3 d'occasion à partir de EUR 62,11

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Citizen Kane [Blu-ray] [Import USA Zone 1]

4.5 étoiles sur 5 58 commentaires client

Voir les offres de ces vendeurs.
3 d'occasion à partir de EUR 62,11

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : Orson Welles, Joseph Cotten, Dorothy Comingore, Agnes Moorehead, Ruth Warrick
  • Réalisateurs : Orson Welles
  • Scénaristes : Orson Welles, Herman J. Mankiewicz, John Houseman, Mollie Kent, Roger Q. Denny
  • Producteurs : Orson Welles, George Schaefer
  • Format : Edition de collection, DTS stéréo, Enregistrement original remasterisé, Sous-titré, NTSC, Import
  • Audio : Anglais, Espagnol
  • Sous-titres : Tchèque, Anglais, Français, Hongrois, Portugais, Russe, Espagnol
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 1.33:1
  • Nombre de disques : 3
  • Studio : Turner Home Ent
  • Date de sortie du DVD : 13 septembre 2011
  • Durée : 119 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 58 commentaires client
  • ASIN: B0050G3NWG
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 114.651 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Contenu additionnel

- Le film en BD (inédit en France – 119 minutes) :
- Langues/ sous-titres :
1080p Haute Définition 16x9
Audio : DTS-HD Master Audio : Anglais 1.0, Dolby Digital : Allemand 1.0
Sous-titres : Français
Pour malentendants : Anglais, Allemand
- Bonus :
Commentaires de Peter Bogdanovich et de Roger Ebert (119 min)
Première Mondiale du film (1.03 min)
Entretien avec Ruth Warrick (5.38 min)
Entretien avec Robert Wise (3.02 min)
Photographies avec commentaires de Roger Ebert (10.53 min)
Story Boards et Feuilles de Service
Campagne Publicitaire et Revue de Presse
Bandes Annonces (3.44 min)

- Le film en DVD (114 min)
- Langues/sous titres :
Audio : Dolby Digital : Anglais 1.0, Allemand 1.0
Sous-titres : Français
Pour malentendants : Anglais, Allemand
- Bonus :
Commentaires de Peter Bogdanovich et de Roger Ebert (115 min)
Première Mondiale du film (1.55 min)
Entretien avec Ruth Warrick (5.46 min)
Entretien avec Robert Wise (3.50 min)
Photographies avec commentaires de Roger Ebert (10.34 min)
Bandes Annonces (3.50 min)

- Un livre de 84 pages contenant les story-boards, des anecdotes inédites sur le film et le tournage, des affiches et des documents d’époque.

Descriptions du produit

Description du produit

Coffret prestige
Contient :
- le Blu-ray du film restauré en 4K depuis le négatif nitrate + bonus
- le DVD du film
- copie digitale offerte au format UltraViolet
- un livre avec storyboards, anecdotes sur le film et le tournage, affiches et documents d'époque (88 pages)

Amazon.fr

Orson Welles "aborde chaque film comme s'il était son premier, et devait être aussi son dernier, avec l'enthousiasme d'un homme qui découvre le cinéma et, tout à son émerveillement, le réinvente du même coup". Qu'ajouter aux propos que consacrent les auteurs de l'indispensable 50 ans de cinéma américain, Bertrand Tavernier et Jean Pierre Coursodon, à l'auteur de Citizen Kane ? Chef-d'œuvre d'un jeune homme de vingt-cinq ans qui signe là son premier film, cette biographie (à peine voilée) du magnat de la presse, Randolph Hearst, n'a pas fini de livrer ses secrets. Audace de sa construction en flash-back, polyphonie narrative, culot d'une mise en scène qui élève au rang de plan ultime la moindre profondeur de champ, maîtrise d'un montage qui amplifie les leçons d'Eisenstein, Orson Welles donne avec son grand œuvre tout son génie créatif. Au point de l'épuiser, comme l'atteste sa production ultérieure – 12 films fulgurants, parfois chaotiques et foutraques. Comme si les effets magiques du fameux Rosebud n'avaient duré que le temps d'un film. Et quel film ! Heureux ceux qui n'ont pas encore été touchés par les effluves de ce bouton de rose et qui n'ont pas encore foulé le palais de Xanadu… Car, comme le résumait Jean Gabin à Michel Audiard en découvrant le film vingt ans après sa sortie : "Celui-là, vous avez dû le sentir passer..." --Sylvain Lefort --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Voir l'ensemble des Descriptions du produit

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Luc B. TOP 1000 COMMENTATEURS le 1 avril 2008
Format: DVD
C'est François Truffaut qui a dit cela un jour : il y a un avant et un après CITIZEN KANE. On sait toutes les prouesses techniques réunies dans ce film. Pourtant, comme le souligne quelqu'un, le procédé de flash back était déjà utilisé avant, et en France, avec LE JOUR SE LEVE de Carné. La contre plongée aussi était une figure de style que John Ford affectionnait, et LA CHEVAUCHEE FANTASTIQUE (1939) était le film de chevet de Welles pendant le tournage. Mais alors pourquoi CITIZEN KANE donne l'impression d'être si précurseur ? Car Orson Welles a poussé ces procédés jusqu'au paroxysme. Et cela lui venait de ses années de théâtre.

Que voit-on sur une scène de théâtre ? Des acteurs à gauche et à droite, mais aussi à l'avant scène et à l'arrière fond. Des voix qui viennent de tous côtés, se mélangent. Pour le spectateur du premier rang, on voit les cintres, le plafond, et pour ceux du fond ou du balcon, on voit la scène en petit. Pour signifier un changement de lieu, en cours de scène, il suffit de pousser un décor sur roulettes, faire disparaître une chapelle, et apparaître trois arbres en cartons, et vous passez d'une messe à un champs de bataille. Orson Welles a tout simplement voulu filmer l'équivalent, mais en deux dimensions, sur un écran plat.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 41 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: DVD
Quand je dis "cinéma américain", j'entends par là celui de Capra, de Mankiewitz, de Coppola, de John Huston ... et non celui de Jerry Bruckheimer. Je parle de l'art du cadrage, de l'utilisation du plan séquence, de la déconstruction narrative, de l'usage mesuré des effets spéciaux (Citizen Kane est l'un des premiers films à avoir fait d'une maison, en l'occurence le palais de Xanadu, un personnage à part entière, nécessitant par conséquent de filmer une maquette et de faire des plans époustoufflants - ah, le plan séquence traversant la véranda ...)... Bref, on parle ici de cinéma et d'un jeune trublion mégalomane de 25 ans qui pensait faire le meilleur film du monde et qui n'était peut-être pas loin d'avoir raison.
Quelque soit l'âge ou le moment où vous verrez CK, vous vous en souviendrez longtemps.
Moi, j'avais 19 ans, c'était au Champollion, salle mythique de Paris avec son plafond façon ciel étoilé, sa vieille ouvreuse polonaise machonnant une cigarette et bougonneuse. Je connaissais pas grand chose au cinéma, je ne comprenais pas bien ce que "mise en scène" voulait dire et ne voyait pas pourquoi il fallait s'extasier sur des mouvements de caméra.
En sortant, j'avais appris deux ou trois trucs sur le cinéma et avais surtout appris à reconnaître les grands films.
Merci Mr Welles!
2 commentaires 72 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par oumebaba TOP 1000 COMMENTATEURS le 17 novembre 2015
Format: Blu-ray Achat vérifié
Il est de rares oeuvres, telle 'Ivan Le Terrible' par exemple, qui comme ce magnifique Citizen Kane traversent les ages souverainement au dessus des autres quelque soit leur qualité; Ce film d'Orson Welles, lui, demeure de surcroît parfaitement moderne et intemporel, point n'est besoin d'en faire un long discours. Cette Belle édition ici présente, reprend peu ou prou le contenu de l'édition US 'all zone' parue en 2011: autant dire que l'image reste la plupart du temps somptueuse, le son correct et les suppléments satisfaisants; Pour autant, il est à déplorer que pour cette sortie 'française', Warner soit resté de nouveau imperturbablement fidèle à son exaspérante "tradition" qui est de ne jamais sous-titrer les commentaires audio!!! Un mot pour le livre qui lui nous donne un avantage sur l'édition US dans ce sens qu'étant de belle dimension, les photos le constellant ne présentent pas de 'rabotage' en haut et en bas (ou en tout cas beaucoup moins), nous apparaissant ainsi du mieux qu'il convient. Pour conclure, il ne me reste plus qu'à recommander chaudement le visionnage de cette oeuvre fameuse aux néophytes, les autres fondant tout naturellement sur cet achat comme un ours sur un pot de miel!
1 commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 14 janvier 2003
Format: DVD
Dans toute forme d'art, certains artistes proposent une vision novatrice, sorte de vibration prémonitoire du futur. Dans la forme, ce film contient des techniques et des effets qui ont été photocopiés depuis à l'infini. Dans le sujet, Orson Welles a anticipé notre société médiatisée à l'extrême et la corruption du rêve américain. A juste titre, une référence.
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par RaZ le 16 décembre 2006
Format: DVD
Un milliardaire américain, Charles Foster Kane, empereur de la presse du pays, meurs en prononçant ce mot énigmatique : Rosebud (Bouton de Rose). Des journalistes chargés de faire sa biographie sur pellicule s'interroge sur la signification de ce mot, l'un d'entre eux décide donc de mener son enquête, interrogeant les différentes personnes ayant fait parti de la vie de Kane.

Si ce film a acquis une telle renommée, c'est qu'il a révolutionné le cinéma, rien qu'une des premières séquences, un long pastiche d'une hagiographie journalistique imitée à la perfection, plans courts et percutants, enchaînement de scènes avec fondu, rythme rapide, dès le début Orson Welles en met plein la vue.

La structure du film est également une première, elle est constituée de flashbacks déclenché par les témoignages ou les mémoires de divers personnes, maintenant ce procédé est utilisé partout, mais ce film date de 1941.

Quant à la photographie et le montage, ils sont exceptionnels, une quantité incroyable de plan est à couper le souffle, chaque scène innove : plan-séquences, saut dans le temps sans coupure, cadrages audacieux, jeux de lumières flamboyants, décors somptueux, il y a beaucoup à dire.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 20 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Voir toutes les discussions...

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?