undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Debussy: Nocturnes; Première Rhapsodie; Jeux; La Mer
 
Zoom
Voir une image plus grande (avec un zoom)
 

Debussy: Nocturnes; Première Rhapsodie; Jeux; La Mer

6 mars 2000 | Format : MP3

EUR 11,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 12,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre Artiste
Durée
Popularité  
30
1
6:15
30
2
6:31
30
3
9:40
30
4
8:33
30
5
16:03
30
6
8:45
30
7
7:05
30
8
7:40
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 janvier 1995
  • Date de sortie: 6 mars 2000
  • Label: Universal Music Division Decca Records France
  • Copyright: (C) 1995 Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:10:32
  • Genres:
  • ASIN: B002J6JU0Y
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 8 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 24.327 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Mélomaniac 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 16 juillet 2006
Format: CD
Fascinant comme toujours quand il dirige "La mer", Pierre Boulez met en évidence la structure grammaticale de chaque volet plus que la signification d'ensemble. Le texte est ainsi explicité dans ses composantes élémentaires, où l'on se grise d'entendre les merveilleuses alliances instrumentales rayonnant de cette partition magique.

Plus que les évocations blafardes qui naissent sous d'autres baguettes, le chef français dévoile une poésie minimaliste, exemplairement articulée, sereine, qu'on dirait empreinte de la philosophie orientale qui inspira le compositeur. D'autant que la prise de son -lointaine, artificiellement réverbérée, renforce cet onirisme.

L'on reste en marge de la temporalité habituelle de l'oeuvre mais voilà une invitation à la redécouvrir d'un regard contemplatif.

A l'instar de Toscanini, les "Nuages" empressés démontrent que le secret de la prosodie debussyste réside moins dans la lenteur du tempo que dans la netteté de l'articulation et la clarté des timbres.
Grâce au même procédé, les "Sirènes" exhalent leurs sortilèges.

Je suis moins convaincu par les "Fêtes" qui restent ici fidèles au souhait du compositeur (qui voyait dans ses Nocturnes une « étude de gris ») quitte à persister dans un monochromatisme fade (à cause de micros trop timides ?)
J'y préfère les lectures contrastées de Jean Martinon ou Colin Davis, dont la dynamique sonore s'étend de la trépidation quasi-inaudible (harpe et trompette en sourdine) jusqu'aux bruyantes fanfares simulant le passage de la Garde républicaine.
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Mes conaissances musicales ne me permettent pas d'evaluer techniquement la qualité de cette interprétation , mais est-ce vraiment important pour apprécier la musique ?Ce que je peux affirmer c'est qu'a l'écoute de ce disque on est submergé par l'émotion et , si l'on aime la mer , c'est un plongeon dans le bonheur !!!
3 commentaires 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Gilles-Daniel PERCET MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 16 décembre 2012
Format: CD Achat vérifié
Boulez! Le Cleveland! La référence absolue dans leurs premières versions sur CBS (devenu Sony). Si clair, si net, si justement anti-impressionnisme de mes deux. Comparez ainsi, par exemple, les deux Mer, vous serez édifiés (et bien, sûr, dans nos grands anciens, il y a aussi Münch, Monteux, etc.). Alors qu'ici, du vague, du caoutchouteux, du mollement articulé (ce que je disais aussi de l'autre CD, avec les Images). Avec en plus, parmi les plus horribles prises de son DG, noyant, arasant tout au fond du couloir. Il faut d'ailleurs, comme par hasard, pousser très loin le volume pour essayer de faire sortir quelque chose d'un peu discernable, d'un peu précis de la galette. Cela dit, c'est le problème, je sais bien que dans toute sa fraîcheur, le néophyte va trouver ça formidable, parce que ce sera son premier disque de ces chefs d'oeuvre extraordinaires, de toute façon... Il y en a même un ici qui trouve, de manière assez comique, que choisir telle ou telle interprétation n'a pas d'importance, sic! Un dernier mot à propos des absolument fascinants Jeux : captivant d'en connaître aussi la rarement jouée version pour piano (ou la trouve, notamment, par Alice Ader, Martin Jones, Jeanne Golan). On l'a même adaptée... pour un quatuor de pianos (Amsterdam Piano Quartet). Ajoutons qu'à l'orchestre, outre que Boulez en a donné la version définitive mais sur son ancienne gravure CBS, il en a gravé pareillement une version très intéressante en complément d'un coffret... Stravinsky (et aussi Berg et Bartok) sur label disparu (mais cherchez bien...Lire la suite ›
5 commentaires 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par BAGRATION COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR le 4 avril 2012
Format: CD
Mélomane invétéré et nullissime en solfège (c'est une manie que celle d'être autodidacte...Je tiens cela de mon père et de mes grands-parents), je dois à You Tube de pouvoir approfondir ma compréhension du travail musical grâce à la mise en ligne de concerts....
Ainsi j'ai découvert la superbe complexité de l'architecture musicale qui charpente "La mer" et "Les Nocturnes" de Claude Debussy.

La Mer n'est pas une oeuvre impressioniste...C'est une Oeuvre Charnière comme l'est la peinture de Cezanne, ni impressioniste, ni post-impressioniste, pas encore cubiste (voir les dernières Sainte-Victoire)
Quant aux Nocturnes (etude en gris-merci à Mélomaniac de l'avoir signalé...On apprend tous les jours et c'est tant mieux), c'est une variation sur un gris d'été lumineux et sombre comme un appel à la vie et un rappel d'hiver qui sonne comme un lointain écho mortifère..."Nuages" est une pure merveille.

On mesure aussi la capacité artistique de Debussy à saisir, s'emparer de et traduire l'Ephèmère.

Deux versions ont ma préférence : celle de Munch pour l'Elegance, celle de Boulez pour la Clarté (ce n'est qu'un avis et comme disait Clint Eastwood...".....tout le monde en a un").
2 commentaires 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique