undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 août 2009
"Un soir de demi brume à Londres
Un voyou qui ressemblait à
Mon amour vint à ma rencontre
Et le regard qu'il me jeta
Me fit baisser les yeux de honte. ..."

Rien n'est simple avec Léo FERRE.
En 1954 Léo (chante) et dirige, à l'opéra comique de Monaco, l'oratorio qu'il a composé d'après l'oeuvre en sept poèmes de Guillaume APOLLINAIRE, "La Chanson Du Mal Aimé" et ce, pendant cinq semaines. Mais il n'est pas pleinement satisfait. ...

Cela avait mal commencé.
1953 - Il présente son "exercice orchestrale" au comité de la musique à la Radio Française. - Laissons le parler :
"Dans la rue je rejoignais APOLLINAIRE qui n'avait pas voulu monter. On garda mon manuscrit six mois juste le temps de le refuser et de me le rendre. ... Les musiciens (du comité) qui se font jouer à la radio et qui jugent leurs confrères, à l'occasion, tout comme les critiques littéraires ... sont des gens particulièrement dégue.lasses ( du verbe "dégue.ler")".

Un enregistrement serait quand même sorti en 1957 ?.

En 1971/72 - Léo FERRE va rompre d'avec la chanson "commerciale".
- "Il y a 20 ans que je n'écris pas de musique".

Devant le succès de Léo FERRE ("C'est Extra", "At The Nana", "Avec le Temps"), à sa demande, BARCLAY va mettre à sa disposition un orchestre symphonique et des choeurs. L'enregistrement pour Chant, Voix parlé, Choeurs et orchestre trouvera son aboutissement définitif en janvier 1972.
D'expression lyrique que certains trouveront "théâtrale", son oeuvre sert pourtant à merveille ce poème d'APOLLINAIRE de forme onirique à la limite du surréalisme .
. - Avec amertume, dans son style lapidaire Léo écrira en préambule de cette parution :
"Tout ce "Mal Aimé" - Moi - Mes tonnes de papier à quarante portées bien noires, quarante portées à Chemin de Croix, avec parfois des Stations à cigarettes ...".

Encore un bel ouvrage de Léo FERRE, loin des sentiers battus, loin des chemins de la bonne conscience que voulait nous imposer la norme; que voulait nous imposer la volonté médiatique des bons penseurs. La bonne musique est-elle toujours si peu rentable ?
44 commentaires| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Et je chantais cette romance / En 1903 sans savoir / Que mon amour à la semblance / Du beau Phénix s’il meurt un soir / Le matin voit sa renaissance. » Les doigts hésitent, l’esprit recule : quels mots bredouiller pour parler d’une telle œuvre, qu’il s’agisse du long poème ciselé par le grandiose Apollinaire et de la non moins sublime incarnation de cette Chanson du mal-aimé par un Léo Ferré alors au sommet de son art ? Oui, comment en parler si ce n’est en amoureux qui dépose le genou auprès de sa belle pour la mieux servir ? Turbulent chevalier dont l’épée ne risquait pas de rouiller dans son fourreau, Apollinaire n’a que faire de l’amour courtois : c’est en amoureux fou qu’il s’exprime ici, avec le crâne brûlant de toutes les "fées vertes" avalées dans sa bouche d’ogre.

Ce poème fleuve, Guillaume Apollinaire semble le tisser ainsi qu’un flamboyant brocart où se mêlent l’or et l’argent. Son aiguille – pointe d’un croissant de lune –, tricote dans la chair moite des amants pour assembler entre elles les mailles de la peine, du rêve et de l’indicible joie retrouvée. Dans ce poème où scintillent des étoiles, l’auteur du recueil Alcools fait bouillir son alambic du rêve pour chanter un amour aussi bien terrestre que cosmique. Mais, pas dévot pour deux sous, l’encens qu’il fait monter jusqu’aux seins lunaires de sa dulcinée est un bouquet de vin rouge. Et défilent alors, pour notre plus grand émerveillement, de troublantes évocations : rues brumeuses de Londres, Cosaques Zaporogues, récits légendaires...

Né à Rome en 1880, fruit d'une grossesse non désirée et de père inconnu, Apollinaire – dont l’impossible nom de baptême polonais, s’il l’avait conservé lui aurait sans doute valu de passer toutes ses nuits à la belle étoile –, fut un météore dans le ciel souvent trop sage de la poésie française. Ferré lui vouait un amour et une admiration sans failles. Avant de s’atteler à sa tâche, le chanteur et compositeur raconte comment il procédait : « Quel que fût le poète que je voulais mettre en musique, je plaçais le texte sur le piano et la musique devait venir avant que j’aie lu le poème, comme une sœur. J’arrêtais si je ne trouvais pas immédiatement au premier vers […] Cette improvisation me garantissait la vérité et l’humilité. » C’est en 1953 que Ferré présente pour la première fois cet opus au comité de la RDF (Radio Diffusion Française) qui refusera de l’aider pour monter cette titanesque cathédrale de musique et de vers. En allant récupérer sa partition, ce génial trublion de la chanson française ne manquera pas d’asséner quelques mots bien sentis à ces sinistres imbéciles : « Je suis venu vous dire bonjour et au revoir, je m’en vais parce qu’Apollinaire m’attend dans la rue, il n’a pas voulu monter. »

Pour que Ferré puisse enfin coucher cette œuvre sur microsillon, il lui faudra attendre l’année 1972 : soit environ 20 ans après avoir accouché de ce joyau ! Cet album n’est peut-être pas le plus facile d’accès pour découvrir Léo Ferré lorsqu’il chante les poètes. Mais c’est une œuvre qui n’a sans doute pas d’égale. Ferré fait ici le double exploit de diriger l’orchestre et de chanter Apollinaire. Lui que d’aucuns ont traité dédaigneusement de “mélodiste”, voilà qu’il contredit toutes les critiques ânonnées par de pâles individus. Sa composition, il la polit ainsi qu’un miroir magique pour refléter chaque couleur de cet incomparable poème et, durant les 46 minutes qui en constituent la folle architecture, cet oratorio ne cesse de nous surprendre. Pour Ferré, Apollinaire était le plus grand poète du XXe siècle. C’est en vain que les Surréalistes, sous la houlette d’André Breton, tentèrent de se l’approprier. Car un tel poète ne peut être rattaché à aucune école et encore moins se retrouver encagé dans un mouvement artistique qui allait rapidement montrer des tendances sectaires… C’est en homme libre qu’Apollinaire a écrit et aimé.

Je ne connais peut-être pas de vers plus mélodieux et plus profonds que ceux-ci, issus de "Marizibill" (que Ferré chantera également) : « Je connais des gens de toutes sortes / Ils n’égalent pas leurs destins / Indécis comme feuilles mortes / Leurs yeux sont des feux mal éteints / Leurs cœurs bougent comme leurs portes. » Apollinaire quant à lui, sera allé jusqu’au bout de son destin, fauché en 1918 dans sa trente-huitième année par la grippe espagnole. Tête rouge trépanée, cœur d’opium exalté, Apollinaire est un coquelicot couché dessous la terre endeuillée : un amant de feu qui brûle encore aux lèvres mortes des femmes aimées.

Thibault Marconnet
05/06/2014
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2014
Très belle mise en musique qui permet d'écouter le texte autrement. Orchestration symphonique, assez classique en elle même mais singulière dans la relation au texte, avec cette diction très particulière et inspirée de Léo Ferré.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,99 €
9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici