undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
30
3,8 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:8,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 avril 2013
Comme toujours, j'attend le "dernier Jeanine Boissard" avec impatience.
C'est une auteure que j'emmène souvent en vacances sur ma kindle : elle tient peu de place dans ma valise mais une grande dans ma vie. Souvent une histoire familiale, avec ses secrets et ses rebondissements, ses rancunes et ses amours filiaux ...
Bref, un petit bout de famille qui vous emmène loin de vos problèmes quotidiens !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un roman bien écrit, qui se laisse lire tout seul, même si les ficelles sont un peu grosses. Mais la famille de St Junien est attachante avec ses traditions et ses secrets.
Une formule à retenir : "savoir replanter sur du pardon"
Si on aime les histoires à rebondissements, alors on peut y aller sans hésiter !
Pour moi, cela ne restera pas dans mes coups de coeur mais dans les livres de vacances.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La famille de Saint Junien vit dans un château de Charente dont le propriétaire et patriarche est le roi du Cognac. Chaque aile abrite la famille d'un de ses quatre enfants. Celle de Roselyne est vide, mais chut ! On ne peut pas en parler.
Fine et Philippine, si proches et si différentes, sont cousines mais pourraient être jumelles. Le jour où leur tombe du ciel un cousin inattendu, la vie de tous va être chamboulée.
Voilà un roman de vacances typique.
Il se lit avec plaisir bien qu'il soit stéréotypé et prévisible à souhait. Des personnages manichéens et parfaitement invraisemblables, un style inexistant, une « enquête » dont on connaît déjà la fin...
Bref, amusant, délassant, mais pas vraiment convaincant ! Idéal quand on est surmené et qu'on n'a pas envie de se prendre la tête.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Chuuut!, de Janine Boissard
Éditions Robert Laffont, mars 2013

Savoir replanter sur du pardon.

« Il y a toutes sortes de silences. On parle de silence « religieux », de silence « de mort ». Il peut y en avoir aussi de respect, de regret, de honte. » (P.133) Dans la famille Saint Junien, le silence est protection. Protection de l'unité du clan. Protection des liens du sang. Envers et contre tous. Envers et contre tout.
Tous, Edmond et Delphine de Saint Junien, leurs quatre enfants, beaux-enfants et petits enfants vivent au château, près de Cognac. Tous ou presque. Car Roselyne manque à l'appel, partie pour Amsterdam avec un certain Werner quelques années plus tôt. Une absence douloureuse scellée par le silence. Jusqu'à ce jour où ils apprennent son décès, laissant derrière elle un fils, Nils, âgé de dix-huit ans. A cette nouvelle, une évidence : ce dernier doit rejoindre les siens au château.
Pour celui qu'on a baptisé Nils, en référence au récit « Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède » la vie semble alors être un conte. De courte durée toutefois. Lorsque le corps de la petite Maria est découvert sans vie, Nils est le coupable tout désigné. Face au drame, le clan explose. D'un côté, ceux qui croient en son innocence. De l'autre, ceux qui l'accablent. Et Nils de se battre pour obtenir sa réhabilitation. Avec patience. Avec droiture. Sans haine. Sans violence. Car s'il a grandi dans un terreau hostile, stérile, il ne s'est pas laissé dépérir dans le manque. Il y a puisé un surcroît de vie, de courage, de combattivité, a fait germer en lui une noblesse de coeur et d'âme exemplaires.
Qui a donc tué Maria? Comment confondre l'assassin? Les liens du sang résisteront-ils à l'épreuve de la vérité?
Dans Chuuut!, Janine Boissard capture son lecteur dès la première page et fait de lui la victime consentante d'une lecture en apnée. Un roman captivant, résolument optimiste, où l'amour, la famille, l'intégrité sont les meilleures armes pacifiques face à l'adversité.
Il faut savoir « replanter sur du pardon ».
A lire absolument!

P. 133 : D'une enfance trop difficile, trop tôt exposée aux coups de la vie, d'où la chaleur et la lumière ont été absentes, certains en sortent l'âme démantibulée (…). D'autres, victimes d'une même enfance, ont eu la chance, la force, de savoir exploiter chaque parcelle d'amour, chaque lumière à eux donnée. Nourris d'espoir, le jour où leur vie s'éclaire enfin, ils sont prêts à en accueillir, en savourer toutes les joies, à saisir toutes les mains qui se tendent. Ayant été blessés, ils s'efforceront à l'indulgence, ayant souffert, ils sauront reconnaître la souffrance des autres et s'emploieront à les réconforter.
P. 220 : On ne replante pas sur du malheur. On replante en remplaçant les mauvaises images par les bonnes, les larmes par des sourires, sans pour autant oublier ceux qui sont partis.

Karine Fléjo pour le blog " Les chroniques de Koryfée"
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2013
Je n'aime pas les pralines, en ce sens que la surprise peut être bonne ou mauvaise, et vu que je n'apprécie pas la majorité des fourrages, statistiquement, pour moi, la surprise est mauvaise. Voilà pourquoi je n'aime que les manons Léonidas, c'est connu, ainsi que les gianduja et toutes les variétés en ja de Léonidas. Note qu'on m'a vanté les mérites de ces succulentes pralines Neuhaus, Les irrésistibles, au nom déjà évocateur, qui me tentent vachement. Enfin soit. Tout ça pour dire que le côté "la vie est comme une boîte de pralines", très peu pour moi, déjà dans la vraie vie, alors certainement pas en matière de pralines.

Et pour dire qu'en matière de livres, c'est pareil, comme une boîte de pralines, effet surprise inside.

Mais j'ai ma manon à moi, c'est Janine Boissard. Jamais de déception, même si, comme pour tout auteur, j'ai mon classement de mes "adorés par-dessus tout que j'aime d'amour".

Chuut en fait partie, tant je suis tombée raide dingue immédiatement de Nils (prénom évocateur, pour moi aussi, d'un petit gamin juché sur une oie) et de Fine. Nils, exilé aux Pays-Bas, que le décès de sa mère va catapulter dans cette famille bien comme il faut, bien riche, bien unie, en apparences. Fine, qui vit dans cette famille, dans ce château, pour qui l'arrivée de Nils va être comme une bouffée d'oxygène.

Oh oui, on les aime immédiatement, sans doute par cet ingénieux processus d'écriture qui nous plonge tour à tout dans la tête de l'une, puis de l'autre…

Et lorsque le drame survient, on est scotché au livre comme la bonne praline l'est aux papilles gustatives.

Un délice.

Un régal.

Une douceur à s'offrir sans modération, que Chuuut.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2013
Oui bien sûr, ce livre est facile à lire ...mais dès le début de l'histoire j'ai compris que ce pauvre Alexander et sa mère porteraient le chapeau...triste quand on a touché du doigt l'autisme et le monde du handicap. A moins que ce fait nous rende hyper-sensible ? Malgré tout, il est donc bien difficile d'approcher ce problème quand on ne le connaît pas avec ses tripes...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2013
l'histoire m'a prise et ne pas plus lachée , comme chaque livre de Janine Boissard , lorsque je le commence , j'ai du mal à m'arrêter: c'est plein de sensibilité , d'émotion ; on pleure , on rit .....c'est facile à lire ...en même temps on trouve des commentaires sur nos régions ..bref : un grand moment de détente à mettre entre toutes les mains
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 novembre 2013
Encore de nos jours, il existe des familles où le scandale ne doit pas passer les murs de la maison, ici le château !
Belle description de ces familles que rien ne doit déranger, mais dont le patriarche sait admettre que les mœurs peuvent changer malgré tout, sans que la famille puisse en souffrir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2013
Comme toujours dans les livres de Janine Boissard on accroche vite à l'histoire
La vie a château nous rappelle l'enfance
C'est bien écrit et facile à lire
Un bon moment de détente avec la découverte de la Charente
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2013
Lecture assez sympathique mais intrigue trop facile et trop attendue. Un agréable le moment de lecture néanmoins. On n est jamais vraiment de déçue par cet auteur qui a un style d écriture agréable.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)