D'occasion:
EUR 23,88
+ EUR 2,79 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par patnadpn
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: VENDEUR PRO - A SAISIR. COFFRET CARTONNE 2 DVD + 5 PHOTOS.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Coffret Alfred Hitchcock 2 DVD : Les Premières oeuvres 1929/1931 : Chantage / The Skin Game / Meurtre

3.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les offres de ces vendeurs.
2 neufs à partir de EUR 25,00 3 d'occasion à partir de EUR 23,88

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : Anny Ondra, Sara Allgood, Charles Paton, John Longden, Edmund Gwenn
  • Réalisateurs : Anny Ondra, Sara Allgood, Charles Paton, John Longden, Edmund Gwenn
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 2.0 Mono)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2 (Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe. Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.).
  • Rapport de forme : 1.33:1
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : Studiocanal
  • Date de sortie du DVD : 2 mai 2005
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5 2 commentaires client
  • ASIN: B0007V5WTQ
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 56.890 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Contenu additionnel

DVD 2 :
Documentaire : "Hitchcock : films de jeunesse" (52')

Descriptions du produit

Description du produit

Contient :
DVD 1
- "Chantage"
- "The Skin Game"
DVD 2
- "Meurtre"
Films remastérisés haute définition et restaurés

Synopsis

"Chantage" est le premier film parlant d'Hitchcock. Ces trois films sont les premiers purement "hitchcockien", de ceux qui feront du cinéaste "le maître du suspens"...

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Murder (1930) est le 12è film d'Hitchcock tourné en Angleterre, entre Juno et The Skin Game.

C'est un film à énigme, ce qui est très rare chez Hitch qui préférait s'appesantir sur les conséquences psychologiques de l'après-meurtre plus que sur les recherches qui mènent à l'assassin. Plusieurs thèmes sont développés ici :

- le travestissement : lié ici de manière confuse à l'homosexualité, il est la clé de tout le film qui se plaît à nous tromper en permanence. Plusieurs fois, on ne sait pas si nous sommes au théâtre ou non. Seule la caméra nous renseignera. Par ailleurs, les personnages jouent un rôle soit directement sur scène et alors nous sommes dans les coulisses, soit en dehors d'une salle de spectacle (le bureau de sir John), soit au cirque (scène finale) ou au tribunal (où le personnel juridique est effectivement « déguisé » avec ses perruques). Tout est apparence. Tout est théâtre.
- ce qui est très bien mis en valeur lors de la scène du jugement, véritable satire juridique : tirade des avocats, parodie des délibérations du jury avec une mise en scène construite comme des répliques de sketches allant crescendo, énoncé de la sentence en voix off. Cette satire est violente mais non dénuée d'humour : certains membres du jury sont filmés de manière à mettre en relief leur physique cocasse.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1) Chantage (Blackmail. 1929) : C'est un film de "premières" : premier parlant de Hitchcock, première héroïne blonde, première désirable-coupable méritant d'être punie, premier couple complice (mais pas innocent) etc. Pour son douzième film, adaptant ici encore une pièce de théâtre qu'il rend vivante grâce à des extérieurs, Hitchcock met en place beaucoup d'éléments qui resserviront plus tard : voyeurisme (scènes de déshabillage/habillage, plans de bas que l'on enlève/que l'on met sur des jambes nues), pulsion sexuelle qui finit dans le sang (Eros et Thanatos), mensonges et quiproquos...tout en sachant préserver des moments de comique à double sens. Scotland Yard en profite pour se faire de la réclame en se montrant sous le jour de la modernité (véhicules radios, réactivité, célérité). Le propos reste toutefois d'une immoralité parfaitement assumée : le flic malhonnête et manipulateur a l'aspect et le rictus d'un voyou, la fille frivole (sainte-nitouche et allumeuse) est bel et bien tentée par l'infidélité. Une vraie coupable donc aux yeux du réalisateur (même avec des circonstances atténuantes) face à un faux coupable (le maître-chanteur) qui mourra tragiquement avant de vrais-faux aveux qui ne résoudront rien.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?