• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par marvelio-france.
Quantité :1
EUR 7,08 + EUR 2,49 Livraison
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 7,08
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : dodax-online-fr
Ajouter au panier
EUR 7,08
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : zoreno-france
Ajouter au panier
EUR 7,08
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : nagiry
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Crazy Clown Time

4.6 étoiles sur 5 12 commentaires client

12 neufs à partir de EUR 7,08 10 d'occasion à partir de EUR 4,92 1 de collection à partir de EUR 29,03
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste David Lynch


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Crazy Clown Time
  • +
  • The Big Dream
Prix total: EUR 19,62
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (7 novembre 2011)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Sunday Best
  • ASIN : B005OYBX3A
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 51.390 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits - (Extrait)
1
30
4:00
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
2
30
4:39
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
3:35
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
4:54
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
4:20
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
4:03
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
7
30
7:29
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
8
30
4:59
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
9
30
5:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
10
30
7:00
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
11
30
4:58
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
12
30
3:55
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
13
30
4:14
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
14
30
5:16
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Description du produit

L un des plus grands réalisateurs du cinéma américain contemporain (« Blue
Velvet », « Twin Peaks », « Lost Highway », « Mulholland Drive » pour ne
citer qu eux), présente son premier album solo, facétieusement intitulé « Crazy
Clown Time ». Artiste aux multiples talents (réalisateur, compositeur,
photographe, peintre, musicien), DAVID LYNCH n en est toutefois pas à son
coup d essai dans le champ musical. Le cinéaste avait déjà réalisé la bande
sonore du livre-catalogue de l exposition à la Fondation Cartier en 2007, puis
participé à l album « Dark Night of the Soul », de DANGER MOUSE et
SPARKLEHORSE.
Avec « Crazy Clown Time », LYNCH impose définitivement son statut d artiste
culte : à la fois auteur, producteur et musicien sur les 14 chansons qui
composent le disque, il nous embarque dans une electro pop en clair obscur, à
la fois futuriste et fascinante, tout droit sortie de « Blue Velvet » et « Lost
Highway ». Cerise sur le gâteau, la chanteuse KAREN O des YEAH YEAH
YEAHS a été choisie comme collaboratrice en apportant sa voix au premier
titre de l album.

Critique

Après des années à flirter avec la musique dans des projets aussi divers que variés, David Lynch franchit le pas. En toute logique, ce premier album a été enregistré à Hollywood (dans un studio nommé Asymmetrical – sans commentaires !) pendant de long mois aux côtés d’un complice de longue date, Dean Hurley. Le résultat s’appelle Crazy Clown Time, et s’impose comme le double musical de l’univers cinématographique lynchéen, profondément énigmatique, étrangement sensuel et volontiers onirique.

D’abord, il ne faut pas se fier à la présence de Karen O, dont le chant d’héroïne traquée et désespérée hante le premier titre de l’album, un « Pinky’s Dream » aux influences punk (new-yorkais, plus précisément). Par la suite, Lynch assure le chant lui-même, volontairement seul. S’il l’est derrière la caméra, il souhaite le rester derrière le micro, avec ou sans vocodeur (un de ses péchés mignons, comme cela s’entend sur Crazy Clown Time) et avec tous ses instruments (avec une préférence pour la guitare et le synthétiseur).

Cela n’empêche guère l’album de s’immerger, titre après titre, dans des atmosphères différentes. Si « So Glad », « Noah’s Ark » ou « I Know » naviguent sur les eaux troubles du hip-hop (Tricky est sans conteste une forte influence), les titres « Stone’s Gone Up » et « Good Today » (un des points d’orgues de l’album) se réclament d’une dance underground et cérébrale. L’electro, résolument expérimentale, en voit de toutes les couleurs (plutôt de la palette sombre) avec « Strange and Unproductive Thinking » ou « Movin’ On ». Et c’est bien du côté d’un blues « moderne » dixit Lynch, mais surtout typiquement et profondément américain, qu’il faut chercher les origines de « Football Game » ou de « Crazy Clown Time ».

Mariant un rock abrupt à une electro éthérée, Lynch réussit à captiver l’auditeur comme il captive ses spectateurs, et en utilisant les mêmes stratagèmes, dont l’efficacité n’est plus à prouver. Plutôt que de faire oublier qu’il était réalisateur pour s’imposer en tant que musicien, il prend les choses à contre courant (comme d’habitude) et laisse ses chansons rappeler, à chaque seconde, leurs possibilités visuelles. C’est ainsi qu’il réussit - haut la main - l’épreuve du premier album. - Copyright 2016 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
David Lynch a d'abord été peintre, puis s'est fait connaître en tant que réalisateur. Depuis, il s'est également lancé dans la musique, la sculpture et la lithographie. Il est d'ailleurs amusant de constater en relisant une interview de 2002 parue dans un hors-série des Inrockuptibles, que lorsqu'on lui avait demandé si il y avait des domaines qu'il n'explorerait jamais, David Lynch avait répondu qu'il ne chanterait jamais. Comme quoi, lorsqu'on est un artiste aussi polyvalent, il est difficile de renoncer à explorer tous les domaines artistiques.

Dans ce disque, Crazy Clown Time, David Lynch s'offre la possibilité d'écrire des chansons qui n'ont pas à accompagner des images, contrairement au travail précédent sur les musiques de ses films. Que donne alors le style Lynch en musique électro-pop ? Un bien beau résultat. Si vous appréciez l'univers sombre et onirique de l'artiste, vous retrouverez tout ce qui crée l'ambiance si particulière de ses œuvres dans ce disque. Lynch joue beaucoup avec des bruitages discrets, un peu à la manière d'Akira Yamaoka dans Silent Hill, pour rendre ses pistes plus inquiétantes. Sur de nombreuses pistes, sa voix, déjà très particulère, est transformée via des effets d'écho et de vocoder.

Dans Strange and Unproductive Thinking, sa voix robotisée se livre à un étrange monologue sur fond de musique d'ambiance guitare et percussions, il s'agit probablement de la piste la plus surprenante du disque.
I Know est une ritournelle lente, inquiétante, qui nous immerge dans les ténèbres.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mélomania COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 11 septembre 2012
Format: CD Achat vérifié
S'il peut s'avérer surprenant, à priori, de voir Lynch se lancer sur le tard dans la « chanson », ce serait oublier l'importance allouée à la musique dans ses films, sa très proche collaboration avec son compositeur favori, Angelo Badalamenti, et sa fugitive participation aux travaux d'indie rockers tout à fait recommandables (Dark Night Of The Soul de Danger Mouse et Sparklehorse où Lynch « pige » sur deux pistes). C'est évident, l'exercice le taraudait, il était donc plus que temps qu'il passe, en 2011, aux choses sérieuses avec un premier album à son image : Crazy Clown Time.

A son image... Soit d'une étrange beauté. Une musique de rideaux rouges, de nains en reverse et de trips psychotiques nocturnes sur de vastes routes rectilignes bordées par le désert. Parce que, c'est un fait acquis, la bizarrerie est compagne du réalisateur, il n'y avait pas de raison qu'il en soit autrement pour le musicien. Et pourtant, les deux compositions inaugurales affichant un inhabituel voile de normalité masquerait presque ces fêlures, que ce soit le presque trip-hopant Pinky's Dream (avec la chanteuse des Yeah Yeah Yeahs, Karen O, en invitée de marque) ou le synth-pop vocodé Good Day Today, deux réussites, ceci dit.

La suite répond plus à comment on imaginait que la musique de Lynch se devait de sonner.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Ce n'est qu'à la deuxième écoute que le premier disque solo de David Lynch accapare mon attention. J'avais cru entendre de l'électro-pop ou quelque trip hop à la Massive Attack alors que ce sont d'originales miniatures sonographiées où le réalisateur incarne un personnage différent pour chaque chanson. L'album s'ouvre sur Pinky's Dream avec la chanteuse Karen O, tous les autres morceaux étant interprétés par Lynch s'accompagnant à la guitare, au synthé et aux percussions, secondé par l'ingénieur du son Dean Hurley à la batterie, plus guitare, basse, synthé, orgue Hammond et programmation. L'ensemble, réalisé lors de diverses expérimentations en home studio, n'a été nullement envisagé pour la scène. J'avais été freiné par le second index, Good Day Today, banale house vocodée, mais dès le troisième, So Glad, une mayonnaise sordide vous attrape et ne vous lâche plus. Au quatrième, Noah's Ark, on identifie parfaitement l'univers lynchien développé dans ses films, un truc lugubre, susurré, avec une pédale monotone insidieuse et un rythme lent ou cardiaque que l'on retrouvera sur Football Game où le réalisateur chante comme s'il avait une patate chaude dans la bouche, quasi débile, comme sur I Know. Le tempo s'accélère sur Strange And productive Thinking avec un effet monotone du vocoder que le texte justifie cette fois pleinement. Retour à la rythmique pesante avec l'instrumental The Night Bell With Lightning et nouvelle accélération pour Stone's Gone Up.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?