Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 9,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Comment braquer une banque sans perdre son dentier ? par [INGELMAN-SUNDBERG, Catharina]
Publicité sur l'appli Kindle

Comment braquer une banque sans perdre son dentier ? Format Kindle

3.5 étoiles sur 5 42 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 9,99

Descriptions du produit

Extrait

Extrait du prologue

La vieille dame empoigna son déambulateur, accrocha la canne à côté du panier en essayant de se donner un air déterminé. Être une bonne femme de 79 ans sur le point de commettre son premier hold-up, cela exigeait une certaine autorité. Elle se redressa, enfonça son chapeau sur son front et poussa la porte. Lentement, appuyée sur son déambulateur de la marque Carl-Oskar, elle entra dans la banque. C'était cinq minutes avant la fermeture, et trois clients attendaient leur tour. Le déambulateur grinçait un peu même si elle l'avait graissé avec de l'huile d'olive. Depuis qu'elle était entrée en collision frontale avec le chariot de ménage de la société de services, une des roues faisait des siennes. Mais pour un tel jour, aucune importance. L'essentiel était que le déambulateur eût un grand panier pour y mettre beaucoup d'argent.
Originaire de Södermalm, Märtha Anderson se tenait un peu penchée en avant, habillée d'un imperméable de couleur indéterminée, choisi sciemment pour ne pas attirer l'attention. Elle était plus grande que la moyenne, enveloppée disons, mais pas grosse, et elle portait de bonnes chaussures de marche sombres afin de faciliter une éventuelle fuite. Ses mains aux veines apparentes étaient gantées d'une vieille paire en cuir et elle avait dissimulé ses cheveux blancs sous un chapeau marron à large bord. Autour du cou, elle avait noué un châle de couleur fluo. Au cas où elle serait photographiée, le fluo provoquerait automatiquement la surexposition de tout ce qui se trouvait autour et les traits de son visage disparaîtraient. Mais ce n'était qu'une précaution de plus - sa bouche et son nez étaient déjà cachés par son chapeau.
La petite banque dans la Götagatan ressemblait à s'y méprendre à toutes les banques d'aujourd'hui. Il n'y avait plus qu'un seul guichet, des murs impersonnels, un sol bien astiqué ; sur une petite table traînaient des brochures à propos d'emprunts avantageux avec des conseils sur la manière de s'enrichir. Ah, chers créateurs de brochures, pensa Märtha, moi, je connais des solutions bien plus efficaces ! Elle s'installa sur le canapé des visiteurs et fit semblant d'étudier les affiches sur des prêts d'épargne logement et des fonds d'action, mais elle avait du mal à empêcher ses mains de trembler. Discrètement, elle sortit des bonbons de sa poche, une mauvaise habitude contre laquelle les médecins la mettaient en garde, et qui faisaient le bonheur des dentistes. Mais avec un nom aussi contestataire que Rugissement de la Jungle, ces réglisses archisalées convenaient parfaitement à un jour comme celui-ci. Et puis, après tout, elle avait bien le droit d'avoir des faiblesses.
Le panneau d'appel émit un bip, et un homme dans la quarantaine se précipita vers le guichet. Son affaire fut vite expédiée, ainsi que celle de l'adolescente après lui. Ensuite ce fut le tour d'un monsieur plus âgé qui farfouilla longtemps dans ses papiers tout en marmonnant. Märtha commença à s'impatienter. Il ne fallait pas qu'elle reste ici trop longtemps. On pourrait remarquer son comportement et d'autres détails susceptibles de la trahir. Cela serait embêtant, juste au moment où elle voulait avoir l'air d'une dame âgée ordinaire venue à la banque pour retirer de l'argent. (...)

Présentation de l'éditeur

WANTED

Ils sont cinq, trois femmes, deux hommes. Cheveux blancs, déambulateurs, ils s'apprêtent à commettre le casse du siècle. Si vous les croisez, restez prudents, et surtout ne tentez pas de vous interposer.

Ils s'appellent Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, le Râteau, ils chantent dans la même chorale et vivent dans la même maison de retraite. Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l'arme à gauche. Franchement, la vie ne serait pas pire en prison ! D'ailleurs, à Stockholm, elles ont plutôt bonne presse... Voilà l'idée ! Les cinq amis vont commettre un délit et faire en sorte d'être condamnés : en plus d'avoir la vie douce, ils pourraient redistribuer les bénéfices aux pauvres et aux vieux du pays.

Un brin rebelles et idéalistes, un peu fous aussi, les cinq comparses se lancent dans le grand banditisme. Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu...


Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 1565 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 432 pages
  • Editeur : 12-21 (13 mars 2014)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00IPXJT0G
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5 42 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°30.037 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Format Kindle
Les personnages ont habités mes pensées ces 3 derniers jours, 5 personnages très attachants dont je ne me suis pas du tout lassée, une écriture légère, beaucoup d'humour puis un thème de fond celui de la vieillesse et du sens de la vie pour les personnages âgées : le sentiment d’inutilité, la vie en maison de repos, l'inactivité,...
Un livre pour passer quelques heures de bonheur !
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Anne67 TOP 500 COMMENTATEURS le 16 juillet 2014
Format: Broché
Un livre qui aborde avec légèreté un sujet plus grave: le devenir de nos seniors et la façon dont ils sont traités dans les maisons de retraite dont l'objectif est souvent la réduction des coûts. Et finalement, en lisant ce livre, on se dit qu'en Suède, les personnes âgées s'en sortent peut être mieux qu'en France.
Sur l'histoire elle même, j'avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dans le récit. La mise en place des personnages et de l'action est assez longue, mais une fois les tableaux volés dans le musée, je suis vraiment entrée dans l'histoire: un conte moderne, pas très moral qui met en avant le fait qu'avoir des projets un peu excitants est le meilleur remède l’ennui et au vieillissement.
On m'a offert ce livre en version papier, et il est assez volumineux. Or, voilà quelques temps que je lis beaucoup de livres numériques, et je me rends compte, que pour ce genre de gros livre, une liseuse est bien plus agréable et pratique! Avis aux amateurs!
Enfin, dernier point, j'ai relevé quelques coquilles d'orthographe et de traduction. Personne chez l'éditeur n'a relevé que la ville de Helsingfors est en réalité le nom suédois de la ville de Helsinki? Des petites erreurs sans gravité, mais qui font tout de même un peu tiquer.
En tout cas, une histoire sympa pour passer un bon moment.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
On ne saurait dire du fond ou de la forme, ce qu'il y a de plus mauvais ?
le fond (petit groupe de personnes âgées en pleine rébellion) aurait pu donner lieu à une histoire rocambolesque et originale, il n 'en est rien : dialogues du "club des 5" , totalement déplacés ici, personnages caricaturés et sans surprise....
la forme est carrément ratée, la faute à l'auteure ou la traduction ? écriture sans style, lourde..on sent la volonté d'être drôle et c'est pathétique pour ne pas dire ...pitoyable ..
exemple : je cite 2 lignes concernant un des personnages principaux, surnommé le "râteau" : "il trouvait qu'il n'avait pas mérité ce sobriquet ridicule, tout ça parce qu’il aimait jardiner et qu'un beau jour il s'était pris les pieds dans un râteau !"

on peut tenter de persévérer pour "voir" ..en vain, il n'y a rien à découvrir,
seule chose à apprécier à mon avis : l’illustration de la couverture ( l' étoile méritée)
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Actu-Littéraire - Tests-Electro TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 30 mars 2014
Format: Broché
Avec un style maitrisé et fluide, Catharina Ingelman-Sundberg parvient à passionner son lecteur, à le faire rire mais aussi à le faire réfléchir sur la condition des retraités. Un excellent roman qui puise sa force dans la légèreté !
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Oscar dit "le Génie"(78 ans) ,Anna Greta(81 ans), Stina (77 ans),Martha (79 ans) et Bertil dit "Le Rateau"(84 ans) cinq adorables petits vieux vivent en maison de retraite ou ils ne sont pas vraiment heureux. Après avoir vu un reporter sur les prisons ils estiment que leurs conditions actuelles est bien pires que celles des malfaiteurs. Ils décident de faire un holdup, de façon incongrue, qui va réussir afin d'être condamnés à la prison....
Un roman tendre et plein d'humour qui nous apprend que nous ne sommes jamais trop vieux pour réaliser nos rêves de bonheur.
En y réfléchissant un peu, on découvre une certaine vie en maison de retraite.. pas toujours facile...
Ce livre est vraiment bien écrit et on prend plaisir à suivre ces sympathiques retraités dans leurs folles aventures. De leurs débuts en tant que retraités paisibles jusqu'à leur ascension dans le banditisme on suit leurs projets, leurs plans, leurs succès et leurs échecs, toujours sur un ton très léger. A découvrir quelque soit votre âge ! .
Remarque sur ce commentaire 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Inédit. Intéressante analyse des clichés de la vieillesse...
Très facile a lire, bien écrit
J'ai eu bcp de plaisir
A lire
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Là il faut que je félicite l'éditeur de l'édition francophone pour sa géniale manipulation. En effet, si j'ai acheté ce livre, c'est après avoir vu son titre accrocheur et lu son résumé pince sans rire. Cela promettait d'être un roman intéressant. Mais quelle erreur! Déjà en y regardant de plus près, on s'aperçoit que le titre original est "Kaffe med ran", ce qui se traduit littéralement par "café crème". Là déjà, le titre est moins drôle, à l'image de l'histoire contenue dans les pages qui suivent. C'est super mal écrit (problème du texte original ou de la traduction?). L'histoire est vide et complètement irréaliste à se demander si l'auteure est déjà sortie de chez elle... Deux exemples: 1) Dans un musée, la bande de vieux désactive une caméra de surveillance en débranchant la prise. Comme si ce genre de caméra était bêtement branchée sur une prise murale à portée de tous. Pourquoi pas un bouton "presser ici pour éteindre la caméra"? 2) Ils cachent de l'argent dans des tableaux pour prendre l'avion. Apparemment, leur seule préoccupation est d'éviter le métal (des punaises sur un des tableaux font "sonner le détecteur"). Est-il utile de préciser que les bagages à main passent aux rayons X, que les billets dans les tableaux sont donc visibles, et que des objets métalliques ne sont absolument pas problématiques, tant qu'ils ne sont pas portés sur soi lors du passage sous le portique?
Conclusion: à éviter à tout prix.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique