undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:18,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 mars 2013
La question de l'ontologie est remarquable par sa simplicité: qu'est-ce qui est? Cette vieille qquestion philosophique, traitée implicitement par Platon et explicitement par Aristote, est supposée n'avoir ressurgi qu'avec la problématique heideggérienne. Pas tout à fait exact, considére Badiou: l'apport de Spinoza et de Nietzsche ne saurait être escamoté, et moins encore celui des mathématiques ou de la poésie mallarméenne; mais pas tout à fait faux non plus: la renaissance des problématiques ontologiques marque l'esprit du temps. Et Badiou de faire défiler, avec un respect dénué de complaisance, ses pairs: Spinoza, Kant, Deleuze, les théoriciens de la logique mathématique, Mallarmé encore. Sa thèse, extrêmement originale et forte, est que les mathématiques - et elles seules - constituent la véritable ontologie, en tant que pensée (unifiée) du multiple. Thèse posée de façon "historiale", "maintenant que Dieu est mort."
Ce livre n'est certes pas un ouvrage d'initiation, et le jargon pas toujours nécessaire dont il est émaillé en découragera plus d'un. Mais je lui adresserai pour ma part une objection plus grave: pourquoi contourne-t-il comme il le fait la détermination de l'ontologie comme logique chez Hegel? Ne perpétue-t-il pas, ce faisant, le silence méfiant et sournoisement haineux dont la dialectique hégelienne continue à souffrir, tant en France que dans les pays anglo-saxons? Les acquis récents des sciences de la nature en matière de logique du vivant et plus généralement du développement ne valident-ils pas à beaucoup d'égards les intuitions hégeliennes et ne valent-ils pas, dans le domaine de l'ontologie elle-même, autant sinon beaucoup plus que l'ontologie vitaliste de Nietzsche actualisée par Deleuze? Pourquoi cet escamotége, au profit des seules mathématiques? Un certain classicisme bien de chez nous me semble imprégner la démarche pourtant énergique de ce révolutionnaire. Mais quoi! comme disait Nietzsche (à mon tour de le citer) "nul ne peut sauter par-dessus son ombre"... (par-dessus son nombre non plus, d'ailleurs, Badiou en conviendra).
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

36,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)