Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NYPLesPlusAttendus Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
28
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:15,29 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 novembre 2015
Disque de Manu Chao vraiment super je crois que c'est son premier album.
J'aime beaucoup sa façon de chanter et ces tubes que dire de plus si ce n'est qu'en plus du vinyle il y a le cd.
À recommander pour les personnes qui aiment les chançons rythmés et Manu Chao !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2017
CHRONIQUE DE NIKOLA ACIN MAGAZINE ROCK&FOLK
555 DISQUES, 1954-2014 SOIXANTE ANS DE ROCK'N'ROLL (Rock & Folk HS n° 30 décembre 2014-janvier 2015) - Page 162
Manu Chao a coupé les amarres qui le reliaient au monde et s’est laissé dériver. L'aventure de la Mano Negra l'ayant poussé aussi loin qu'il était possible d'aller dans l'expérience d'un groupe de rock traditionnel, il a puisé dans les errances de la Mano ces aventures dignes de Tintin durant lesquelles le groupe a mené un cargo sur les côtes de l'Amérique du Sud puis un train à travers la Colombie, pour se donner le courage de partir à travers le monde, seul cette fois. Deux, trois, quatre années le voient acquérir son passeport d'homme libre, rare privilège que Manu a payé le prix fort, plongeant dans les larmes, la solitude et le doute dans le but de trouver cette vibration, ce rythme, cette mélodie intérieure qui le hante. Bricolant quelques chansons, c'est dans la techno que Chao découvre ce qui lui manquait depuis la fin de la Mano, cette sainte convulsion, cette énergie vitale qui fait vibrer un public dans une communion d'esprit et une saine rébellion. Il trouve trois accords et deux refrains et les colle sur des rythmes techno épais et violents et mêle dans un trait de génie la mélancolie de ses années sombres à la festivité des bpm. Et puis, en studio avec le prodigieux Renaud Létang, Manu décide un soir de supprimer tous les sons techno, osant suspendre en l'air des chansons qui cachaient leur nudité sous leurs atours sonores. C'est à ce moment qu'est apparue l'aveuglante évidence de la beauté de ces morceaux, collection de vignettes poignantes connectant les dialectes musicaux des voyageurs, le reggae, le folk, la chanson dans ce qu'elle a de plus pur et de plus narratif, quelque chose comme la rencontre de Hank Williams, Bob Marley et Pablo Neruda dans un rade borgne de Mexico City. C'est également ce qui explique l'immense succès de "Clandestino" dans le monde entier. Faisant fi de l'éphémère mode latino, Manu Chao a trouvé le ton juste, celui qui fait qu'il n'est pas nécessaire de comprendre l'espagnol pour immédiatement saisir la force des sentiments qui, de "Dia Luna... Dia Pena" à "Minha Galera", de "Desaparecido" à "Je Ne T'Aime Plus" sont racontés non seulement dans son espagnol natal, mais également en anglais, français et portugais, trouvant un espéranto de l'âme auquel chacun peut trouver le lien crucial, cordon ombilical de sa solitude personnelle.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2015
PAS DE COMMENTAIRE A FAIRE ! ! ! !
Achat sur un coup de coeur ??????? j'en ai marre de devoir me justifier au moindre achat
Alors arrêtez de me bomber la guérite !!!!!
SINON je travaille plus avec vous ? j'ai déjà signalé ce problème J'ACHETES EN MOYENNE 200 TITRES PAR AN VOUS NE PENSEZ PAS QUE JE VAIS REMPLIR VOS QUESTIONNAIRES POUR VOUS FAIRE PLAISIR
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2003
J'ai découvert le clandestino de Manu Chao alors que vivais au Mexique. Un ami mexicain est arrivé l'air bouleversé un soir chez moi et me tend l'album avec pour tout commentaire : "Este si que lo entendio todo a Mexico !" (Celui-là oui, il a tout compris au Mexique) !
S'en est suivi une expérience bouleversante pour moi. Un expérience sans cesse renouvelée à chaque écoute. Quatre ans plus tard, j'y découvre encore des messages, des détails qui chacun ont leur importance.
Un délice de délicatesse, un subtile mélange de tristesse infinie et d'engagement dans la joie de vivre ; une musique métissée à la saveur aigre douce qui donnera un avant goût des impressions d'un pays, d'un continent, dont il a su le plus naturellement du monde capter l'émotion pour nous l'offrir dans cet album unique en son genre !
Et un combat, un parti pris, celui de l'humain qui tient dans les quelques mots de la chanson toute simple qui termine l'album comme une morale puissante à l'histoire racontée :
"El hambre viene, el hombre se va, sin mas razon ..."
(La faim arrive et l'homme s'en va, sans plus de raison !)
Pour moi qui ai vécu plusieurs années dans le pays ou cet album a été conçu et enregistré et à la période où il l'a été, je le trouve tout simplement magistral ! J'oscille entre le rire et les larmes à chaque fois que je l'écoute et ça fait 4 ans que ça dure !!!
11 commentaire| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2003
En 1994 sort Casa Babylon, dernier album de la Mano Negra. En 1995, la Mano se sépare - Jo Dahan et Antoine 'Tonio' Chao étaient déjà partis en 93 (intégrer les Wampas pour le premier, et Radio Latina pour le second). Daniel Jamet et Philippe 'Garbancito' Teboul intègrent Flor Del Fango, Santiago Casariego fonde Marousse, Thomas Arroyo part jouer chez Dusminguet, Thomas Darnal fonde P18... et que fait Manu Chao?
Manu voyage, part se ressourcer en Espagne (Barcelone) puis en Amérique Latine. Il fonde Radio Bemba (avec Biji au chant, Gambeat à la basse, Roy Pacci à la trompette, Gianny au trombonne, David à la batterie, Gérard aux percussions, Julio aux claviers, et enfin B Roy). Il collabore avec divers artistes.
En 1998, il sort Clandestino, qui garde les memes structure, conception et réalisation que Casa Babylon, avec les fameux collages, enrichis de nombreuses bandes récupérées par Manu lors de ses voyages. Clandestino surprend les fans de la Mano, habitués à une musique plus agressive, mais qui sont séduits pour la plupart. En quelques mois, le single fait un carton, malgré l'absence de tournée de promotion officielle.
Clandestino est un album calme, plein d'amertume (que Manu appelle Malegria), intimiste (enregistré avec un studio 8 pistes), loin des coups de gueules agressifs de la Mano.
Avec des chansons écrites pour la plupart en espagnol, mais aussi en anglais, français et portuguais, le 1er album solo du clandestino le plus célèbre est aujourd'hui cultissime.
C'est un chef-d'oeuvre indispensable à tout mélomane...
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est peu dire que le premier album solo de l'ex-leader de la Mano Negra constitue un coup de maître. Sorti en 1998, "Clandestino" obtient immédiatemement un succès aussi large que mérité, tant cet album capte à merveille l'air du temps. Manu Chao dresse une véritable Tour de Babel discographique, avec des chansons en espagnol, en français et en anglais. Les deux premiers morceaux, "Clandestino" et "Desaparecido", donnent immédiatement le ton. Petites bombes acoustiques d'un efficacité redoutable et d'une simplicité désarmante, qui invitent à danser et à chanter dès la première écoute. La musique de Manu Chao, on ne peut plus métissée, mêle le folk, le reggae, la musique afro-cubaine et les bidouillages électro, qui servent de fil conducteur aux morceaux qui s'enchaînent comme un petit film. Que l'on soit fan de rock, de musique du monde ou de chanson française (les trois mamelles de Manu), impossible de résister à "Mama call", "La vie à deux", "Minha galera" ou "Je ne t'aime plus". Il s'agit d'une expérience incomparable de musique addictive, immédiatement séduisante. En cette fin des années 90, la France va se passionner pour ces ambiances exotiques, en faisant notamment un triomphe au Buena Vista Social Club et à Cesaria Evora. Il n'empêche que "Clandestino" reste le chef-d'oeuvre du genre, qui relègue bien loin les albums de rock festif contemporains (Têtes Raides, La Tordue, Tryo). Ecoutez cet album frais et régénérant. Il devrait être remboursé par la sécu...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2000
Une voix et un son bien particuliers et enchanteurs, faits de douceur et de mélancolie. Le ton de l'album est relativement triste, et d'habitude je n'aime pas trop ça, mais là je fais sans hésiter une exception. Chaque chanson est ciselée comme un diamant, et franchement je ne vois rien à jeter dans cet album. Préparez la carte bleue, car dès que vous aurez écouté les extraits, vous n'allez pas résister ! ;o)
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2014
...qui a touché l'amatrice de jazz et de danse que je suis : ça danse, ça évoque, ça fait rêver et voyager...
Les montages et la prise de son sont super et recherchés (l'air de rien...)
Seuls les titres en français, lassent un peu et semblent moins inspirés ou plus convenus...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2014
Quelle claque quand en 98' je découvre sur MCM ou MTV le 1er extrait de l'album: 'bongo bong'.
Je suis tombé sous le charme de ce rythme guidé par un flow hypnotique.
Seconde claque quand j'ai enfin inséré l'album dans mon lecteur cd, pas une chanson à jeter, une cohérence maximum et l'étonnement de voir que 45 minutes de bon son, c'est pas grand chose au final car ça passe trop vite.

Au fur et à mesure des albums, je me suis éloigne de Manu Chao, et il aura fallu une édition vinyle de "Clandestino" pour me laisser tenter à nouveau.

Pour ceux qui hésitent entre les formats, l'édition vinyle est de qualité, 180G/disque, et une pochette sans faute de gout!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2013
Incroyable l'album Clandestino indisponible à la vente, introuvable dans les bacs, c'est quoi ce bordel ?

Certainement le meilleur album français des années 90, d'ailleurs c'est l'avis du magazine US Rolling Stones qui classe cet album dans le top 100 des années 90 (ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d'autres albums en langue française dans ce classement).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,00 €
9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)