• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 9 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par dodax-online-fr.
Quantité :1
EUR 4,94 + EUR 2,49 Livraison
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par ZOverstocksFR
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Entièrement garanti. Expédié à partir du Royaume-Uni, veuillez noter que les délais de livraison peuvent atteindre 18 jours.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 5,40
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : zoreno-france
Ajouter au panier
EUR 5,40
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : nagiry
Ajouter au panier
EUR 5,69
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : all-my-music-FR
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 5,99

Chostakovitch : Symphonie n° 11 "The Year 1905"

3.8 étoiles sur 5 5 commentaires client

21 neufs à partir de EUR 4,94 7 d'occasion à partir de EUR 1,67
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés



Produits fréquemment achetés ensemble

  • Chostakovitch : Symphonie n° 11 "The Year 1905"
  • +
  • Chostakovitch : Symphonies n° 6 et n° 12
  • +
  • Chostakovitch : Symphonie n° 7 "Léningrad"
Prix total: EUR 22,93
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Chef d'orchestre: Vasily Petrenko
  • Compositeur: Dimitri Chostakovitch
  • CD (9 février 2009)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Naxos
  • ASIN : B001QUL73W
  • Autres versions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5 5 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 85.252 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
13:43
Album uniquement
2
30
18:17
Album uniquement
3
30
11:10
Album uniquement
4
30
14:23
Album uniquement

Descriptions du produit

Descriptions du produit

SYMPHONIE N°11 "THE YEAR 1905"

Biographie de l'artiste

Vasily Petrenko has been awarded the prize of best male artist at the Classical Brits 2010


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
D'abord voire surtout, la prise de son manque de volume, de transparence et d'aération, ce qui influence négativement l'écoute.
Cela explique-t-il que l'ambiance glaciale qui embrume le "Palais d'hiver" semble asphyxiée : un statisme blafard traduit trop maigrement l'ambiance oppressante qui doit sourdre de cette aube révolutionnaire.
Le chef russe ne parvient guère à nous intéresser à ce premier tableau qui sombre dans l'ennui, jusqu'à ce que les bribes séditieuses amenées par les flûtes percent ce brouillard dans la deuxième section qui enfin attire l'attention.
Dès les soulèvements liminaires du "Neuf janvier", le Liverpool Philharmonique durcit le ton et la sonorité : on apprécie cette rigueur, cette précision collective, mais ces trépignements semblent forcés, trop rigides -au bord de la crispation.
Les salves de caisse claire (10'59) introduisent un fugato où les cordes britanniques trahissent les limites de leur envergure. Le grand climax déferle avec un parti pris de neutralité d'où l'émotion est absente, suivant la même esthétique d'objectivité que défendait Mravinski. Cette option accentue la force aveugle de la répression tsariste plutôt que la détresse humaine des insurgés qui tombent sous les balles.

La Marche funèbre empresse ensuite les "Regrets éternels" en onze minutes seulement, éthérant la cantilène qu'endeuillent les altos.
Lire la suite ›
1 commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
On peut préférer d'autres versions, parce qu'on est davantage attaché par habitude et affection aux versions qui ont pu nous faire découvrir cette oeuvre, mais je n'ai eu aucune déception à écouter celle ci, bien au contraire, car elle a su, le temps de l'écoute, me faire oublier toute les autres.

Maintenant l'essentiel est bien la onzième symphonie de Chostakovitch que l'orchestre de Liverpool et leur guide Petrenko mettent magnifiquement en lumière.

Quand à la prise de son, elle n'est pas si désastreuse, peut-être un manque d'aération, prise d'un peu trop loin, des timbres parfois acidulés, ( ce qu'on peut aussi rencontrer en concert dans certaines acoustiques), mais elle reste équilibrée et suffisamment dynamique, bien meilleure que la quinzième( Ce qui n'arrive même pas à nous détourner de l'excellente interprétation du chef et de l'orchestre) qui est la prise de son la moins bien réussie sur l'ensemble de ce qui a été gravé.

Vivement la treizième et la quatorzième....et on tiendra là une des meilleures intégrales.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
C'est avec l'une des plus emblématiques symphonies de Shostakovich que Petrenko commença son intégrale par ailleurs de plutôt fort belle tenue, malgré quelques réserves dont le présent disque ne sera pas la moindre. La symphonie n°11, qui porte le sous-titre de "L'année 1905" a été composée en 1957 en commémoration du quarantième anniversaire de la révolution bolchévique. Dans ces pages sombres et très évocatrices, Shostakovich a voulu illustrer ce Dimanche de janvier 1905 qui a vu le massacre de deux-cents manifestants pacifiques par les troupes tsaristes, coupant définitivement le peuple russe de son chef historique et accélérant ainsi la survenue d'une révolution qui n'en finit pas d'affecter la Russie contemporaine.

Il faut un orchestre de tout premier plan pour interpréter ces pages symphoniques qui convoquent un grand nombre de musiciens de tous pupitres. Il faut aussi un chef à poigne, capable d'exalter, de jouer des contrastes voulus par le compositeur et de faire souffler un vent tantôt glacial, comme dans le premier mouvement qui pose le drame, tantôt épique comme dans le Tocsin qui sonne dans le dernier mouvement. Or, il faut bien reconnaître que Petrenko passe complètement à côté de la plaque et signe sans doute là le pire enregistrement de sa série.

A cela, deux raisons majeures. La principale, rédhibitoire, tient à une prise de son absolument catastrophique qui, c'est bien simple, rend tout simplement inaudible la totalité du premier mouvement et une bonne partie du deuxième. Y avait-il seulement un ingénieur du son dans la salle ???
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Valily Petrenko, jeune chef (35 ans) et Liverpool faisant un carton dans Shosta?
Impossible!
Mais vrai!
Certes, ce jeune Vasily est russe, surdoué et il dirige le Royal Philarmonique de Liverpool depuis 2004, ce qui lui a permis de mettre au point son projet. Mais l'écoute de ce disque, comme d'ailleurs celle de tous les disques de son intégrale de Shostakovitch en cours, est un enchantement!

Cette intégrale soutient la comparaison avec les versions historiques de Mravinsky et Kondrashin Chostakovich : Intégrale des symphonies(que les puristes en recherche d'authenticité continueront probablement de préférer), mais j'ai été saisi par "l'évidence" de l'interprétation de Petrenko. Même l'excellent Barshai (Brillant Classics)Intégrale Des Symphonies, égalé en petit prix par Naxos/Petrenko, est battu!

Est-ce la présence des instruments (qualité de l'enregistrement superlatif) ou l'enthousiasme de l'orchestre et du chef qui font de ces disques une expérience aussi fulgurante? Voilà un disque que l'on a envie de réécouter immédiatement.. et de réécouter juste après!

A consommer sans modération (symphonies 1-3, 5-9, 6-12, 8, 10 - vivement la suite!)!
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?