• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par TGL Harmattan.
EUR 16,40 + EUR 2,99 Livraison en France métropolitaine
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Confessions des lieux disparus Broché – 12 avril 2007

Envie d'offrir un livre ? Découvrez les succès de l'année 2017, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !

2.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 16,40
EUR 16,40 EUR 7,33

Idées cadeaux livres 2017 Idées cadeaux livres 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

La Maison de Mon Enfance

a opté pour le suicide. Épanouie au temps du roi Zog, tenace durant la guerre, optimiste lors du règne communiste, elle s'est engouffrée dans la mélancolie il y a bientôt dix ans. D'abord, on lui a pris un petit bout de jardin pour construire un atelier, afin d'abriter provisoirement deux machines de l'im­primerie de mon frère. Le figuier aux larges branches a été coupé, et sur son tronc rasé, les maçons ont posé les catelles grises du sol. À travers les fenêtres du premier étage, la Maison scrutait avec amertume cette prolongation hideuse d'elle-même, construite en béton de mauvaise qualité; les nuits de pluie, de grosses larmes ruisselaient le long de la façade.
Les larmes se sont muées en sanglots lors de la construc­tion d'une deuxième pièce : mon frère avait acheté trois nou­velles machines et il a fallu décapiter le cerisier - la grâce du jardin, avec ses fleurs blanches au printemps et ses fruits rouges en été. La Maison, à l'occasion de chaque orage, gémissait douloureusement de toute sa carcasse. Et quand mon frère a taillé le pêcher en pleine floraison afin de bâtir une baraque pour y installer la presse de l'imprimerie, des fissures sont apparues brusquement sur les murs de la salle de bains; la Maison avait choisi l'endroit le plus intime pour cracher sans retenue son aversion.
Elle n'avait sûrement jamais même imaginé l'attaque du dattier, fertile et fier. Et que ce soient mes parents eux-mêmes qui lui assénèrent les coups de hache, voilà ce qui a ébranlé définitivement l'équilibre psychique de la Maison. Sur le tombeau du dattier, une petite chambre a vu le jour : mes parents espéraient échapper un tant soit peu au bruit per­manent de l'imprimerie et à ses inévitables exhalaisons. La fumée vomie par le générateur acheté dans un magasin d'oc­casion en Italie a fini par dessécher la vigne : semblable à un squelette, elle s'est tortillée autour du balcon pour errer sans but le long des murs et laisser tomber, de temps à autre, un morceau sec de son corps sur la tête des passants. Personne ne s'est donné la peine de la couper; chez nous on ne tue pas les morts. On les côtoie.

Présentation de l'éditeur

Peindre des événements tragiques avec un pinceau comique afin de triompher de la détresse : tel est le point de vue choisi par Bessa Myftiu pour raconter l'histoire de sa famille. Mêlant habilement désenchantement et dérision, elle évoque pour nous un monde étrange, celui d'une maison, d'une rue et de ses habitants dans l'Albanie d'Enver Hodja, où coexistent un totalitarisme délirant et des moeurs encore patriarcales. Dans ce paysage bizarre, peuplé de personnages extravagants et insolites, la haine voisine souvent avec l'amour. Haine et amours, souvent malchanceuses, racontées avec humour et finesse - un ton peu habituel chez les auteurs qui ont écrit sur le socialisme !

«C'est passionnant, beau, hilarant, singulier, bouleversant. Cent passages seraient à citer. L'écriture est admirablement efficace.»
Amélie Nothomb

Bessa Myftiu est née en 1961 à Tirana, en Albanie, où elle a poursuivi des études de lettres. Elle vit depuis 1992 à Genève, où elle enseigne à l'université tout en se consacrant également à l'écriture et au cinéma.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 20 août 2007
Format: Broché
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 28 septembre 2007
Format: Broché
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?