Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 5,49

Économisez
EUR 0,41 (7%)

TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Chaleur du sang par [Némirovsky, Irène]
Publicité sur l'appli Kindle

Chaleur du sang Format Kindle

4.7 étoiles sur 5 10 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 5,49

Longueur : 208 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de la préface :

Les paradis perdus d'Irène Némirovsky

Elle avait quinze ans et ses poèmes féeriques la sous­trayaient au grand ennui blanc de Mustamäki, villégiature finlandaise transformée en radeau de la riche société de Saint-Pétersbourg, le temps d'une révolution. Ses parents avaient fui la terreur bolchevique ; elle rêvait - en vers - à la revanche de Blanchette :

Petite chèvre pâturant dans la montagne,
Galya est si heureuse de vivre.
Le loup gris avalera la petite chèvre
Mais Galya, elle, avalerait toute une armée...

Le 6 décembre 1937, presque vingt ans après, Irène Némirovsky rouvre l'étroit calepin noir, témoin de ses premiers efforts littéraires. Elle y retrouve ce quatrain et se commente avec tendresse : «Si jamais vous lisez ceci, mes filles, que vous me trouverez bête ! Que je me trouve bête moi-même à cet âge heureux ! Mais il faut respecter son passé. Je ne déchire donc rien.» Quelques mots à l'encre noire pour sceller ses retrouvailles avec l'adolescente qui n'était alors plus tout à fait russe, ni déjà française, ni consciemment juive.
Elle ne déchire donc rien et se met aussitôt en quête de sujets neufs, soigneusement numérotés de 1 à 27. Déjà en 1934, peu après la mort de son père, une prospection dans les vestiges de son enfance lui avait fourni la matière de trois romans et quelques nouvelles, tous esquissés pêle-mêle dans un manuscrit proliférant, mi-brouillon mi-journal, baptisé «le Monstre». Quatre ans plus tard, ce fabuleux animal est exsangue. De ses flancs sont nés «Les Fumées du vin '», Le Vin de solitude, Jézabel et même Deux, qui sera publié en 1938. La pleine maturité de son oeuvre.

Revue de presse

Mais cette histoire racontée par le vieux Silvio, patriarche d'une famille dans une campagne où l'ennui le dispute à la mesquinerie, où les mariages sont arrangés et les passions tenues au secret, possède tout le charme d'un roman de Mauriac. L'atmosphère, presque poisseuse, est rendue avec une formidable minutie. On retrouve dans ce récit bref et intimiste les éclats du style Némirovsky. (Delphine Peras - L'Express du 8 mars 2007 )

Dans ce dernier récit, la romancière Irène Némirovsky dépeint la province française, où elle a vécu ses derniers mois, avant d'être déportée en 1942...
Chaleur du Sang est encore un des beaux legs d'Irène Némirovsky - ultime roman inédit, dernier miracle d'une oeuvre magistrale, tragiquement interrompue et heureusement redécouverte par le plus grand nombre...
Chaleur du sang porte les motifs némirovskyens de la jeunesse intempérante, brûlante jusqu'à la faute, comme dans Le Bal. Surgissent aussi ses faussaires, comme dans Le Médecin des âmes, des individus dont les méfaits se déroulent indifféremment dans les campagnes françaises ou sur la Côte d'Azur. Mais on retrouve aussi le génie d'Irène Némirovsky - la justesse de son regard qui peut tout embrasser et qui étreint : tamisant les âmes et leurs noirceurs, surtout lorsqu'elles se font passer pour limpides, la romancière transforme le clair en sombre, et l'obscurité en fulgurance. (Clémence Boulouque - Le Figaro du 15 mars 2007 )

La catastrophe de 1940 donnait à «Suite française» une envergure incomparable. «Chaleur du sang» n'a pas la même puissance, mais il fourmille de notations cruelles sur la vie des campagnes d'avant guerre. Irène Némirovsky excelle à faire vivre de l'intérieur ce monde noué et corrosif où le confinement tue, avant même les amants avides ou les maris jaloux. Mais ce grand écrivain réaliste sait aussi ouvrir son objectif pour rendre soudain accessible la sensualité des arbres regorgeant de fruits mûrs. Comme si la nature avait seule le droit de s'épanouir, dans ce monde hanté par la peur de manquer, la faute et la mort. (Claude Arnaud - Le Point du 29 mars 2007 )

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 422 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 208 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (20 juin 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00DID59O8
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5 10 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°55.060 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
heureusement encore qu'on ait retrouvé ce petit bijou pour faire réfléchir aux dits et aux non-dits...
quant à l'intrigue, là aussi, c'est un petit bijou... du moins, je me suis laissé happer jusqu'aux derniers chapitres : lever de rideau final... !!!
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
"Cette chaleur du sang" happe les personnages enîvrés par le "vin de la solitude", dans un drame de la chair et de la passion."Etrange folie, l'amour à vingt ans ressemble à une crise de fièvre à un accès de délire. Lorsque il est terminé on a peine à se souvenir d'autres...ChaLeur du sang vite éteinte." Cette histoire est racontée par le vieux Silvio patriarche d'une famille où l'ennui se dispute à la mesquinerie où les mariages sont arrangés et les passions tenues au secret. Vivant au rythme des saisons Hélène et François Erard, couple très unis, soudés comme de la colle d'amour, et propriétaires terriens aisés voient leur fille unique Colette épouser Jean Dorin et s'établir dans une vie province rangée. Mais derrière ce tableau champêtre et parfait se cache une atmosphère poisseuse, dans cette province d'avant guerre, les protagonistes les plus sages se révèlent les plus pervers "Ce vin de la solitude" laisse alors un goût amer et rance dans la bouche.La lecture de ce livre est envoutante et se lit comme un roman policier dont l'énigme ne sera résolue qu' à la dèrnière page."Chaleur du sang" ultime roman d'une oeuvre magistrale interrompue tragiquement par les coursiers de la mort les bourreaux nazis.
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Livre bâti autour d'un suspense, dans l'atmosphère accablante d'un monde rural fermé "aux étrangers du dehors", un monde qui sait tout mais qui ne dit rien - respectant de façon absolue la loi du silence, un monde qui parait ordonné et harmonieux mais qui regorge de désirs et d'amours inassouvis et de violence. Tout cela raconté sur un ton inoffensif par le vieil oncle Silvio et dans une écriture magnifique.

Une observation fine, riche, poétique et réaliste de la France rurale de la fin du siècle. Dans la lignée de "Suite française".
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Dès les premières lignes, l'écriture d'Irène Némirovsky vous enveloppe, caresse onctueuse et fluide. Les phrases s'enchaînent, dans un beau ballet de style et de vérités simples, toujours exprimées par des comparaisons fortes et imagées. On se laisse facilement envoûter par le roman, et le lecteur n'a de cesse de poursuivre sa lecture jusqu'à la fin.

L'histoire n'est pourtant pas d'une folle originalité, mais la justesse et la précision psychologique avec lesquelles Irène Nemirosky la traite la rend au contraire pleine de vigueur et d'ardeur. A l'image du titre. Cette chaleur du sang qui irradie tout le roman.

Irène Némirovsky a su parfaitement rendre la vie provinciale et empesée de ce village du Morvan des années 30. Aux côtés du solitaire et mystérieux Sylvio, on chemine de saisons en saisons entre fêtes de village pour un mariage, en veillées au coin du feu, en promenades automnales dans les bois, en soirées à l'hôtel des voyageurs où les secrets s'ébruitent sans oser se déclarer trop ouvertement. Mensonges, faux-semblants, illusions, passion, secrets et crimes hantent chaque personnage de cette vie rurale, renfermée et étriquée.

Irène Némirovsky a un vrai don pour coucher sur le papier, mélange détonnant entre une eau-forte et une aquarelle, les traits de la nature humaine. C'est tout à la fois acide et subtil.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Sylvio, ce vieil homme sans plus d'envie ni de désirs, préfère regarder vivre ses proches. Il veut la paix et l'expérience acquise avec l'âge lui permet de regarder vivre les autres et se débattre avec leurs émotions, ils papillonnent et se démênent comme des papillons autour d'un lampadaire.
Ils sont jeunes eux, ils ont le sentiment qu'il faut vivre vite de peur que les jours passent et les privent de bonheur, seulement voilà on fait tous des erreurs, on a tous des faiblesses. Sylvio sait que notre mémoire sait s'arranger et occulter les mauvais choix qui vous laissent un arrière goût de remord.
Il nous aide à comprendre à mettre à jour ce qu'il est le premier à voir et à comprendre chez ses proches alors qu'eux mêmes sont trop jeunes, trop dans l'action pour en prendre conscience.
Belle leçon de sagesse. Ecoutez cet ancien, sa parole est l'or.
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique