Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Comment réussir dans un monde d'égoïstes : Théorie du comportement coopératif Poche – 2 février 2006

4.3 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 88,00
Poche, 2 février 2006
EUR 97,00

Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Revue de presse

Aujourd'hui encore, la conception largement prédominante est que, l'économie, c'est la guerre. Cette conception nourrit le monde de l'entreprise d'expressions du type «il faut conquérir des parts de marché, écraser les concurrents, dicter ses conditions aux fournisseurs».

Or, les situations où, pour réussir, il faut faire échouer les autres, ne sont en fait pas les plus typiques en économie. Souvent, une entreprise ne peut réussir que si d'autres en font de même. La modélisation adéquate s'avère alors être celle en termes de jeu à somme positive, où coexistent intérêts de coopération et de compétition.

«Comment réussir dans un monde d'égoïstes» expose le dilemme désormais classique dit «du prisonnier», jeu qui modélise une catégorie de situations où les intérêts personnels de chacun conduisent à un équilibre économique sous-optimal - chacun y gagnerait si tout le monde «coopérait». Ce type de logique joue souvent dans la réalité, aussi bien en relations internationales qu'en économie. Dans son livre, Axelrod illustre de manière spectaculaire le fait que la coopération devient, en l'absence de tout pouvoir central qui obligerait les agents à coopérer, une issue rationnelle lorsque le jeu est répété sur un horizon indéfini, parce qu'alors chaque joueur dispose d'une information supplémentaire - le comportement passé de l'autre joueur - ainsi que la possibilité de punir l'autre au cas où celui-ci venait à faire défection.

Aussi important que soit le message du livre, il convient de se montrer prudent. Le dilemme du prisonnier simple présenté par Axelrod est un jeu symétrique, à information complète et répété à l'identique. En tirer, sans précaution, des enseignements pour la vie réelle peut s'avérer néfaste. L'un des enseignements essentiels de la théorie des jeux est que les hypothèses de travail sont fondamentales et que les résultats en dépendent parfois de manière très sensible. Or, dans la réalité, les revenus sont rarement symétriques et connus d'avance de manière précise, il y a des aléas et l'information est incomplète. Axelrod lui-même signale d'ailleurs que la stratégie «donnant-donnant» n'est alors pas adaptée, et en propose une variante.

Il faut bien comprendre que l'incomplétude de l'information et la présence d'aléas peuvent faire obstacle, dans la réalité, à la coordination sur l'équilibre «coopératif». Une illustration simple de ce fait est celle des oligopoles, dont la logique est extrêmement proche de celle du dilemme du prisonnier. Or, il est un fait empirique que des entreprises ne peuvent faire collusion sans aucune entente explicite que lorsqu'elles sont en nombre restreint sur un marché. En effet, plus il y a d'acteurs sur le marché, plus il devient difficile pour chacun de connaître les gains passés ou espérés des autres, d'interpréter avec justesse les raisons d'une éventuelle baisse du propre revenu (quelqu'un a triché ? Il y a eu un choc extérieur ?) et aussi d'identifier l'éventuel coupable.

Un autre risque est de croire que de nombreuses situations réelles peuvent se modéliser sous la forme d'un simple dilemme du prisonnier. Or, il arrive fréquemment dans la réalité que plusieurs types d'intérêts et plusieurs types d'acteurs s'entremêlent, donc que plusieurs dilemmes coexistent de manière indissociable. En somme, il convient de toujours bien cerner le jeu qui se joue.
En dépit des restrictions à apporter à la portée de la thèse d'Axelrod, en dépit aussi d'imperfections - un certain flou conceptuel, incohérences dans la démarche, ignorances de certains résultats théoriques établis bien avant la publication du livre, affirmations parfois non fondées - «Comment réussir dans un monde d'égoïstes.» à un mérite qui justifie son immense succès.

Ce livre expose dans une langue claire, agréable et à la portée des non-spécialistes, d'importants concepts et résultats de la théorie des jeux, outil stimulant pour le développement de la réflexion stratégique des dirigeants. Mais surtout, il contribue à nous faire prendre conscience de la complexité du monde et d'une possible coexistence entre concurrence et coopération. Or, adopter ce nouveau shéma mental doit nécessairement se traduire par une révolution de l'organisation et du comportement stratégique des entreprises. -- Sorbas Von Coester -- -- Business Digest

Nous agissons dans notre propre intérêt.
Les motivations individuelles ne sont pas souvent altruistes. La générosité cache souvent une motivation individuelle. La charité est une manière de sauver son âme. Cependant l'attitude d'un égoïste ne mène pas forcément à une société où la règle est «chacun pour soi».
Souvent nous remportons une victoire avec et non pas sur notre adversaire.
La vie n'est pas une partie d'échecs, dans de nombreuses situations les individus et les groupes humains peuvent coopérer pour le bien de tous. Les joueurs, pour favoriser la coopération, devront avoir une stratégie coopérante, indulgente mais où est présente la susceptibilité.
La société s'organise pour favoriser la coopération.
Dans un monde qui coopère les tentatives d'exploitation sont importantes. Duper une personne est très facile. Pourtant l'entente générale persiste et la tromperie n'apporte souvent qu'une mauvaise réputation et une condamnation juridique. La coopération est stable et les lois renforcent ses assises. -- Idées clés, par Business Digest --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur

Si la coopération est le ciment de la vie sociale, c'est aussi l'un de ses grands mystères. Fondant son analyse tant sur la théorie des jeux que sur des exemples concrets comme la guerre des tranchées en 1914-1918 ou les négociations internationales, Robert Axelrod explore les raisons, simples et surprenantes, qui permettent à la coopération de s'installer, même dans les situations les plus défavorables. Stratèges, décideurs, managers, hommes de bon sens, mais aussi de bonne ou de mauvaise foi, chacun trouvera matière à réflexion dans les pages de ce livre désormais considéré comme un classique.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Il y a des nombreuses facon de "decrypter" le monde, les humains, la societe. Ce livre est une introduction tres agreable a lire a une des "cles" qui vous feront mieux comprendre ce qui se passe autour de nous, dans le monde dans lequel nous vivons. Cette cle est une theorie mathematique qui non seulement a un nom allechant (theorie des jeux) mais qui en plus a trouve son application dans la theorie economique moderne. Lisez ce bouquin, une introduction presque ludique a la theorie des jeux par son plus fameux exercice, le "dilemme du prisonnier" et dans des nombreux cas, les agissements de vos semblables vous apparaitront dans une autre lumiere
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Ce livre basé sur la théorie des jeux apporte un plus par apports a beaucoup d'autres sur le sujet : on passe de la théorie a la réalité.

En effet, l'auteur a eu l'idée originale d'organiser des concours pour tester la théorie des jeux. Les résultats présentés sont bien plus pertinent que des centaines de pages qui reprennent sans cesse le mêmes problèmes ( dilemme du prisonnier..), car ils évitent d'avoir à subir encore et encore les mêmes exemples et les mêmes conclusions.

Ce livre démontre aussi que les techniques les plus simples (voir simplistes) peuvent l'emporter si l'on adopte le bon comportement (j'en dirais pas plus car ce livre mérite d'être lu)...
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Le livre de Robert Axelrod décrit une expérience qu'il mena à la fin des années 70. Il proposa un concours qui consistait pour les participants à écrire un programme informatique destiné à affronter d'autres programmes similaires. Les règles étaient celles des dilemnes classiques de la théorie des jeux: chaque partie était constituée d'un certain nombres de tours durant lesquels les programmes concurrents devaient décider entre un comportement coopératif et un comportement non-coopératif. Si deux programmes étaient coopératifs alors chacun engrangeait par exemple 5 points; mais si l'un était coopératif et que l'autre ne l'était pas, le premier marquait seulement 1 point tandis que le second empochait par exemple 10 points. Evidemment, si les deux programmes étaient non-coopératifs, aucun des deux ne marquait de points. Dans ce type de jeux, on le voit, le comportement égoïste semble encouragé (trahir pour marquer 10 points). D'où le titre du livre.

De nombreux candidats se sont présentés avec des stratégies très différentes, certaines simples d'autres plus sophistiquées. Comme dans les meilleurs romans policiers, la stratégie gagnante n'est pas celle à laquelle on aurait pensé a priori. L'auteur articule ensuite le reste de l'ouvrage autour des enseignements de ses travaux.

Un livre original et enrichissant.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Ce livre propose de longs développements sur le dilemme du prisonnier. Mais les enseignements qu'il en tire sur les conditions de la coopération sont relativement pauvres : en quantité, ils occupent peu de place dans le livre ; sur un plan qualitatif, les enseignements proposés relèvent de l'évidence.

Ce livre nous paraît être une bonne illustration de certaines limites du "cerveau gauche". Les développements sont longs, voire répétitifs, et aboutissent à des résultats largement accessibles via l'intuition.

Ce livre est donc intéressant pour le lecteur intéressé par le détail du dilemme du prisonnier, moins pour celui qui souhaite connaître les conditions de la coopération entre acteurs.
1 commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?