EUR 15,11
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Comme va le ruisseau a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Comme va le ruisseau Broché – 1 février 2013

2.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 15,11
EUR 15,11 EUR 11,09
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Lectures d'été
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Au moment où M. Fauche prenait le train, il vit descendre d'une voiture de troisième classe une jeune fille qui, après avoir jeté deux cartons à chapeau sur le quai, lestement sautait du marchepied.

- Tiens ! qui c'est-il ?

Il connaissait toutes les jeunesses du village ; il n'avait pas encore vu celle-là. Il cala dans le filet son sac de voyage, poussa sous la banquette un petit panier d'osier qui sentait le poisson frais. Et encore une fois, penché à la portière que le garde refermait, il regardait, sautillait du côté du fourgon aux bagages avec des mouvements légers d'oiselle, la jolie silhouette.

Un coffre en bois fut jeté brusquement à terre : elle eut un geste d'effroi comme si le coffre allait se rompre. Et puis la locomotive souffla comme un gros chat, le train doucement se mettait à glisser. Jean Fauche n'aperçut plus que le flottement d'un bout de robe rose qui tournait la barrière. Il rentra la tête, car les arbres du verger lui masquaient la vue de la gare.

Il était certain à présent que c'était une petite personne comme il en venait quelquefois à l'hôtellerie de la Truite d'Or. Il alluma un cigare et ne pensa plus qu'à la chose pour laquelle, tous les quinze jours, il prenait le train et se rendait à la ville. Jean Fauche généralement choisissait le samedi. Il quittait sa maison un quart d'heure avant le passage du train, enfilait la venelle près de l'église, marchant devant lui de son large pas tranquille. Ces jours-là, il endossait son veston neuf, linge frais, chapeau mou à plume de faisan sur l'oreille. C'était un grand garçon de vingt-huit ans, carré d'épaules, le jarret sûr, les hanches souples. Il passait pour être un peu secret, très occupé de chasse, de pêche et de jardinage, l'oeil en dessous quand il trouvait quelqu'un sur sa route.

Un jour il avait débarqué ; la maison était vieille, en moellons du pays, face au fleuve, sur la marine. Elle lui avait plu ; il l'avait louée ; et le jardinet s'était accru d'une serre à raisins ; un grand sarment de rosier avait grimpé le long du pignon. On arrivait des petites rues le soir aspirer l'odeur de ses roses et de ses pois de senteur, selon la saison. M. Jean Fauche vivait là d'une vie solitaire, poétique et silencieuse. Il s'était ménagé un atelier sous le toit. Il lui arrivait de peindre quelquefois, quand la pêche et le reste lui en laissaient le temps. Fallait-il qu'il fût riche pour se permettre toutes ces dépenses ! Le vieux Tantin Rétu, qui était son homme à tout faire, disait en clignant de l'oeil qu'il était monté une fois là-haut et qu'il y avait vu en peinture une grande diablesse de femme déshabillée. Cependant M. Fauche peignait de préférence le paysage. Il y avait à peu près quatre ans qu'il habitait le pays et tout de suite, deux fois le mois, il avait pris l'habitude de partir pour la ville. Thiérache, le tailleur, qui jouait de l'harmonium après sa journée, levait alors la tête par-dessus la table où il causait, accroupi à la turque, et disait à Nanine, sa femme :

- Ben, v'là le temps.

Nanine avait une chèvre. Comme si c'eût été aussi pour celle-ci le moment, elle répondait gravement :

- Pour sûr, v'là le temps.

Présentation de l'éditeur

Noémie Larciel est maîtresse d'école à la ville. Affaiblie par une anémie, elle part se reposer dans un village des Ardennes. Elle tombe amoureuse d'un homme du village, mais elle va repousser sa demande en mariage, car elle estime ne pas pouvoir abandonner ses élèves qui ont besoin d'elle. L'eau suit sa pente, et la jeune institutrice aussi : «Comme va le ruisseau... comme vont les ondes de la vie, comme va l'élan des âmes.» Un texte à la narration simple, un livre qui ressemble à un beau pastel de Millet. L'auteur sait trouver le verbe juste, l'épithète vraie, le mot qui peint cette nature des Ardennes, qui décrit cette jeune femme franche et gracieuse. Une histoire dont l'authenticité est renforcée par quelques locutions du terroir paysan et de magnifiques descriptions de scènes de pêche à la ligne.

L'auteur : Camille LEMONNIER
Camille Lemonnier, né à Ixelles le 24 mars 1844, et mort dans sa ville natale le 13 juin 1913, est un écrivain belge particulièrement fécond. Ce Brabançon était le fils d'un avocat wallon et d'une Flamande. On a souvent surnommé Lemonnier le «Zola belge», bien qu'il ait affirmé que cette étiquette ne lui convenait pas. II fut un des artisans de la renaissance littéraire belge du XIXe siècle. La francophonie ne lui accorde pas la place qui lui revient, il est notamment trop peu connu en France. Ceux qui découvrent son oeuvre ne comprennent pas pourquoi elle n'est pas mieux reconnue.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVIS
28 juillet 2017
Format: Broché

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?