• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Deep Winter a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Deep Winter Broché – 28 août 2014

3.5 étoiles sur 5 13 commentaires client

Voir les 7 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché, 28 août 2014
EUR 23,40
EUR 23,40 EUR 3,37
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Cahiers de vacances Cahiers de vacances

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

1984

Danny avait vu Mindy nue une fois auparavant, quand ils avaient tout juste huit ans. Il y avait longtemps de ça. Rien qu'eux deux, dans un champ de maïs derrière la salle de bowling de Pickett. Mindy s'était entièrement déshabillée et, frissonnant dans le froid de la nuit hivernale, elle avait attendu que Danny l'imite. Danny avait regardé son corps nu l'espace d'une seconde embarrassante, ses yeux parcourant tous les endroits que dissimulaient habituellement son jean à revers et sa chemise en flanelle. Elle avait la peau douce et lisse, ponctuée de quelques bleus et écorchures aux genoux et aux tibias. Il était curieux, bien sûr, mais ça ne semblait pas correct de regarder une fille quand elle était toute nue. Ça lui donna une sensation bizarre. Son estomac se serra, douloureux, comme quand il mangeait trop de bonbons au caramel salé. Lorsque Mindy lui dit que c'était à son tour de se déshabiller, l'esprit de Danny s'embrouilla encore plus que d'habitude. C'était une mauvaise idée, il le savait. Il allait avoir des ennuis, à tous les coups. Si oncle Brett l'apprenait, il enlèverait sa ceinture et lui collerait une bonne raclée sur l'arrière-train. Danny ne voulait pas que ça se produise, il ne voulait pas être à nouveau battu, aussi détala-t-il à toutes jambes entre les plants de maïs morts, ses pieds glissant sur des plaques de verglas, le visage et le cou griffes par les feuilles des épis secs, et il n'avait pas parcouru beaucoup de chemin qu'il déboucha soudain sur d'autres ennuis. Mike Sokowski et Cari Robinson l'interceptèrent avant qu'il n'atteigne la salle de bowling et lui flanquèrent une sacrée dérouillée. Sokowski était le plus mauvais des deux. Même à l'époque.
C'était donc la deuxième fois qu'il voyait Mindy nue. Son corps étendu sur le sol du mobil-home à côté de Danny comme une poupée de chiffon abandonnée. Il s'agenouilla près d'elle, les mains croisées et serrées sur ses cuisses comme s'il priait au pied de son lit. Le tapis fané était imprégné du sang qui s'échappait d'une plaie ouverte à l'arrière de son crâne, et quelques éclats de verre brisé étaient encore fichés dans son cuir chevelu. Les jambes de Mindy étaient tordues sous elle à un angle incongru - les bras plies au-dessus de la tête, comme s'il venait de la trouver au milieu d'un étirement. Danny avait envie d'écarter la mèche blonde emmêlée qui lui couvrait à moitié les yeux - encore entrouverts d'un centimètre -, mais il avait peur de les regarder. Peur qu'ils soient différents. Différents de ses grands yeux habituels, écarquillés et joyeux.
Il jeta un regard à sa silhouette mince et inerte - ses jambes, son ventre, ses bras - et évita encore ses yeux. La bouche de Mindy était ouverte, comme surprise en plein bâillement. Ses deux jolies incisives blanches étaient cassées et lui donnaient l'air d'avoir des canines de vampire.
Danny se balança d'avant en arrière, des larmes et de la morve dégoulinaient sur ses lèvres, gouttaient de son menton comme l'eau d'un robinet au débit ralenti. Il attendait qu'elle se réveille. Il attendait qu'elle bouge, rien qu'un peu. Elle était peut-être juste rudement blessée. Mais Danny savait qu'elle était sans doute bien plus que blessée. Il n'avait encore jamais vu de cadavre - à part à la télé, mais il savait qu'à la télé c'était pour de faux. Ses parents étaient morts tous les deux, mais il n'avait pas pu les revoir avant qu'ils montent au paradis. Il n'avait jamais eu l'occasion de leur dire adieu.
- Tu vas t'en sortir, Mindy. D'accord ? Tu vas t'en sortir.

Revue de presse

DANS LA PRESSE Avec ce bouleversant premier roman, remarquablement écrit, l'Américain Samuel W. Gailey réussit un vrai coup de maître : signer un furieux thriller, âpre et sanglant, hanté de patibulaires rednecks et de paumés à la dérive, et construire les contours d'un étrange polar gothique. Philippe Blanchet, LE FIGARO MAGAZINE Les scènes où les deux personnages sont directement mis en opposition tiennent-elles plus du conte que du roman noir – certains passages peuvent même se targuer de faire preuve d’un beau lyrisme. C’est dans ces moments-là que Deep Winter révèle ses véritables qualités et laisse, enfin, entrevoir les profondeurs promises par son titre. Quentin Civiel, LE MONDE DES LIVRES C'est une Amérique vraie, peu reluisante, qui vous saute à la gueule à chaque chapitre. L'une des meilleures surprises de la rentrée. Thibaut Amant, POLARAMA En de courts chapitres, il [Samuel Gailey] donne tout à tour le point de vue de chacun des protagonistes et maintient le suspense jusqu'à l'apaisement final quand la vérité éclate. NOTES BIBLIOGRAPHIQUES Un premier roman d'une incroyable densité émotionnelle. Jean-Paul Guéry, LE COURRIER DE L'OUEST Une étoudissante chasse à l'homme. Serge Bressan, LE QUOTIDIEN Le portrait d'une ville empêtrée dans d'odieux secrets et d'un personnage hors du commun, digne du Lennie de Des souris et des hommes de Steinbeck LIBRARY JOURNAL Gailey a une écriture cinématographique, qui donne à ses personnages une force saisissante et apporte beaucoup de grâce à cette histoire où le bien et le mal s'affrontent. KIRKUS Un texte corrosif, brutal, et remarquablement bien écrit. BOOKLIST Magnifiquement écrit et incroyablement dérangeant THE NEW YORK TIMES

Magnifiquement écrit et incroyablement dérangeant. --The New York Times

Le portrait d'une ville empêtrée dans d'odieux secrets et d'un personnage hors du commun, digne du Lennie de Des souris et des hommes de Steinbeck. --Library Journal

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Jean-pascal Guillet TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 4 novembre 2014
Format: Broché
Les éditions Gallmeister nous régalent fréquemment en publiant de nombreux auteurs américains autant dans le domaine du polar que celui du nature-writing. Avec ce "Deep Winter" premier roman de Samuel Gailey nous sommes entre thriller et polar, et il faut le reconnaître tout cela est assez réussi même si j'émettrais quelques réserves....mais on n'y reviendra!

Gailey a , avant de se lancer dans le roman fait ses armes comme scénariste et cela se voit, tant l'homme a fait preuve d'habileté pour construire le scénario de ce "Deep Winter". Les chapitres sont courts et permettent à l'auteur de donner la parole à chacun des protagonistes . Les protagonistes justement....un type un peu demeuré , pas méchant, un adjoint du shérif brute défoncée en permanence, un vieux shérif qui n'aspire qu'a une retraite tranquille....là vous vous dites, ca fait pas un peu beaucoup de clichés?????? Euh ben oui! C'est un peu là que ca pêche chez Gailey

"Deep Winter" c'est aussi Deep America avec son lot de violence ,d'injustice de brutes avinées et d'usage inconsidéré des guns! Reconnaissons cependant que cet ouvrage se lit avec un certain plaisir car encore une fois le savoir faire de Samuel Gailey nous entraîne implacablement dans l'enfer de cette journée glaciale où les évenements tragiques vont se succéder et échapper à tout contrôle.

A ranger pas loin des romans de Kent Harruf et Ron rash , deux écrivains qui n'ont pas leur pareil pour nous plonger dans l'Amérique profonde.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Cassiopée TOP 500 COMMENTATEURS le 14 septembre 2014
Format: Broché
984…Wyalusing, quelques centaines d’habitants, Pennsylvanie….

Une bourgade où tout le monde se connaît. Chacun est ce qu’il est par tradition familiale pour certains (une famille de « flics »), par manque d’envie et d’énergie pour aller voir ailleurs (et éventuellement poursuivre des études) pour d’autres ou tout simplement parce que, portés par la vie, le « choix » (qui n’en a pas été un) s’est imposé de lui-même…
Une agglomération aux distractions rares et où l’alcool, la drogue, les filles, servent parfois, souvent même, de dérivatif… Pour la plupart, l’avenir est bouché et ne propose rien de transcendant alors il faut se contenter de la vie ici et maintenant tout en rêvant peut-être d’autres possibles…. Les hommes font les forts, essaient d’avoir le beau rôle et les femmes subissent, se taisent car il peut être dangereux pour elles de s’opposer aux « mâles »….

Microcosme que ce lieu où les relations se nouent, se dénouent avec leur lot de disputes, de réconciliations, de bagarres également au vu et sus de tous bien que quelques uns fassent comme s’ils ne se doutaient de rien. C’est tellement plus facile de faire comme si…
Comme si on ne se moquait pas de celui qui est plus lent, un peu handicapé mental…
Comme si on ne voyait pas que le couple part à vau l’eau parce que le mari boit trop, que la femme se laisse aller et se néglige…
Comme si on ne savait pas que « l’herbe » circule sous le manteau, menace et détruit des vies…
Comme si on ne voyait pas les traces dans la neige…..
Lire la suite ›
2 commentaires 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Frederi© Fontes MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 28 août 2014
Format: Broché
Très bon premier roman de Samuel W. Gailey. Je retrouve en Danny des personnages que j'avais aimé suivre dans d'autres romans, comme dans la Ligne Verte, l'Enfant perdu ou Savemore. C'est glaçant, ça défouraille de partout et c'est très bien écrit. Samuel W. Gailey utilise habilement son casting et donne à chacun un nouveau chapitre présentant son point de vue.
Un de mes coups de cœur de la rentrée.
Frédéric Fontès, 4decouv
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Une fois commencé plus moyen de reposer le livre, je l'ai lu en 3 heures.
un personnage très attachant qui se débat dans une situation dont on espère qu'il s'en sortira et qui nous tient en haleine jusqu'à la fin.
A lire absolument.
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Pourquoi les écrivains nord-américains ont-ils cette capacité à saisir la vie dans ce qu’elle peut avoir de plus profond là où les écrivains français semblent juste capable de s’arrêter à la dimension psychologique des rapports humains en insistant de préférence sur les névroses des uns ou des autres. D’un côté une littérature forte et vivifiante et de l’autre le tableau d’un monde en ruine depuis quelques décennies déjà. Mais passons… le mal est fait.
Les éditions Gallmeister construisent depuis des années, à pas de loup, un magnifique catalogue d’auteurs nord-américains parmi lesquels on compte des noms aussi prestigieux que ceux de Rick Bass, Edward Abbey ou encore David Vann. Autant d’auteurs pour qui la nature joue un rôle clef dans la vie des hommes. Chaque parution est un moment de délicieuse découverte pour les amoureux de littérature américaine et c'est évidemment une fois de plus le cas avec "Deep Winter" de Samuel W.Galey qui a le talent de ramasser l'action sur 24 heures d'une nuit d'hiver.

Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE)
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique