EUR 4,40
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
La Chartreuse de Parme a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

La Chartreuse de Parme (Anglais) Poche – septembre 2000

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres de Poche achetés = 1 livre offert (voir conditions sur la page de l'opération en cliquant ici)
3.6 étoiles sur 5 35 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 9,80
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 4,40
EUR 4,40 EUR 5,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,70
Poche
"Veuillez réessayer"
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres de Poche achetés = 1 livre offert
Découvrez les modalités de la promotion
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La Chartreuse de Parme
  • +
  • Le hussard sur le toit
  • +
  • Fêtes galantes et Romances sans paroles
Prix total: EUR 16,10
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

À Parme, l'ombre de la chartreuse s'étend sur la cour et sur les intrigues aristocratiques des quelques happy few qui l'animent : Gina la belle duchesse, le comte Mosca, mais surtout le jeune Fabrice del Dongo, qui suscite l'amour de tous ceux qui le croisent. Comment ne pas l'aimer, ce jeune rêveur plein de grâce, qui transfigure la réalité ? Mais lui, que tout le monde aime, qui saura-t-il aimer ? C'est la question qui hante Fabrice, et Stendhal nous entraîne dans sa quête, qui le conduira de Milan à Parme, de Waterloo au lac de Côme, jusqu'à la prison de la tour Farnèse où son destin va basculer...

Roman d'apprentissage ou rêverie italienne ? Tout l'art de Stendhal tient justement à cette ambiguïté, entre un amer constat d'impuissance et une invitation à la magie poétique, entre désenchantement et ré-enchantement. Sans conteste, La Chartreuse de Parme est, avec Le Rouge et le Noir, le chef-d'oeuvre de Stendhal. --Karine Lanini --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Extrait

«Le Feu dans le caillou»
par Honoré de Balzac

M. Beyle, plus connu sous le pseudonyme de Stendhal, est, selon moi, l'un des maîtres les plus distingués de la Littérature des Idées, à laquelle appartiennent MM. Alfred de Musset, Mérimée, Léon Gozlan, Béranger, Delavigne, Gustave Planche, Mme de Girardin, Alphonse Karr et Charles Nodier. [...]
Cette École, à laquelle nous devons déjà de beaux ouvrages, se recommande par l'abondance des faits, par sa sobriété d'images, par la concision, par la netteté, par la petite phrase de Voltaire, par une façon de conter qu'a eue le XVIIIe siècle, par le sentiment du comique surtout. M. Beyle et M. Mérimée, malgré leur profond sérieux, ont je ne sais quoi d'ironique et de narquois dans la manière avec laquelle ils posent les faits. Chez eux, le comique est contenu. C'est le feu dans le caillou.
La Chartreuse de Parme est dans notre époque et jusqu'à présent, à mes yeux, le chef-d'oeuvre de la littérature à idées, et M. Beyle y a fait des concessions aux deux autres écoles, qui sont admissibles par les bons esprits et satisfaisantes pour les deux camps.
Si j'ai tant tardé, malgré son importance, à parler de ce livre, croyez qu'il m'était difficile de conquérir une sorte d'impartialité. Encore ne suis-je pas certain de la garder, tant à une troisième lecture, lente et réfléchie, je trouve cette oeuvre extraordinaire.
Je sais combien de plaisanteries excitera mon admiration. On criera, certes, à l'engouement quand j'ai tout simplement encore de l'enthousiasme, après le temps où il aurait dû cesser. Les gens d'imagination, dira-t-on, conçoivent aussi promptement, qu'ils l'oublient leur tendresse pour de certaines oeuvres auxquelles le vulgaire prétend orgueilleusement et ironiquement ne rien comprendre. Des personnes simples, ou même spirituelles et qui de leurs superbes regards effleurent les surfaces, diront que je m'amuse à des paradoxes à donner de la valeur à des riens, que j'ai, comme M. Sainte-Beuve, mes chers inconnus. Je ne sais pas composer avec la vérité, voilà tout.
M. Beyle a fait un livre où le sublime éclate de chapitre en chapitre. Il a produit, à l'âge où les hommes trouvent rarement des sujets grandioses et après avoir écrit une vingtaine de volumes extrêmement spirituels, une oeuvre qui ne peut être appréciée que par les âmes et par les gens vraiment supérieurs. Enfin, il a écrit le Prince moderne, le roman que Machiavel écrirait, s'il vivait banni de l'Italie au XIXe siècle. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Un client le 23 mai 2004
Format: Poche
La Chartreuse de Parme est un roman fleuve, à lire de longue haleine, et captivant jusqu'au bout ! L'histoire décrit à travers le microcosme de la cour de Parme une epoque et l' etat d'esprit du XIXeme siècle, plus préoccupé d'argent que de conquêtes et d'audace. En suivant Fabrice, si léger et en même temps si fougueux, nous voyons se dessiner un héros des temps anciens, qui privilégie l'honneur aux richesses. La Chartreuse de Parme est le roman de la deliquescence de l'aristocratie, où les personnages chevaleresques et entiers tels que Fabrice et la Sanseverina sont les derniers représentants d'un monde révolu, qui mettait le courage et la folie audacieuse en première ligne, loin de la morale bourgeoise de la mesure. Mais surtout, La Chartreuse est un magnifique roman sur l'amour, non pas l'amour sage, mais sur la passion excessive que des êtres peuvent eprouver l'un pour l'autre, au-delà de toute règle. La Sanseverina eprouvant un amour absolu pour son neveu, au point de vendre tout pour lui, et de se mettre à dos toute la bonne société de Parme, tout en conservant ce charme altier et flamboyant, ou encore Fabrice qui, au lieu de perdre sa vie dans des conquêtes sans lendemain, se retirera à la chartreuse de Parme pour rester fidèle à son unique amour, Clélia, sont des personnages qui défient la logique de la société actuelle, et nous rappellent que la passion est une composante de l'homme, et qu'il ne depend que de nous pour la reveiller, et abandonner notre rationalité et notre desir de conformité aux normes.
Remarque sur ce commentaire 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Claude Lorrain TOP 1000 COMMENTATEURS le 13 août 2013
Format: Poche
Lire ou relire La Chartreuse de Parme, cet immense roman dicté par Stendhal en seulement cinquante-deux jours, c’est retrouver l’Italie du nord, au début du dix-neuvième siècle.

Dans la plaine du Pô s’affrontent les partisans des idées nouvelles, qui lisent les journaux français, et les forces réactionnaires, dont les cheveux poudrés symbolisent pour l’auteur tout ce qui est lent et triste. Lointaine époque, obsédée par la rente, fascinée par le prestige du pur sang anglais, où l’on écrit, en prison, avec une encre formée de vin, de chocolat et de suie.

Fabrice del Dongo, qui n’est pas vraiment le fils de son père — cet homme sévère qui ne l’a jamais aimé —, est porté par une admiration enthousiaste pour Napoléon, qui l’entraîne jusqu’en Belgique où il assiste en juin 1815 à la bataille de Waterloo, à tout juste dix-sept ans :

« Il entendit distinctement les biscaïens frapper sur les cuirasses et il vit tomber plusieurs hommes. »

Sa tante paternelle, femme la plus brillante de Parme, en est éperdument amoureuse. S’il éprouve pour elle une vive amitié, c’est sans le véritable amour, comme si la nature l’avait privé de la capacité d’aimer. Ayant embrassé la carrière ecclésiastique (« le parti des bas violets »), et devenu bientôt archevêque, il connaît pourtant les transports les plus fous dans les bras de la jeune Clélia, qu’il encourage à épouser un vieux marquis, et dont il a un fils.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
C'est quand une amie m'a parlé de son héro préféré, Fabrice del Dongo, que je me suis décidée à retourner aux classiques et relire Stendhal, délaissé après « Le Rouge et le Noir » que tout le monde connaît. « La Chartreuse de Parme » est un chef d'œuvre, mais je ne sais où commencer pour en parler. Dire que c'est un roman d'amour, c'est le mettre dans une case où il n'aurait pas sa place, car c'est aussi un roman philosophique, historique, un roman d'aventures, et une grande tragi-comédie.
Un petit résumé, un aperçu plutôt : C'est en 1796 que Bonaparte et son armée entrent dans la ville de Milan, la libérant de l'autorité autrichienne. Le lieutenant Robert loge au château de Grianta, demeure du Marquis del Dongo, et séduit la marquise. Fabrice del Dongo est conçu. En 1814, la ravissante et joyeuse tante de Fabrice del Dongo, Gina, de treize ans son aînée, s'installe au château. Une grande tendresse se développe eux. On peut dire que Gina est amoureuse, mais Fabrice ne l'est pas, à ce stade d'ailleurs, il est volage, et l'amour ne l'encombre jamais. En 1815, Napoléon quitte l'île d'Elbe et débarque dans le sud de la France. Fabrice del Dongo, qui n'a même pas dix-huit ans, prend la décision d'aller se battre, et ainsi commencent ses aventures, ses mésaventures, et le champ de bataille, et professionnellement, et amoureusement, les rebondissements sont multiples et on n'a jamais le temps de s'ennuyer !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 30 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?