeccable, royal si ce n'est que le son de basse est trop dans l'infra par moment, mais je reconnais volontiers que c'est une affaire de goût.
La plupart des morceaux sont interprétés un ton plus bas qu'a l'origine et cela à mon grand étonnement n'entache en rien leur magie respective, on est oublierait presque les versions d'origine c'est vous dire !
Robert Plant s'est donné autant qu'il était possible et même s'il a fallu quelques retouches studio afin de corriger le tire sur certains titres, je trouve sa prestation tout à fait respectable et talentueuse.
Pour conclure, j'évoquerais l'homme à l'honneur ce soir là, Jimmy Page himself qui à mon sens
n'a pas démérité et l'on sait ô combien nombre de ses prestations scéniques ont été souvent "gâchées" par des aléas, de la guitare désaccordée, du maître alcoolisé carrément à côté de la plaque,la faute à qui à quoi, variables imprévisibles du spectacle vivant...
C'est ce que l'on pouvait craindre, que ses artistes ne soient pas à la hauteur de l'évènement mais il n'en n'est rien, ce jour de célébration est digne et la légende demeure sans être entachée. Total respect !!
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2012
Quel son ! 45 ans après des débuts qui révolutionnèrent le rock, les membres originels et le fils et de leur défunt batteur réussissent à nous surprendre encore. Il s'agit d'un disque magistral, à la hauteur de l'attente. Bien sûr Led Zeppelin est avant tout un groupe des seventies et on est loin des improvisations qui étiraient souvent leurs concerts sur plus de 3 h. Mais les morceaux sont bien choisis et parfaitement interprétés. Jones est brillant et Bonham Jr. est magistral, avec une frappe bien à lui et désormais reconnaissables entre toutes. Et quant on sait que Plant, opéré des cordes vocales fin 1973, réussit à tirer le maximum et même plus de ses capacités du moment...
Reste Jimmy Page. Tout le monde sait qu'il n'a plus jamais retrouvé sa dextérité des années 1968-1975, mais il est habité par la musique et Led Zeppelin est sa création. Il réussit ainsi à nous transporter une dernière fois et à nous surprendre divinement malgré ses doigts vieillissants. Même si quantité de guitaristes actuels alignent les prouesses techniques désormais inaccessibles pour lui (Bonamassa, Satriani and co.), seul Jimmy Page (et bien sûr Jeff Beck) est capable de faire passer autant d'émotions en si peu de notes. Il est le maître du silence et lorsque Steve Vai disait il y a quelques années dans Rock & Folk que Page avait inventé le solo de guitare, on comprend ce qu'il a voulu dire avec "Celebration day"...
0Commentaire| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 30 janvier 2013
Ce commentaire concerne l'édition BR + 2 CD

J'ai toujours trouvé les Led Zep monstrueux : trop forts, trop doués, trop puissants, trop arrogants. Ils m'ont à la fois enchanté et laissé de marbre.
Je considère Led Zep II comme un disque majeur qui a fait définitivement basculer le blues encore fortement présent dans les influences du I, vers quelque chose d'autre, qu'on appellera hard-rock pour simplifier. Par la suite, leurs albums me scotcheront (le "IV"), m'intéresseront (Led Zep III, Physical), ou me laisseront peu enthousiaste (Houses, Presence, In through…).

Mais je n'ai jamais trouvé les Led Zep sympathiques avec leur légende noire, l'épouvantable Peter Grant, leur utilisation particulière des roussettes, l'archet et tout le tintouin...Et la sympathie, c'est du pur subjectif qui transforme celui qui écoute en fan...ou pas.

Je dois quand même avouer que la voie suivie ces dernières années, notamment par Plant (les autres étant quand même plus en retrait -voire carrément absent pour Bonham) m'a à nouveau fait dresser l'oreille.

Et aujourd'hui enfin, ce concert de 2007 arrive à point nommé pour remettre les Led dans la lumière. Notons déjà le clin d'œil : appeler "Celebration Day" (cf. Led Zep III) un album sans faire figurer la chanson dans le track listing, ça ne rappellerait pas quelque chose, non ? "Houses of the Holly" par exemple ?

J'ai hésité avant de sacrifier mes Euros sur l'autel de cette sortie. La critique n'est pas toujours tendre : image et son pourris, Plant sans voix, Page sans doigts, Jason qui n'est pas John…

Mais là, je dois dire que je rends les armes.

Côté technique : c'est remarquable et j'ai du mal à comprendre certaines réserves. Si tous les concerts pouvaient être filmés comme ça ! Placement judicieux des caméras, utilisation intelligente (merci Pullicino d'avoir essayé, mais là…), qualité irréprochable, avec quelques plans en super 8 insérés pour le fun…Le son en DTS HD Master Audio vous transporte dans cette salle de l'O2 Arena. Avec le 5.1, on est vraiment dans la foule ! Le son des musiciens lui, est frontal mais la scène sonore est très spacieuse et s'étale idéalement de John Paul Jones à Page.

Mais le principal n'est même pas là.

Le prix de cette prestation tient au fait que Led Zep est redevenu humain. Ce concert n'était pas l'occasion de rouler les mécaniques, de faire comme si on revenait en 70. Ils ont voulu rendre hommage à un ami (Ahmet Ertegün) et prendre du plaisir, ils ont répété longtemps, bossé dur…Sans oublier que le temps (et la camarde) avait fait son œuvre. Pourquoi, alors que nous avons vieilli avec eux, devrait on s'attendre à les voir jeunes et infaillibles.

Beau symbole que de commencer par "Good Times Bad Times" ! 1ère chanson du 1er disque, certes, mais surtout, pleine de sens aujourd'hui : "Ain't in the days of my youth...Now I've reached the age...". Tout est dit, c'est leur "When I'm 64" à eux et quand la chanson s'achève, on les sent soulagés.

Donc, non, la chanson n'est pas restée la même et si on est sans doute musicalement souvent en dessous du concert au Royal Albert Hall (Led Zeppelin), on a une proximité plus forte avec ces ex-maîtres du monde devenus un peu traqueurs, comme des débutants.

La voix de Plant va moins haut ? Il se vautre un peu sur "Dazed and confused" ?
Broutilles. Pas d'aigus : pas grave. D'ailleurs c'est très relatif quand même : il gagne en sensibilité et perd son côté prof de gym libidineux qui sentirait aujourd'hui le ridicule (même si dans le rock, cette notion est élastique) pour retrouver ses racines plus bluesy. Vous l'imaginez chanter sérieusement "I'm gonna give you every inch of my love" ? ("Whole Lotta Love") avec ses kilos en trop et sa choucroute sur la tête (par contre, notez sa classe avec ce superbe pantalon -je veux le même) ! Personnellement je préfère le voir assumer son âge contrairement à certains de ses collègues enfermés dans une attitude sortie tout droit d'un pacte faustien (qui a parlé de Jagger ?).

Page ne fait plus le fanfaron ? Encore une fois, tant mieux.
Moi, j'apprécie de le voir sourire, même quand sa belle crinière blanche est retombée sous le poids de la sueur. D'accord, il ne révolutionnera plus jamais la guitare, mais de là à l'estimer en dessous de Bonamassa comme je l'ai lu ! Oui, son solo sur "Since I've Been Loving You" est très moyen, mais ce type a inventé, poussé son art au delà de l'existant et il n'a plus 20 ans bon sang ! Quand Richards plante un solo même sans l'aide de l'ineffable Ronnie, on sourit affectueusement. Quand c'est Page, tout serait à jeter ? Combien d'amateurs sauraient ne serait-ce que poser les doigts sur sa SG 18 cordes comme sur "Stairway…" ?

John Paul Jones fait du JP Jones et n'a pas changé. Soi disant, on n'entendrait pas sa basse ?! Il est temps pour certains, de changer de matos et surtout d'arrêter de confondre Led Zep avec Cream ou Motorhead. JP Jones n'est pas un bassiste "solo" et il ne l'a jamais été. Par contre, ce qu'on peut (doit !) lui reprocher, c'est sa chemise infâme.

Pour rester dans le sujet crucial de l'habillement, parlons de celui qui a chaussé les pantoufles en poil d'ours du père.
Avec son tee shirt orné de croix de fer, Jason Bonham commet sa seule faute de goût. Pour le reste, il fait plus que tenir la baraque. Moins puissant que son père à son âge, il a peut être une technique supérieure et de l'enthousiasme à revendre. Et quand les regards de tous ces papies se tournent vers lui ("The Song remains..."), c'est très émouvant.
Bonne pioche (non, ce n'est pas une allusion au caveau du père).

Terminons par la set-list.
Tout le monde voudrait rajouter, intervertir, échanger…Quoi, il n'y a pas "Heartbreaker" ? Un peu moins de "Presence" ?
Mais honnêtement, il n'y a que du bon là dessus et c'est d'une parfaite cohérence. Ces alchimistes sont arrivés à concilier l'or et le plomb, pour notre plus grand plaisir.

Dernier point : les crédits des chansons rendent enfin hommage aux personnes qui les ont "inspirées" avec quelques contorsions, mais c'est fait et ce n'est que justice. Plant rend même un hommage inattendu à Robert Johnson avant d'introduire "Trampler Under Foot" -qui continue à ressembler à "Long Tracks running"...

Concernant les CD, l'écoute au casque confirme globalement les constats du Blu-ray et que oui, J.P. Jones sait tenir une basse, Jason joue de sa double caisse de manière classique (contrairement pour le coup, à papa), que "For Your Life" ne s'imposait pas...Mais au niveau du son je n'ai pas beaucoup de réserves et en tous cas, ça ne ressemble pas à du MP3. Les choix de mix peuvent toujours être discutés, mais la mise en place est très bonne, les instruments bien précisés...Bref, une belle prise de son, pas exceptionnelle, mais loin de mériter à mon avis, les critiques.
1111 commentaires| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2012
J'avais perdu espoir quand à la publication officielle de ce concert évènement dont on savait qu'il avait été filmé, et les bootlegs qui circulaient sur internet,de piètre qualité technique,ne pouvaient combler le vide. Mais l'attente a pris fin avec la sortie de Celebration Day, très bien marketée soit dit en passant, en multi versions, ce qui pourrait en dérouter plus d'un.
La version 2 CD + Blu Ray + DVD bonus permet une expérience unique: assister à la dernière répétition vue de la table de mixage (plan fixe à partir d'un camescope) pendant que Ross Halfin prend des photos au pied de la scène (photos visibles sur son site internet). Certes la qualité d'image n'est pas terrible, mais le spectacle est fascinant, le son très bon, et le groupe très détendu. De plus l'interprétation des titres, comme cela a toujours été le cas avec Led Zep, diffère sensiblement du concert qui suit. Ce dernier est magistralement filmé en haute déf (sauf les inserts façon bootlegs, dispensables dans l'ensemble, sans doute une manière de clin d'oeil de la part de Jimmy aux bootlegs en circulation, comme il l'a déjà fait pour le double DVD sorti il y a quelques années) et les plans sont saisissants, on a vraiment la sensation d'être sur scène avec eux. Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà visionné un concert de cette manière. Le montage est pertinent, le son quasi parfait et les versions proposées vraiment excellentes, mais on en prend vraiment conscience qu'avec l'écoute des CD, sans les images qui, chez d'autres, servent souvent à masquer l'indigence de l'interprétation.
Certes chacun est libre de penser qu'il manque tel ou tel titre, que Pagey était plus tranchant dans sa jeunesse, que la voix de Percy est moins puissante qu'à ses débuts... C'est sans doute vrai. Mais la magie fonctionne encore, sans nostalgie mal placée. Et en notre époque de reformations en tous genres, même les plus improbables, qui frisent souvent (et je suis gentil) l'arnaque la plus totale, ou bien les groupes qui tournent toujours après 50 ans de carrière et qui ne s'aperçoivent même pas (et leur public non plus) qu'ils sont pathétiques et auraient mieux fait d'arrêter depuis longtemps, ce concert unique et sans lendemain, en étant digne de l'oeuvre passée du groupe, pourrait être le concert étalon en regard duquel seront jugés ceux des autres gloires passées.
Pour finir, merci à Jason d'avoir su être digne de son père, merci à Plant de ne pas avoir céder aux chant des sirènes. Et puis si dans les coffrets prévus pour l'an prochain, outre les inédits et autres versions alternatives, Jimmy pouvait glisser quelques uns des fabuleux concerts qui dorment dans ses archives, ça serait sympa !
11 commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Mon commentaire porte sur la version du concert visionnée en salle. Il n'est nulle question ici de commenter l'aspect technique, les qualités de l'image du dvd donc. Excellente performance du groupe qui termine là sa carrière en apothéose après la (très) fausse note du concert pour le Live Aid. C'est tout à fait bienvenu. La setlist est tout bonnement irréprochable. Le groupe est visiblement heureux de jouer et le plaisir est communicatif. Enormes prestations de Page et de Jones. Mais qui aime bien (et j'aime BEAUCOUP), châtie bien et ne serait-ce que pour le plaisir de lancer le débat, je vais me permettre de pinailler:
- Je trouve le montage fatigant. C'est épileptique et digne de MTV. Et que dire de ces plans flous issus, je pense, de captations d'écrans? C'est très moche.
- Excellent boulot de Bonham Jr. même s'il faut trois morceaux pour que le jeu de celui-ci soit un peu moins raide. Je l'ai dit, je pinaille. Mais plus dommageable, la grosse caisse (essentielle chez Zepp) est sous-mixée.
- Plant : C'est un fait, il n'a plus la voix de ses vingt ans et il ne s'agirait pas de le lui reprocher, c'est physiologique. Usain Bolt courra moins vite dans vingt ans. Non, le petit reproche que je me permets d'adresser au bonhomme, c'est un léger manque de conviction. On le sent un peu mal à l'aise et un peu réticent à l'idée d'assumer les allusions sexuelles de pas mal des textes à son âge. Whole lotta love est à ce titre assez fade et bien en-dessous des autres titres. En gros, et à l'inverse de Page, il ne mouille pas beaucoup la chemise, lui. Pour un concert unique, il aurait pu se donner plus (pas vocalement encore une fois, c'est entendu. Immigrant Song n'a pas été retenue et on sait bien pourquoi).
Ces quelques réserves ne doivent pas masquer les immenses qualités de la prestation de cet IMMENSE groupe.
0Commentaire| 37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2012
Je suis un peu surpris par certains commentaires de grincheux qui ont toujours des critiques gratuites à faire, ou qui ont tout simplement envie de se faire plaisir, de se distinguer, voire de se faire mousser ... Moi, je suis un inconditionnel de Led Zeppelin, je préfère le dire tout de suite, comme ça les choses sont claires, donc pas question de cracher dans la soupe ! Voir un groupe de rock qui s'est créé en 1969 et qui 38 ans plus tard est capable de produire un concert comme celui-là, je dis "chapeau", aucun autre groupe n'en est capable, même pas les Stones que j'aime pourtant beaucoup aussi ! Le seul problème, c'est qu'il nous manque le vrai Bonham, mais reconnaissons que le fils s'en tire très bien ! Alors se permettre de critiquer le jeu de guitare de Page, pas d'accord ! Lorsqu'on a son âge, il est évident que les doigts n'ont plus la dextérité de ses 20 ans, mais l'expérience remplace allègrement, quant à la voix de Plant, excusez-moi, mais, malgré la même observation faite sur Page, elle est toujours là et bien là, alors lui reprocher de ne pas avoir chanté "immigrant song" en laissant entendre qu'il n'en est plus capable, c'est parfaitement ridicule ! Jones est là et bien là aussi, il est tout simplement impeccable comme il l'a toujours été. Alors, oui, évidemment on peut toujours pinailler sur le choix des morceaux, mais un choix est toujours synonyme d'élimination et on peut regretter par exemple de ne pas avoir eu plus de morceaux acoustiques (ceux du Led Zep III) mais cela ne sert pas à grand-chose. Bref, j'ai trouvé ce concert formidable, tellement de souvenirs reviennent lorsqu'on entend Led Zeppelin, c'est toute une époque, c'est toute notre jeunesse qui revient, la découverte de la musique, ce véritable choc que les années 70 ont été, oui, je sais ça fait ancien combattant et pourtant, je suis certain que la musique de ces années-là a marqué le rock à tout jamais, elle restera et s'écoutera encore dans très longtemps, ce sera une référence car nous ne connaîtrons plus d'époque comme celle-là (je parle pour ma génération bien sûr car j'espère que la création musicale n'est pas morte). Amateurs de vraie musique rock, précipitez-vous, c'est le plus grand groupe de rock du monde qui joue sur cette scène de l'O2 et malgré le poids des ans, aucun jeune groupe de rock actuel n'est capable d'en faire autant et surtout ne sera capable de durer aussi longtemps, Led Zep appartient hélas à une époque révolue et je le regrette profondément !
44 commentaires| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 octobre 2012
Je suis allé voir le concert de Led Zeppelin au cinéma jeudi 18 octobre. Je ne regrette pas ! C'est le moins qu'on puisse dire... Je n'aurai jamais imaginé prendre une telle claque ! LED ZEPPELIN a livré lors de ce concert une véritable leçon de rock n roll. La guitare de Jimmy Page remet les pendules à l'heure. On avait oublié ce son venu d'une autre planète, cette dextérité, cette classe inouïe. Oui, la classe, c'est finalement ce qu'on retient arrivé à la fin du concert...Jason Bonham fait un travail remarquable à la batterie. On aimait déjà ses prestations avec Foreigner et Black Country Communion, mais là, chapeau !! Et "Kashmir"... il faut entendre cette version de "Kashmir"!!! Je pense que Led Zeppelin peut à présent ranger les amplis. Ils viennent de livrer les versions ultimes pour la postérité. Sans conteste les meilleures versions de ces titres. Au passage, merci aux nouvelles technologies... Vivement le DVD dans mon salon... A revoir. Si la qualité est aussi bonne que ce qui a été présenté en salle de cinéma, je crois qu'on aura peut être un des meilleurs concerts disponibles sur DVD. Wait and SEE.
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour les trois jeunes critiques qui déplorent que le son des 2 CD de ce concert est POURRI , vous devez savoir que la prise de son d ' un album LIVE s ' obtient par deux principaux moyens soit la console sono de mixage des sons ou tout autre moyen d ' enregistrement non décelé lors de la fouille corporelle ( téléphone portable , lecteur MP , dictaphone , I POD , etc ...) .

Meme les bootlegs circulant considérés comme des références ont des défauts inhérents à leur enregistrement ( BRUSELLS AFFAIRS des STONES , BERCY 2012 de SPRINGSTEEN , et d 'autres ... ) certains de ces concerts vintages légendaires ont un son abdominable agréementé de larsens aigus , de coupures temporaires de sono , de hausses ou baisses soudaines de volumes incontrolables par l ' ingénieur du son à la console .
Déclarer que PLANT a besoin de 5 chansons pour chauffer sa voix d 'accord mais habitué des concerts , sachez que DALTREY , demande 3 ou 4 titres et du thé , pour roder sa voix de fumeur ( AMNEVILLE Juillet 2009 ) , COCKER Le grand JOE audible aprés 3 titres ( AMNEVILLE juin 2008 ) , sans oublier le BOSS 3 morceaux ( BERCY 2012 ) meme BONO a du mal à démarrer un show ( STADE de FRANCE 2009 ) .
Placer sa voix , dans un concert , dés le premier titre , difficile car le premier morceau sert à affiner les effets de la sono .

Alors arrétez de critiquer , sans connaitre , car souvent les albums LIVES , pour etre audibles sont remixés , avec rajout de parties d ' instruments , souvent totalement crées , pour l ' occasion .

CELEBRATION DAY , bien sur l ' énorme son de basse de JP JONES et le heavy sound crée par un jeu génétique de batterie est nettemnt , en retrait , par rapport aux concerts de HOW THE WEST WAS WON , bien sur que J PAGE n ' excelle plus , pour créer les sons inventifs qu' il nous propulsait , dés les premiers accords des LED ZEP de I à IV , mais sa façon de tenir la note aigue sur les solos , toujours réelle effacera , toutes les envies des soi-disants super grateux et prétentieux s ' autoproclamant guitaristes géniaux des années 2000 .

Fan du dirigeable , depuis le 1 er 45 tours WHOLE LOTTA LOVE , le concert du o² a le mérite d ' etre vendu officiellement pour éviter que circule un CD pirate inécoutable à acheter , sous le manteau .
Ce concert aura sa place réservée , dans une discothéque agréementée par le LIVE AT LEEDS ( WHO ), GET YEARS YEARS OUT ( STONES ) , LIVE IN ALBUQUERQUE ( BAD COMPANY ) , JOHNNY WINTER AND LIVE et bien d ' autres SETS ROCKS , BLUES , ROCKS SUDISTES .

Ne révez plus , l ' utopisme d ' une tournée de stades et d ' une reformation temporaire serait un songe éthéré que nous ne partagerons plus .
22 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2012
De mieux en mieux ... le concert non pas Led Zeppelin qui bien sûr, malgré leur talent immense, ne peut pas faire oublier les quelques 40 années qui les séparent maintenant des Good Times, Bad Times originaux.
Le temps est passé par là. Plant ne peut plus tenir la note si haute et si longtemps, Page a les doigts plus gourds, John Paul a le regard inquiet, se demandant s'il arrivera jusqu'au bout du défi que ces trois là se sont fixé. Et il est frappant de voir a quel point ce doute partagé transparait dans les premiers morceaux. Chacun semble se demander s'il parviendra a assurer le show ... nous aussi. Il faut dire que là il ne s'agit pas de faire un simple petit retour. Il s'agit de faire revivre LE ZEPPELIN le temps d'un concert qui sera je le pense ( et je pense qu'ils le pensent aussi à ce moment là) Le concert Testament du Zeppelin. Alors, malgré les sourires et l'attaque sur Good Times, on sent bien qu'ils ne sont pas sûr que le Dirigeable puisse encore voler très haut, que celui-ci ne finisse par retomber pour de bon comme un Zeppelin de Plomb - comme le disait Keith Moon -.
Alors un début un peu timide, plein de doute peut-être ..

Puis,... petit à petit, la magie qui a fait de Led Zeppelin ce qu'il fut dans les années 70 opère : La voix se libère, la guitare s'envole, la basse structure l'ensemble et la batterie ... et bien la batterie se libère aussi. Jason Bonham passe outre sa peur d'être comparé à son père et prends d'abord ses marques avant de, petit à petit, imposer sa version des morceaux tout en conservant l'esprit de Bonzo.
Alors on sent que c'est gagné!
L'osmose de ces 3 là ... Comment dire ? Ils ne jouent pas ensemble, ils ne jouent pas non plus chacun de leur côté ... on a l'impression qu'ils dialoguent. Chacun interprète sa propre partition du même morceau avec une telle liberté une telle personnalité qu'ils paraissent se perdre, errer à l'aveugle un moment puis se retrouvent en un chorus qui laisse sur le cul.
Mention spéciale pour "In My Time ..." (impressionnant), "The Song Remains ...", "Kashmir" (Quelle Version!) et "Rock And Roll" (superbe Final de Rappel)

"We did It" dit Robert à un moment. Adressé à Ahmet Ertegun on peut supposer que ce "did it" le fut aussi à son pote John Henri Bonham
Quelle émotion lorsque Jason à la fin de "The Song Remains The Same" montre le tatouage de son père sur son épaule et lève les yeux au cieux.

Pour Jason ce fut le plus beau jour de sa vie. Pour ceux qui découvriront Led Zep ce sera un bon concert, pour les "vieux fans" du Zeppelin comme moi ce sera une grande émotion d'avoir partagé 4 ans après, peut-être pas leur meilleur concert, mais certainement la Célébration d'un p... de groupe.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce coffret richement garni (2 CD / DVD/ Blu Ray...) restera un souvenir historique, ce concert capté à l'Arena de Londres le 10 décembre 2007 est probablement le dernier de Led Zeppelin reformé pour l'occasion. Bien sur, John Paul Jones, Jimmy Page et Robert Plant n'ont plus la fugue de leur jeunesse, mais ils assurent encore avec vitalité et, sous les percussions de Jason Bonham, le fils du batteur d'origine, exécutent avec conviction leurs titres immortels. La version de Kasmir est dantesque et les 16 compositions, jouées à cette occasion, sont bien choisies même si l'on regrette l'absence de « Immigrant Song » « You Skook Me » « Communication Breakdown » ou « Gallows Pole » entre autres, leur répertoire étant tellement riche ! Si vous êtes comme moi, un inconditionnel de ce groupe légendaire, ne cherchez pas les imperfections décelées par ci par là, il n'y a rien de bien gênant, le son des CD est bon même si on aurait aimé un mixage plus équilibré, et vous pouvez savourer le superbe DVD qui illustre la prestation. Un coffret magnifique !
(2CD / 16 titres / 1h55 - DVD 2h05).
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

31,20 €
11,49 €
12,52 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)