• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Comment j'ai appris à lir... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Comment j'ai appris à lire Broché – 2 mai 2013

Découvrez toutes les nouveautés de la Rentrée Littéraire 2017
4.1 étoiles sur 5 13 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00
EUR 13,95 EUR 0,94
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Comment tout a (mal) commencé

Je suis née au mois de mai 1966. À cette époque, les hommes, même jeunes, portaient des costumes, des cravates, et parfois des chapeaux. Les femmes avaient des sous-vêtements à armatures, des gaines, des guêpières. Leurs seins, projetés vers l'avant par les coutures, les baleines - que sais-je ? -, étaient pointus, coniques, très durs. Il n'y avait pas de télévision. Nous possédions un téléphone, parce que mon père était médecin, mais tous les foyers n'en étaient pas équipés.
Deux ans plus tard, certaines choses changèrent.
Cependant, sur la photo prise lors d'un anniversaire auquel nous avions été invités, mon frère et moi - disons que c'était vers fin 67 -, je pose, conventionnelle et sérieuse, inconsciente de la révolution imminente : genoux de bébé en X, chaussures vernies aux pieds, robe immaculée et raide, très fière de mon sac à main blanc à fermoir doré. A dix-huit mois, j'ai l'air d'avoir soixante-treize ans.
Un matin du printemps suivant, je déclare, cartable au dos, que je désire aller à l'école. Ma mère m'y conduit (à l'époque, on n'avait pas besoin de s'inscrire... ou peut-être Pétais-je déjà). Je déteste ça. À onze heures trente, le même jour, j'affirme que je n'y retournerai jamais.
Je ne retournerai jamais à l'école, dis-je, avec l'élocution parfaite qui enorgueillissait mes parents, et mon autorité naissante qui ne devait pas les rassurer. Pourtant, quelques mois plus tard (a-t-on laissé passer l'été ?), j'y entre pour de bon. Pour toujours, ai-je envie d'écrire.
Au début, je n'y comprends rien. Je ne dispose que de trois souvenirs très succincts : un parfum de clémentines, le mystère des épluchures des clémentines en question, le nom surprenant d'une des maîtresses : madame Champion (que j'imagine, je ne sais pourquoi, portant une casquette multicolore).
Je ne comprends pas le couloir, ni la salle de classe, ni la cour, ni les toilettes. Je ne comprends pas ce que je fais là, qui sont ces autres enfants à l'odeur bizarre, aux noms bizarres (Didier, Bruno, Véronique...). Mais un jour - résignation ? deuil ? illumination ? habitude ? - je cesse de me poser des questions. Je deviens une écolière.
L'année suivante, j'entre en moyenne section. J'ai quatre ans.
Je dessine, je peins à l'encre, je peins à la gouache, toujours la même chose : une princesse, de face, mains dans le dos (parce que je trouve impossible de faire les doigts, il y en a trop, ils bougent tout le temps, ils ressemblent à des saucisses), avec un buste étroit et une immense jupe qui traîne si bas qu'elle permet d'ajourner l'épineuse question des pieds, avec leurs orteils, leurs chaussures, tous ces détails qui fatiguent.
La jupe est cruciale. Son ampleur permet d'en faire une sorte de tableau à l'intérieur du tableau. Je commence par tracer le contour, puis, au-dedans, une série de lignes horizontales. Sur chaque ligne j'assemble des wagons de motifs, répétés, alternés, très colorés. Je me rappelle encore précisément le plaisir aigu de ce moment où je remplis la jupe comme on remplit une page d'écriture. Je ne joue à rien, je ne vais pas en récréation, je n'ai pas le temps, je n'ai pas d'amis, je ne veux pas courir, je veux peindre des jupes.

Revue de presse

Elle a toujours dit qu'elle ne lisait pas, mais elle lisait George Sand, Marcel Aymé, Boris Vian, savait les poèmes de Prévert par coeur, préférait Un coeur simple à Madame Bovary, avala Faulkner. Elle disait qu'elle n'aimait pas lire, mais elle a aimé ce que son père lui indiquait, Camus, Duras, le Ravissement de Lol V.Stein. «Lire ne sert à rien. Moi, ce que je veux c'est écrire», décrète-t-elle très tôt...
Lire n'a d'autre but qu'apprendre à lire, écrire «ne sert qu'une cause : accéder enfin et encore à la lecture, qui est à la fois le lieu de l'altérité apaisée et celui de la résolution, jamais achevée, de l'énigme que constitue pour chacun sa propre histoire». Ce sont les derniers mots de Comment j'ai appris à lire, livre qui rendra plus léger le coeur de maints lecteurs. (Claire Devarrieux - Libération du 2 mai 2013)

Longtemps, Agnès Desarthe a cru qu'elle n'aimait pas lire. Elle le proclamait, effrontément, du haut de ses 7 ans. Adolescente, la bonne élève du lycée Henri-IV continua d'effrayer ses parents, refusant ostensiblement d'aborder Balzac, Zola, Flaubert, Stendhal... La page est tournée. A 47 ans, la normalienne, agrégée d'anglais, romancière et traductrice Agnès Desarthe est devenue une lectrice compulsive. "Lire, c'est mourir un peu", écrivait-elle hier. Lire, c'est vivre beaucoup, dit-elle en substance aujourd'hui dans Comment j'ai appris à lire, passionnante introspection dans laquelle l'auteur de Quelques minutes de bonheur absolu (l'Olivier) révèle les racines de son désamour. (Marianne Payot - L'Express, juin 2013)

Voici le livre qui réjouira tous les amoureux de lecture et rassurera tous ceux qui ne lisent pas. Ou plutôt : pas encore. Car il n'y a pas de non-lecteurs, juste des gens qui n'ont pas encore eu l'occasion de trouver la porte qui mène à ce prodigieux jardin secret, la lecture. Et contrairement à une idée reçue, il n'est guère aisé de devenir lecteur. Tout comme il n'est pas facile de devenir heureux. C'est une question d'expérience, de hasards, de chance, de rencontres...
Il aura donc fallu des années à Agnès Desarthe pour détruire le rempart qui se dressait entre la lecture et elle. C'est l'histoire de cet apaisement qu'elle retrace avec humour dans ce livre enchanteur - et, somme toute, décomplexant, déculpabilisant, rassurant. (François Busnel - L'Express, juin 2013)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 3 août 2013
Format: Broché
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 19 juin 2013
Format: Broché|Achat vérifié
11 commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2013
Format: Broché
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?