EUR 34,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Déracinements : Musique, ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Déracinements : Musique, exil et transfert culturel pendant et après le Troisième Reich Broché – 6 février 2009


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 34,00
EUR 34,00 EUR 36,74
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Une résurrection

Amaury du Closel et Philippe Olivier

Si, comme l'affirmait Paul Valéry, les civilisations sont mortelles, le phénomène du national-socialisme et le déluge mortifère s'étant abattu sur le monde entre 1939 et 1945 ne sont pas, en ce qui concerne la musique, comparables avec l'éradication de cultures très anciennes. Ils sont proches de nous par le temps. Comme à l'origine de trois questions élémentaires : quelle aurait été l'évolution de l'art des sons si l'on avait été privé à tout jamais des oeuvres des compositeurs victimes de la haine d'Hitler et de ses adeptes ? En quoi leur absence, durant près d'un demi-siècle, de la vie musicale internationale a-t-elle contribué à former ou non par défaut ce que l'on nomme la musique contemporaine ? Le répertoire actuel - dans son acception la plus large - doit-il être élargi, en intégrant les partitions mises à l'index par les dictatures européennes, afin de proposer une vision plus conforme, au point de vue historique, du patrimoine européen du XXe siècle ?

Le temps, d'abord. Une composante fondamentale de la musique. Comme l'expression d'une situation paradoxale. A un moment de l'histoire où, grâce au développement du disque et de la radio comme aux essais de retransmissions télévisées entrepris en 1935 en Allemagne, les partitions des compositeurs dits «dégénérés» auraient pu s'imposer, ceux-ci ont été victimes de la folie national-socialiste. Ou des oukases s'abattant, entre autres, sur Salvador Bacarisse parce qu'il était du camp républicain, à l'heure où l'Espagne sombrait dans un conflit fratricide. Ces mesures de proscription concernèrent aussi évidemment les pays annexés et occupés par le Troisième Reich entre 1938 et 1945. Notamment en France, nation où se réfugièrent, avant les hostilités, Alfred Tokayer, Erich Zeisl, Erich Itor Kahn et tant d'autres. La présent Wiedergutmachung, initiée par le Forum Voix étouffées, est donc désormais à l'honneur dans notre pays. Les contributions constituant les trois quarts du présent volume ont été présentées, les 18 et 19 janvier 2008, au Sénat, lieu hautement symbolique d'une démocratie parlementaire détestée du dictateur s'étant emparé de l'Allemagne, comme de ses comparses Mussolini et Franco. Par ailleurs, le Palais du Luxembourg est situé à proximité du Panthéon. Là où - le 18 janvier 2007 - Jacques Chirac, alors Président de la République, avait initié l'hommage de la nation aux Justes, ces êtres ayant sauvé des existences au péril de leur propre vie : «Comme dans un cauchemar, l'Occident se trouve renvoyé aux temps les plus noirs de la barbarie. À travers la destruction des Juifs, c'est au fond toute la civilisation judéo-chrétienne, toute la civilisation européenne, vieille de plusieurs millénaires, qu'Hitler veut abattre : l'invention à Athènes de la démocratie, l'éclosion à Rome d'une civilisation fondée sur le droit, le message humaniste des Lumières au XVIIIe siècle».

Présentation de l'éditeur

Si Hitler et sa politique criminelle avaient triomphé durant la Seconde Guerre mondiale, le public n'aurait jamais plus eu accès aux écrits de Thomas Mann et aux oeuvres de compositeurs aussi célèbres que Félix Mendelssohn, Gustav Mahler, Kurt Weill ou Arnold Schönberg. Le national-socialisme en interdit la publication, l'enregistrement, la radiodiffusion et l'exécution parce qu'ils émanaient d'écrivains et de musiciens juifs ou d'avant-garde. Les quatorze contributions constituant Déracinements racontent - ou évoquent - le sort terrible, parfois tragique, de ces artistes contraints à l'exil en France, aux Etats-Unis et ailleurs, quand ils ne furent pas déportés et assassinés à Sobibor comme Alfred Tokayer.

Cette galerie de destins permet de relater une histoire de la musique du vingtième siècle bien différente des idées reçues. On y rencontre notamment des personnalités légendaires comme Artur Schnabel ou Theodor W. Adorno, ainsi que Norbert Glanzberg (l'auteur de la célèbre chanson Padam, Padam ! écrite pour Edith Piaf), Salvador Bacarisse (réfugié à Paris pour échapper à la répression franquiste) ou Aldo Finzi (espoir de la musique italienne encouragé par Toscanini et victime de la violence antisémite du Troisième Reich).

Avec des contributions de Juan Allende-Blin, Emil Brix, Amaury du Closel, Albrecht Dümling, Alfred Grosser, Werner Grünzweig, Frank Harders-Wuthenow, Christiane Heine, Philippe Olivier, Birger Petersen et Gian Paolo Sanzogno.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?