• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Le Dieu du carnage a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par Librairie Colibrio
État: D'occasion: Bon
Commentaire: couverture souple, format poche , bon état. . 3-461091 - Le Dieu du carnage, Yasmina Reza, Magnard , 2011, Vendeur Pro
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le Dieu du carnage Poche – 18 avril 2011

4.0 étoiles sur 5 20 commentaires client

Voir les 7 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 5,20
EUR 2,99 EUR 1,19
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le Dieu du carnage
  • +
  • « Art »
Prix total: EUR 10,40
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Revue de presse

Sur scène, les différences d'éducation entre les deux couples, leur appréciation des situations, leurs tempéraments deviennent autant de bombes à retardement, qui font du huis clos une véritable Cocotte-minute. Par le génie de Yasmina, le bel appartement d'une métropole de l'Union européenne connaît la loi de l'ouest du Pecos. C'est ainsi. Depuis Art, elle en dit plus sur notre société, ses conformismes, son pédantisme, la chimère d'une culture rempart-contre-la-barbarie, l'intolérance, le racisme, la violence - biffez les mentions inutiles - que tous les graves essayistes de notre temps. Yasmina Reza est notre meilleur auteur de comédie contemporain : des fous rires ponctuent ses pièces, entre deux grincements de dents. Et sa dernière charge ne fait pas exception : ainsi cette discussion à propos du Darfour, commencée avec componction sur «le martyre africain» s'achevant à coups d'invectives sur les «nègres du Soudan». Elle ne passe rien à ses contemporains, appuie sur leurs petites faiblesses. Hypocrite spectateur, mon semblable, etc. (Etienne de Montety - Le Figaro du 1er février 2007 )

Sauf qu'on est ici dans l'univers de Yasmina Reza. La situation initiale n'est qu'un prétexte : le désastre est inéluctable. Un mot malencontreux, le moindre malentendu sont autant d'étincelles qui finiront par provoquer un véritable carnage. Tout se passe par glissement progressif des sentiments, d'une conversation tout ce qu'il y a de plus policée on passe à une sorte de huis clos barbare...
Attention, les apparences sont parfois trompeuses, l'oeuvre ici avance masquée. Derrière un premier niveau, disons boulevardier, très réussi, très drôle, avec de formidables trouvailles, affleure un propos passionnant sur la nature humaine et le monde contemporain (quoi de plus emblématique de la barbarie technologique qui nous envahit que cette irruption constante du portable d'Alain dans la conversation ?). Le rhum aidant, la violence est là, omniprésente, à fleur de peau, prête à jaillir au moindre dérapage. Les personnages sont sous pression (sociale, psychologique, sexuelle...) avec une envie irrépressible d'en découdre...
Puisse-t-elle trouver les grands acteurs qui sauront incarner cette pièce formidable qu'est Le dieu du carnage. (Franck Nouchi - Le Monde du 2 février 2007 )

Pour régler leur différend, deux couples s'enferment dans un huis clos poli qui vire au carnage. L'humour féroce de Yasmina Reza fait à nouveau mouche...
Oui, la vie est d'un égoïsme effrayant. Tant pis pour ceux qui veulent l'ignorer ! Leur angélisme de mauvaise foi continuera de faire rire les lecteurs de la cruelle et très drôle Yasmina Reza. (Jérôme Serri - L'Express du 22 février 2007 )

Le Dieu du carnage est du même cru, explosive danse de mots au burlesque leitmotiv...
Comment échapper à la tentation du carnage, du Darfour aux quartiers chics ? C'est la question que se pose Yasmina Reza avec une lucidité ravageuse (et un pessimisme fondamental) qui lie petite et grande histoire, philosophie et divertissement, Ionesco et Sarraute. On rêve de voir porter en scène cet électrique plaisir de lecture. (Fabienne Pascaud - Télérama du 28 février 2008 ) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Présentation de l'éditeur

Deux couples, parents respectifs de deux collégiens, tentent de résoudre à l'amiable un conflit entre leurs enfants... Peu à peu, le vernis craque, et sous les apparences lisses, les passions se déchaînent et les deux couples finiront par s'entre-déchirer sous les hurlements de rire du public !

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Une pièce facile à lire et très grinçante, qui va sans doute plaire à mes élèves. (possibilité de la faire étudier en 3e, seconde notamment). Les dialogues sont fluides et on passe un bon moment. Dommage que le dossier et le paratexte soient un peu légers. J'aurais aimé trouver plus d'activités en rapport avec le brevet ou le bac.
1 commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par bernard TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 14 juin 2015
Format: Poche
Le Dieu du carnage Niveau de classe 3e théâtre comédie

Présentation
Deux enfants se sont disputés au square, et l'un a cassé une dent à l'autre. Les quatre parents décident de se rencontrer pour régler le différend, soucieux de montrer aux enfants qu'entre gens intelligents et civilisés, les conflits peuvent se régler à l'amiable. Mais lors de la conversation, divers désaccords surgissent, montant les uns contre les autres...

Commentaire
Pièce intéressante pour les conflits qu'elle met en évidence, récemment mise en scène. Humour et vérité.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Le loup COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 16 octobre 2015
Format: Poche
Véronique est écrivain, Michel, son mari, grossiste en articles ménagers.
Annette est conseillère en gestion de patrimoine, Alain est avocat.
Les deux couples se rencontrent à la suite du conflit qui a opposé leurs fils respectifs : c'est Ferdinand qui a frappé Bruno au visage, lui cassant deux dents.
Le motif de cette dispute : Bruno a refusé de faire rentrer Ferdinand dans sa bande...
Les quatre parents sont déterminés à régler ce conflit et c'est autour d'un clafoutis et entre périodes de flottement, silences, portables qui vibrent, crispations, crises nerveuses, agacements... que ce qui devait se régler de façon constructive et courtoise, finira par dégénérer en bagarre.

C'est le thème du conflit que Yasmina Reza a choisi d'exploiter ici, mais alors que d'ordinaire ma préférence va au livre, peut-être que c'est la pièce qui aura été la plus convaincante. J'ai très moyennement apprécié "Le Dieu du carnage" et n'ai pas trouvé ce texte, écrit pour le théâtre, à la hauteur de l'excellent "Art" du même auteur. Je me suis un peu ennuyée et n'ai pas trouvé la scène hilarante. Néanmoins, je trouve que c'est une étude caractéristique d'une société régie par des codes de bonnes manières.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Bonne livraison, article en très bon état.
Livre intéressant et plein d'humour, avec une vision humoristique et impitoyable sur la société et le monde des adultes.
1 commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
confrontation sociale, confrontation homme-femme
éclatement des apparences
difficultés de la vie moderne, de l'éducation des enfants, de la confrontation sociale
1 commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Faut-il préciser que Yasmina Reza confirme une nouvelle fois qu'elle est LE maître du théâtre contemporain ? Certains ont beaucoup de talent, d'autres se livrent à des recherches prometteuses, mais Y. Reza connaît toutes les ressources de son art comme de Vinci la peinture.
On admire tout dans cette pièce : les caractères, la maîtrise de la tension dramatique, le langage, la lucidité de l'auteur, le sens de chaque geste, etc. Un chef-d'oeuvre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
La cynisme du film "CARNAGE " de Roman Polanski (avec christoph Waltz, Jodie Forster, Kate Winslet, John C. Reilly) m'a incité à dévorer "LE DIEU DU CARNAGE ».
Je me demandais si la pièce de théâtre avait subi beaucoup de transformation : des ajouts ou des coupes éventuelles lors de son passage au genre cinématographique. Apparemment, tout y est. Polanski n'a pas oublié une phrase du texte de Yasmina REZA. Certes, il a apporté quelques modifications. La pièce se passe à Paris ; il situe l'action à New York (un choix curieux d'autant qu'il lui est toujours interdit de séjourner aux Etats-Unis). Les prénoms (ringards) de la pièce ont été américanisés et la boisson alcoolisée - le rhum - devient du bourbon.
Ces deux couples de parents d'élèves qui veulent régler - à l'amiable - le conflit qui a opposé leur garçon est le prétexte à un grand déballage. Au départ, les quatre personnages s'efforcent de se montrer polis, conciliants, patients et attentifs. Mais, très vite, le vernis civilisateur craque et les bonnes manières disparaissent. Après une phase d'observation polie, les deux couples se jugent et méprisent puis s'affrontent ouvertement pour un mot, une réflexion... L'alcool jouera son rôle de rapide désinhibiteur et accentuera de manière excessive les échanges : les couples eux-mêmes se fissureront et les deux maris -que tout opposait- se rapprocheront même dans une alliance sexiste et machiste d'un autre âge. Et la violence réapparaitra...
1 commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique